Pourquoi la douleur survient-elle dans l'hypochondre droit et qu'y a-t-il?

Qu'est-ce qui peut indiquer une douleur intense dans l'hypochondre droit? Des sensations de douleur situées sous les deux côtes inférieures du côté droit de l'abdomen peuvent indiquer la survenue de processus inflammatoires et de pathologies d'organes situés dans cette zone. Une gêne dans l'hypochondre droit indique le plus souvent la présence de maladies chroniques ou le développement de processus infectieux aigus de la vésicule biliaire, du foie, du duodénum ou du pancréas. Des douleurs sont projetées sur cette zone avec des lésions des reins, du gros et du petit intestin. Cependant, l'inconfort peut aussi être causé par d'autres raisons: seul un spécialiste peut les déterminer et prescrire un traitement approprié.

La douleur n'apparaît que très rarement soudainement, même avec des antécédents de maladie, ce qui peut être symptomatique. Les exceptions sont des cas individuels d’exacerbation rapide de processus inflammatoires dans les systèmes digestif, nerveux ou endocrinien, les organes génitaux internes ou respiratoires, les voies urinaires et biliaires.

Les patients ressentent parfois des sensations désagréables et des picotements sous les côtes après avoir mangé, des efforts physiques, des rapports sexuels, la douleur est presque toujours provoquée par des blessures à l'abdomen et à la poitrine ou par des saignements internes.

En cas d'exacerbation d'un processus inflammatoire existant ou d'une pathologie des organes internes, des douleurs de forces et de caractères divers peuvent apparaître en réaction à la prise de certains médicaments et suppléments ou à l'utilisation de certains aliments. Les maladies chroniques se font sentir hors saison, avec perte de force, diminution de l'immunité, fatigue émotionnelle et physique prolongée, changements hormonaux et autres conditions.

L'une des principales mesures préventives pour éviter la douleur dans l'hypochondre droit, ainsi que d'autres maladies, est la détection rapide d'un inconfort même mineur et le contact avec un spécialiste. En présence de processus inflammatoires chroniques et de pathologies, il est nécessaire de suivre les recommandations du médecin traitant concernant le régime alimentaire, la durée autorisée et la nature de l'activité physique, la prise de médicaments.

Causes possibles d'exacerbation de maladies caractérisées par des sensations douloureuses de différentes forces, localisées principalement dans l'hypochondre droit: négliger les conseils d'un expert.

La gêne dans l'hypochondre droit peut indiquer un grand nombre de maladies. Il est donc souvent impossible de déterminer un diagnostic exact en utilisant uniquement ce symptôme, même pour un spécialiste qualifié. Cette zone est située sous les deux côtes inférieures du côté droit du corps, elle peut être douloureuse par l'arrière ou par l'avant.

La gamme des maladies, dont l’un des signes peut être la douleur dans l’hypochondre droit, est considérablement réduite, ce qui permet de déterminer la nature et la localisation spécifique de la douleur. Pour résoudre ce problème, des recherches supplémentaires, des tests de laboratoire, un examen et un interrogatoire du patient lors de la réception, une familiarisation du médecin traitant avec les antécédents médicaux du patient (carte médicale) sont utilisés.

Ainsi, un inconfort dans la partie antérieure du corps sous les côtes inférieures peut indiquer des pathologies du foie, des maladies de la vésicule biliaire, certaines variantes de l'infarctus du myocarde, des maladies intestinales accompagnées de flatulences et certaines autres affections. Les douleurs derrière la droite sont localisées dans la lithiase urinaire, une inflammation infectieuse aiguë du rein droit, l'ostéochondrose, des maladies des glandes surrénales, des pathologies des nerfs intercostaux ou de la veine cave inférieure. L'inconfort arrière se produit souvent avec divers dommages mécaniques (fracture des côtes inférieures, fissures).

La douleur dans le côté droit sous les côtes peut être différente. Les sensations douloureuses et désagréables sont caractéristiques des maladies chroniques, une douleur lancinante sourde se manifeste par des anomalies de l’estomac et des reins, une cholécystite, une ostéochondrose, des lésions et des lésions des côtes, des tumeurs ou des formes légères de colite.

Une douleur grave insupportable du côté droit de l'abdomen sous les côtes inférieures peut être le résultat d'une blessure grave. Souvent, un inconfort grave, accompagné de vomissements, d'une chute de pression artérielle, d'évanouissements et d'évanouissements, entraîne un choc douloureux. Cette affection nécessite des soins médicaux d’urgence allant jusqu’à une intervention chirurgicale, car elle peut être fatale. Dans la pratique médicale, la douleur abdominale aiguë et ses symptômes sont associés à la notion d '"abdomen aigu".

Dans de rares cas, une douleur lancinante et une gêne aiguë accompagnées de vomissements peuvent être une manifestation du syndrome pseudo-abdominal caractéristique des formes aiguës de gastrite, d'infarctus du myocarde, de pneumonie, de pyélonéphrite. De telles conditions ne nécessitent pas d'intervention chirurgicale et sont traitées de manière traditionnelle.

La sévérité sous les côtes indique des affections oedémateuses du foie, certaines formes d'insuffisance cardiaque et une cholécystite chronique, une hépatite, des pathologies des voies biliaires. Dans la plupart des cas, les maladies gastro-entérologiques sont la cause de la sensation de lourdeur dans l'hypochondre droit.

La douleur dans l'hypochondre droit est rarement un symptôme indépendant. Dans la grande majorité des cas, l’inconfort est accompagné de signes concomitants de maladies gastro-intestinales, des systèmes endocrinien, nerveux et respiratoire, ainsi que de divers processus inflammatoires. Les symptômes supplémentaires peuvent être:

  • nausées et vomissements;
  • signes d'intoxication (forte fièvre, transpiration, fatigue, etc.);
  • troubles du système digestif (diarrhée, ballonnements, etc.);
  • somnolence, fatigue, faiblesse;
  • diminution ou augmentation de la pression artérielle par rapport à la norme;
  • perturbation de la conscience;
  • douleur dans le coeur;
  • vertige, évanouissement;
  • augmentation du rythme cardiaque;
  • saignements des muqueuses;
  • jaunissement de la peau;
  • difficulté à uriner, crampes et démangeaisons;
  • rougeur de la peau dans les côtes, éruption cutanée;
  • écoulement abondant du vagin;
  • spasmes du système respiratoire, toux et beaucoup d'autres, en fonction des spécificités de la maladie existante.

C'est souvent la présence de symptômes concomitants chez un patient - c'est le seul moyen de déterminer une pathologie spécifique pouvant causer une douleur de nature différente, localisée dans l'hypochondre droit. Des manifestations supplémentaires permettent de déterminer quel système ou organe interne est affecté par la maladie et de commencer le traitement approprié en temps voulu.

La douleur dans l'hypochondre droit peut être le signe de nombreuses maladies et signifie une exacerbation de la pathologie chronique, la survenue de conditions d'urgence, apparaissant parfois en rémission en raison de l'influence négative de certains facteurs provoquants.

Dans la plupart des cas, en cas de gêne du côté droit au niveau des côtes inférieures, une ou plusieurs pathologies parmi un certain ensemble de pathologies sont diagnostiquées et les autres sont rares. Les causes les plus courantes de sensations douloureuses de nature différente sont les blessures, les maladies du tractus gastro-intestinal, les états pathologiques de la vésicule biliaire et des voies biliaires ou l’inflammation du système génito-urinaire. Les symptômes concomitants de douleur dans l'hypochondre droit sont si variés que l'inconfort peut même indiquer des pathologies cardiaques, des maladies du système respiratoire, des lésions mineures à la colonne vertébrale - ces affections sont diagnostiquées moins fréquemment.

Une cause fréquente de douleur dans le quadrant supérieur droit est la cholécystite, une maladie inflammatoire de la vessie qui se développe sous une forme aiguë ou chronique. La cholécystite présente un fort caractère de crampes (lors d'exacerbations) ou de douleurs (avec une évolution chronique) et se manifeste par des spasmes de la vessie. La douleur est aiguë, elle est administrée dans la région lombaire, l'omoplate et l'épaule dans la partie droite du corps, le dos, les douleurs au flanc, un inconfort apparaît après le repas. Parfois, le patient peut éprouver un tel inconfort grave qu'un choc douloureux entraîne une perte de conscience.

La cholécystite au stade aigu de la maladie se caractérise par une distension abdominale, une sensation d'amertume et un goût métallique dans la bouche, des éructations, des selles bouleversées, une irritabilité, des troubles du sommeil et des symptômes d'intoxication. Pendant les exacerbations, le patient présente des coliques, la douleur augmente avec l’inhalation, les éructations ou un certain temps après avoir mangé, et peut durer plus de quelques heures.

Pour soulager les symptômes, les experts prescrivent des antispasmodiques. De plus, on montre au patient le repos au lit. La cholécystite est traitée par adhésion à un régime alimentaire spécial, antibiotiques, procédures de physiothérapie, consommation d'eau minérale (traitement au sanatorium) et par d'autres méthodes, à la discrétion du médecin. Dans certains cas, une intervention chirurgicale peut être nécessaire (pour enlever les calculs ou la vésicule biliaire elle-même).

Une gêne dans l'hypochondre droit est un symptôme caractéristique de la maladie des calculs biliaires, c'est-à-dire la formation de calculs dans la vésicule biliaire à la suite de perturbations des processus ou des fonctions métaboliques des organes du système biliaire. La maladie biliaire peut être une complication d'autres maladies (par exemple, une cholécystite chronique, des troubles métaboliques et endocriniens, ou des problèmes de régulation nerveuse du foie et des voies biliaires).

Autres symptômes de calculs rénaux, hépatiques ou vésicaux:

  • miction difficile ou impossible (si la pierre bloque les voies biliaires, une intervention chirurgicale urgente est nécessaire);
  • douleur et crampes dans l'urètre;
  • jaunissement de la peau et de la sclérotique des yeux;
  • des nausées et des vomissements qui accompagnent la douleur constante, douloureuse et sourde de l'hypochondre droit;
  • mal de tête, faiblesse, fièvre.

Dans la vésicule biliaire, seules les petites pierres (jusqu’à 1,5 cm) sont exposées au traitement médicamenteux et ce traitement n’est efficace que dans 50% des cas. La forme négligée de la maladie nécessite une intervention chirurgicale; souvent, la chirurgie est la seule méthode efficace de traitement, car même après la dissolution réussie des calculs avec des préparations pharmacologiques, la maladie est susceptible de rechuter.

Les sensations douloureuses dans les deux côtes inférieures du côté droit du corps sont typiques des ulcères gastriques et duodénaux. La nature, la fréquence, la force et la localisation de la douleur dans cette maladie dépendent de nombreux facteurs. Une gêne peut apparaître non seulement après un repas ou un effort physique, mais également la nuit ou l'estomac vide.

Les ulcères gastriques et duodénaux sont caractérisés par les symptômes suivants: un patient a des brûlures d'estomac, des éructations, des nausées et des vomissements "aigus" qui apportent un léger soulagement, apparaissent, apparaissent, fièvre, tachycardie (palpitations cardiaques), troubles de la digestion (diarrhée, constipation).

Parfois, la maladie est asymptomatique, ce qui complique quelque peu le diagnostic opportun. Dans une forme négligée, des saignements peuvent survenir. La péritonite est une complication dangereuse de l'ulcère qui nécessite une intervention chirurgicale urgente.

Les complications de la maladie et la survenue de pathologies aiguës nécessitant des soins médicaux d'urgence en cas d'ulcère gastrique et d'ulcère duodénal peuvent être évitées en suivant les recommandations du médecin traitant, en adhérant à un régime, à une posologie et à un régime médicamenteux spéciaux.

La douleur éclatante dans le quadrant supérieur droit, qui peut être confondue avec un signe d'intoxication alimentaire, est un symptôme courant de l'inflammation pancréatique (pancréatite).

La maladie se caractérise par une diminution du poids du patient, une distension abdominale, des troubles digestifs, une intoxication corporelle, une fatigue accrue, des symptômes cutanés (pâleur, cyanose ou jaunisse de la peau), des manifestations de syndrome de fatigue chronique, des nausées et des vomissements, et des vomissements qui ne soulagent pas le patient. Le diabète sucré et la jaunisse sont souvent associés à une pancréatite chronique.

Le traitement de l'inflammation pancréatique repose sur le soulagement des symptômes lors des exacerbations de la maladie, ainsi que sur le traitement d'entretien: il est présenté au patient un régime alimentaire particulier, des préparations pharmacologiques pour la prévention de la phase active de la pancréatite, l'arrêt du tabac et la consommation d'alcool, la physiothérapie, le sanatorium (si possible) ).

Toutes les méthodes thérapeutiques doivent être coordonnées avec le médecin traitant, car la pancréatite peut évoluer en plusieurs variantes (alcool, kyste ou pseudokyste du pancréas, pancréatite purulente, etc.) et formes (aiguës ou chroniques), chacune ayant ses propres caractéristiques. dans le diagnostic et le traitement.

Lors de processus inflammatoires et de nécrose localisée dans le foie, l'hépatite est souvent douloureuse sous la côte droite. La maladie est provoquée par un certain nombre de raisons: consommation excessive d'alcool, effets négatifs prolongés sur le foie de certains médicaments, prédisposition héréditaire et complications d'autres pathologies.

En cas d'hépatite, l'hypochondre droit provoque des douleurs, des démangeaisons cutanées, des nausées, des vomissements, une intolérance aux aliments gras lourds, une intoxication (fièvre, faiblesse, somnolence, diminution du tonus et du corps) sont possibles pour la plupart des troubles digestifs, troubles digestifs, spasmes. L'un des signes caractéristiques de l'hépatite, ainsi que des dommages au foie en général, est le jaunissement de la peau et de la sclérotique des yeux, une altération de la fonction ou de l'état du foie (augmentation du foie, perturbation du flux biliaire, etc.).

Le traitement de l'hépatite implique l'élimination totale ou la réduction du processus inflammatoire dans le foie et la prévention de l'apparition de complications (la pathologie peut se transformer en cirrhose du foie ou en cancer). Les améliorations sont obtenues grâce à un traitement complexe, qui comprend la prise de médicaments, des mesures visant à renforcer généralement l'immunité, ainsi que la rationalisation du mode de vie du patient: bonne nutrition accompagnée de recommandations spéciales concernant le nombre de repas et la structure du menu, sports réalisables, abandon des mauvaises habitudes.

Les autres maladies et pathologies, dont le symptôme peut être notamment des sensations douloureuses de nature différente dans la région des côtes inférieures du côté droit du corps, sont les suivantes:

  • du système digestif: gastrite, ulcère peptique, divers processus inflammatoires, obstruction intestinale, colite, pancréatite, crampes et douleurs qui imitent les maladies gynécologiques, la péritonite, etc.
  • du côté du système nerveux: compression des terminaisons nerveuses situées dans l'espace intercostal (névralgie intercostale), zona, caractérisée par une douleur aiguë, l'apparition d'une éruption cutanée, un prurit;
  • du côté du système respiratoire: pneumonie (inflammation des poumons) ou bronchite à évolution aiguë ou chronique - la toux provoque des spasmes des organes respiratoires, provoqués par des sensations douloureuses dans l'hypochondre droit;
  • de la part du système urinaire: pyélonéphrite avec lésion principalement du rein droit (sinon la douleur est localisée du côté gauche et non de la région des côtes inférieures droite), coliques rénales, calculs;
  • au niveau du foie: dystrophie du foie, cirrhose, abcès, hépatites A, B, C et autres, insuffisance cardiaque accompagnée de stagnation du sang dans le foie et autres maladies chroniques et processus inflammatoires aigus;
  • inflammation de l'utérus, ostéochondrose, appendicite, etc.

Dans certains cas, l’inconfort des côtes inférieures du côté droit du corps n’indique pas le développement d’un processus inflammatoire aigu ou la présence d’une maladie chronique et peut être une variante de la norme. Dans le même temps, le patient ne présente pas de symptômes associés prononcés et la douleur disparaît rapidement.

Parfois, la douleur lancinante dans l'hypochondre droit survient après l'exercice. L'inconfort apparaît après des entraînements particulièrement intensifs, lors de l'échauffement par négligence ou de la reprise des occupations après une pause. Ces sentiments désagréables sont les caractères pour les débutants dans presque tous les sports qui impliquent un mouvement actif.

La nature de l'origine de la douleur dans ce cas est la suivante: l'activité physique stimule la libération de l'hormone adrénaline, qui à son tour réduit le tonus des canaux biliaires, conduit à remplir le foie de sang et à l'étirer, entraînant le plus souvent une douleur vive à la partie droite du côté droit temps courant.

Chez les personnes en bonne santé, une gêne peut également apparaître après l'ingestion d'aliments gras ou lourds, en particulier en grande quantité. Trop manger, en plus de la douleur à l'abdomen, provoque des palpitations cardiaques, de la somnolence, des nausées sont parfois ressenties. En règle générale, les sensations désagréables disparaissent en 1 à 3 heures.

Les femmes constituent une catégorie distincte de patients qui se plaignent de douleurs dans l'hypochondre adéquat, mais ne présentent pas d'autres symptômes de diverses maladies. Au beau sexe, un inconfort dans l'hypochondre droit peut survenir pendant la menstruation, après un rapport sexuel, lors de la prise de contraceptifs hormonaux ou pendant la grossesse. Dans ce cas, la douleur est expliquée par les caractéristiques physiologiques de la structure du corps de la femme et ne nécessite pas de traitement spécial.

En cas de sensations désagréables, localisées sous les deux côtes inférieures sur le côté droit du corps, derrière ou devant, il est nécessaire de consulter un thérapeute pour obtenir des conseils. Un médecin généraliste basé sur un examen et un entretien avec un patient, la familiarisation avec une carte médicale (antécédents médicaux), des examens de diagnostic et des tests de laboratoire supplémentaires, la détermination de la nature, la localisation de la douleur et des symptômes associés, fera une conclusion préliminaire et référera le patient à un médecin spécialisé.

Le traitement de la douleur dans le quadrant supérieur droit et des autres symptômes caractéristiques des maladies à l'origine du malaise peut être effectué à la fois par un gastro-entérologue, un endocrinologue, un spécialiste des maladies infectieuses, un traumatologue, un chirurgien, un cardiologue, un néphrologue, un gynécologue, un urologue ou plusieurs autres spécialistes. Le profil du médecin traitant est déterminé par le diagnostic spécifique posé au patient avec des plaintes de douleur sur le côté droit du corps sous les deux côtes inférieures.

La douleur dans l'hypochondre droit est un symptôme de toute maladie, sous forme aiguë ou chronique, et non une pathologie indépendante. C'est pourquoi il est nécessaire non seulement de mettre fin aux fortes sensations douloureuses par des mesures d'urgence lors d'exacerbations, mais également de mener une thérapie globale du processus pathologique existant. Le syndrome douloureux aigu doit être éliminé avec une extrême prudence dans les cas où le diagnostic spécifique n'a pas été complètement élucidé.

Que faire si ça fait mal du côté droit sous les côtes et qu’il n’ya aucune possibilité de consulter un médecin immédiatement? De manière catégorique, il est impossible de réchauffer un point sensible. À la maison, pour réduire temporairement la douleur dans l'hypochondre droit, les antispasmodiques les plus courants peuvent être utilisés: ces médicaments sont délivrés sans ordonnance, n'ont pas d'effets secondaires prononcés tout en respectant la posologie, sont assez efficaces et présentent des limitations mineures (de nombreux analgésiques ne doivent être utilisés qu'après recommandation d'un médecin pendant la grossesse ). No-shpa, papaverine, Drotaverine Forte et des antispasmodiques similaires sont indiqués pour soulager la douleur.

C'est important! N'abusez pas des analgésiques et rendez visite au thérapeute. Un traitement tardif et incorrect ou insuffisant peut entraîner une détérioration significative de l’état du patient et compliquer le diagnostic ultérieur des causes de la douleur dans l’hypochondre droit.

Contacter un spécialiste devrait certainement être dans les cas où une gêne se produit chez une personne en bonne santé ou pendant la grossesse. La douleur peut indiquer la présence de maladies cachées (souvent asymptomatiques lors de processus pathologiques sévères), qui, si elles ne sont pas traitées, progressent rapidement et constituent une menace sérieuse pour la santé et parfois la vie de la patiente (ou du fœtus pendant la grossesse).

Parfois, la douleur dans l'hypochondre droit peut être l'un des signes d'affections nécessitant une intervention médicale d'urgence. Parmi ces pathologies dangereuses: ruptures des organes internes, "abdomen aigu", saignements internes. Appelez immédiatement l’ambulance si le patient présente les symptômes suivants:

  • douleur aiguë, insupportable, qui dure plus de quelques minutes (pas d'attaques - spasmes, caractérisées par des crampes douloureuses, mais un inconfort important et permanent);
  • vomissements persistants;
  • évanouissements et évanouissements;
  • retard ou incapacité totale à uriner;
  • saignements utérins;
  • sang dans les vomissures, les matières fécales, l'urine;
  • augmentation significative de la température corporelle (supérieure à 38,5 ° C);
  • diarrhée ou constipation durant plusieurs jours.

Chez la femme enceinte, la douleur peut indiquer une hémorragie interne, un avortement spontané ou une grossesse extra-utérine. Elle nécessite donc un avis médical urgent.

Ne mangez pas, ne buvez pas, ne bougez pas, ne prenez aucun médicament et n’appliquez pas de coussin chauffant sur l’estomac jusqu’à l’arrivée des médecins.

Le patient doit s'allonger et, si possible, ne pas changer la position du corps.

http://zdorpechen.com/simptomy/bol-v-pravom-podrebere

Douleur dans l'hypochondre droit

La douleur est un signal au corps à propos de l'apparition d'un état pathologique, d'une maladie ou d'une blessure. Pour une personne, la douleur a une fonction protectrice, car elle indique la nécessité d'un traitement à temps.

Causes de la douleur dans l'hypochondre droit

Sur le plan anatomique, le quadrant supérieur droit de l'abdomen comprend: le foie, la vésicule biliaire, une partie du diaphragme et de l'intestin grêle, le duodénum, ​​le rein droit, le pancréas.

Les maladies et les lésions de ces organes peuvent augmenter la survenue de douleurs au côté droit sous les côtes:

Violation de la perméabilité des voies biliaires (cholécystite). Une douleur aiguë et aiguë qui commence soudainement, surtout la nuit, se forme en violation de la perméabilité des voies biliaires et dans la cholécystite aiguë. Dans le cas d'augmentation du tonus de la vésicule biliaire augmente sa propension à réduire, augmente également la fréquence et la force de ses contractions. Ces processus sont accompagnés de douleurs sévères et à court terme et sont souvent déclenchés par un effort excessif nerveux et le stress.

La douleur dans la cholécystite aiguë est causée par des calculs de la vésicule biliaire pénétrant dans son canal excréteur. Le syndrome biliaire forme une stagnation de la bile et une inflammation de la vessie. Pour une colique aussi bilieuse, il existe une douleur intense caractéristique dans la région de la côte droite, ressentie dans la même main, une hyperthermie, des vomissements et des nausées.

Ulcère duodénite ulcère duodénal. La douleur à la couture est principalement révélatrice d'une duodénite ulcéreuse duodénale. La principale raison de cette pathologie est l’activité vitale de la bactérie Helicobacter pylori, qui détruit la muqueuse intestinale. Les coutures et même les douleurs de poignard se produisent principalement la nuit, son intensité diminue lorsque la nourriture pénètre dans le système digestif. Il existe également des symptômes courants: hyperthermie, distension abdominale, nausées, sensation de lourdeur abdominale, malaise général.

Colique rénale. Les patients se plaignent d'une douleur lancinante en cas de colique rénale. Dans ce cas, la douleur devient insupportable et ne change pas lorsque la position du corps change. La douleur provoque la présence de calculs dans le système urinaire qui, avec des arêtes vives, endommagent la membrane muqueuse du système urinaire et provoquent la stagnation.

Pancréatite Une douleur lancinante indique une pancréatite. La cause exacte de l'inflammation du pancréas n'est pas installée. La pathologie commence par une douleur lancinante, intense et enveloppante. Si ces symptômes apparaissent, le patient nécessite une hospitalisation immédiate et un traitement chirurgical d'urgence. Une douleur prononcée dans le carré droit de l'abdomen s'observe lorsque la pancréatite passe de aiguë à chronique et se prête à un traitement conservateur.

La douleur douloureuse dans le côté droit parle de maladies du foie:

La douleur est provoquée par des maladies du foie. La grande majorité des personnes souffrant de maladies du foie se tournent vers les médecins avec l’apparence d’une douleur intense, bien que celle-ci soit précédée d’une douleur d’intensité légère. Chaque type d'hépatite virale, à des degrés divers, provoque une sensation de douleur douloureuse. Une longue période de développement de l'hépatite virale est asymptomatique. La gravité des symptômes dépend de l'activité du virus pathogène. (Manifestations communes de la maladie: fatigue chronique, diminution des performances, troubles systémiques avec hyperthermie. Les symptômes locaux sont une sensation de lourdeur et de douleur dans le foie, l'acquisition d'une peau jaune, une modification de la transparence de l'urine. Un diagnostic précis est établi uniquement par une analyse en laboratoire des marqueurs de l'hépatite.)

Une douleur intense peut également signaler une cirrhose du foie. Malheureusement, la douleur dans cette pathologie apparaît déjà dans les derniers stades de la maladie. Dans les premiers stades, il n'y a pas de douleur bien qu'un processus inflammatoire se développe dans le foie. Par la suite, cela entraîne la mort d’une quantité importante d’hépatocides. Dans le foie, au lieu de cellules mortes, il se forme un tissu conjonctif. Le corps ne peut plus remplir ses fonctions. En ce moment, il y a une douleur lancinante dans l'abdomen droit sous les côtes.

Une douleur douloureuse peut également être l’un des signes du cancer du foie. Avec un léger syndrome douloureux associé à une perte de poids, une fatigue chronique, une faible fièvre, une augmentation de la taille du corps, il est nécessaire de consulter un chirurgien-oncologue.

La douleur sourde est caractéristique des processus inflammatoires fréquents dans la zone sous-costale droite:

Cholécystite chronique. Il s'agit d'une inflammation de la vésicule biliaire, qui progresse lentement et progressivement et passe dans le contexte de la maladie de calculs biliaires. La maladie est causée par des lésions de la paroi interne de la vessie. En conséquence, le mur s'épaissit et se recouvre d'ulcères, qui finissent par cicatriser. De tels changements conduisent à la stagnation et à l’aggravation du flux de bile. Une personne atteinte de cholécystite chronique ressent une légère douleur du côté droit de l'abdomen, des vomissements et des ballonnements. Les symptômes de la douleur sont particulièrement aggravés après la malnutrition, en particulier les graisses.

Pancréatite chronique. L'inflammation chronique du pancréas peut être le résultat d'une pancréatite aiguë non traitée ou d'une maladie des calculs biliaires. Au fur et à mesure que la maladie progresse, des changements irréversibles se produisent dans l'organe sous la forme d'un remplacement du parenchyme de l'organe par le tissu conjonctif. Ces processus violent les fonctions principales de la glande, parmi lesquelles la production d'enzymes digestives et l'insuline, une hormone qui abaisse le taux de sucre dans le sang. Les patients souffrent de douleurs sourdes qui apparaissent après les repas sous les côtes, à droite et à gauche, de ballonnements et de lourdeur abdominale, de dyspepsie, de nausées et de vomissements.

Pyélonéphrite chronique. Il s'agit d'un processus inflammatoire dans le système rénal pelvis-bassvis. La pyélonéphrite chronique unilatérale provoque souvent des douleurs du côté opposé du rein malade. La douleur augmente après un effort physique. Chez les patients sans cause apparente, la température corporelle augmente, les mictions deviennent plus fréquentes, la pression artérielle augmente. En outre, les patients ont noté fatigue chronique, maux de tête et détérioration de la capacité de travail.

Hépatite chronique. La moitié des cas d'hépatite aiguë qui n'ont pas été complètement traités deviennent chroniques. La symptomatologie de cette maladie est très individuelle et dépend de l'état de fonctionnement du corps et des causes de la gastrite. La présence chez le patient de douleurs lancinantes et tirantes dans l'abdomen droit sous les côtes, de nausées, de flatulences et de vomissements, d'une perte d'appétit, d'une intolérance à la graisse et à l'alcool peut indiquer une hépatite chronique. Un examen objectif montre une augmentation modérée de la taille du foie, dont la palpation provoque une douleur sourde.

La duodénite chronique. L'inflammation de la muqueuse duodénale provoque une douleur sourde au niveau de l'abdomen droit et supérieur, des nausées et des vomissements avec bile, une perte d'appétit, des brûlures d'estomac et des diarrhées fréquentes. La duodénite est interconnectée anatomiquement avec le pancréas et les glandes biliaires. Elle se produit donc souvent en parallèle des processus inflammatoires dans ces glandes.

Aspects gynécologiques de la douleur dans l'hypochondre droit

Grossesse extra-utérine. Normalement, l'œuf fécondé pour l'attachement et le développement se déplace dans la cavité utérine. En cas de violation de ce processus et de fixation de l'œuf à un autre endroit, une grossesse extra-utérine se produit. Symptômes gynécologiques: absence de menstruation en association avec des saignements. Cette pathologie s'accompagne de douleurs tiraillantes dans la moitié droite ou gauche de l'abdomen, en fonction du lieu de fixation de l'œuf. La douleur découle de l'étirement excessif et parfois de la rupture de la trompe de Fallope. Il convient de contacter immédiatement l'hôpital pour une hospitalisation et un avortement.

Annexite aiguë ou chronique. Parfois, chez les femmes présentant des processus inflammatoires de l'utérus, la douleur peut être localisée dans l'hypochondre droit ou gauche. En outre, il existe une hyperthermie, une miction altérée, des vomissements, des pertes purulentes au niveau des organes génitaux, des nausées, des douleurs dans le bas de l'abdomen.

Torsion des kystes ovariens. Une telle situation dangereuse n'est traitée que chirurgicalement et plus le diagnostic est posé tôt, plus le résultat du traitement est favorable. Les symptômes de torsion sont les suivants: douleur dans l'abdomen avec irradiation dans l'hypochondre, apparition de saignements, température corporelle élevée, faiblesse générale et malaise.

Douleur dans l'hypochondre droit avec appendicite aiguë

Une annexe est un organe lymphoïde impliqué dans la défense immunitaire du système digestif. Situé dans l'os iliaque droit, mais sa position est assez variable. Cela provoque des difficultés dans le diagnostic de l'inflammation de l'annexe. L'appendicite a ses stades de développement clairs que seul un chirurgien peut diagnostiquer.

Les signes de la maladie sont:

Douleur au nombril et à l'estomac;

La douleur pendant trois heures est localisée dans la moitié droite de l'abdomen;

Diminution de la douleur dans la position couchée sur le côté droit;

Augmentation de la douleur en marchant et en se couchant du côté gauche;

Au fond de la douleur, le bien-être général se dégrade, la température corporelle augmente, des vomissements et une diarrhée surviennent.

Dans de tels cas, un traitement chirurgical d'urgence est effectué dans un hôpital chirurgical.

Ostéochondrose thoracique et douleur dans l'hypochondre droit

Les modifications dégénératives de la colonne thoracique touchent tous les organes internes de l'abdomen et sont difficiles à diagnostiquer.

L'ostéochondrose thoracique est accompagnée de:

Sensations de douleur dans l'hypochondrie et l'espace intercostal;

Augmentation de la douleur lors de l'inspiration et de l'expiration, en pliant le corps, en levant les mains.

À cet endroit du corps, du côté droit, le dos peut être très douloureux justement à cause d'une ostéochondrose thoracique.

La survenue de douleur dans le quadrant supérieur droit avec infarctus du myocarde

Il existe une possibilité de localisation de la douleur dans l'hypochondre droit en cas d'infarctus du myocarde abdominal. Avec ce type de crise cardiaque (nécrose du muscle cardiaque à la suite de la perte de son apport sanguin), une douleur aiguë survient dans la région épigastrique et sous-costale. La douleur devient une sensation de brûlure insupportable et n’étouffe pas la nitroglycérine ni d’autres analgésiques.

Afin d'éviter la mort, une hospitalisation immédiate dans le département de cardiologie est indiquée.

Zona et douleur au côté droit

Cette maladie virale est causée par un virus appartenant à la famille des herpèsvirus. Le processus pathologique se déroule le long des terminaisons nerveuses intercostales. Au début de la maladie avec la défaite de l'espace intercostal droit, il y a une douleur vive dans la région sous-costale, des indicateurs de bas grade, des démangeaisons graves.

Le deuxième jour, des taches rouges et gonflées apparaissent à la place desquelles se forment pendant 3 à 4 jours des bulles de liquide transparent. À ce stade, le nombre de ganglions lymphatiques régionaux augmente également et le syndrome douloureux devient plus intense. En conséquence, les bulles de la maladie ont éclaté, formant à leur place des zones de pigmentation persistante. Après guérison, certains patients peuvent présenter une névralgie post-herpétique accompagnée d'une douleur dans l'hypochondre, difficile à traiter.

Helminthiases infantiles accompagnées de douleurs dans l'hypochondre droit

Les helminthiases sont généralement appelées le groupe de maladies humaines causées par des vers parasites. Une douleur dans l'hypochondre droit peut être observée au cours du deuxième stade de développement de l'ascaridiase (intestinale).

Cette phase est caractérisée par: trouble de l'appétit, nausée, ballonnements, diarrhée et constipation. Les symptômes neurologiques comprennent une irritabilité accrue, une perte d’intelligence, le développement de signes asthéniques. Dans de rares cas, il est possible que des ascaris des intestins pénètrent dans les voies biliaires du foie et de la vésicule biliaire. Dans de telles circonstances, un enfant peut ressentir une douleur aiguë, comme lors d'une attaque de cholécystite aiguë, de cholélithiase ou d'hépatite.

En conclusion, je voudrais noter que lorsque la douleur décrite ci-dessus apparaît, il est urgent de consulter votre médecin. Cela permettra d'éviter le développement de pathologies graves et d'effectuer en temps voulu un traitement complet de la maladie.

Article auteur: Gorshenina Elena Ivanovna | Gastro-entérologue

Éducation: Un diplôme dans la spécialité «Médecine» a été reçu à l'Université de médecine publique russe. N.I. Pirogov (2005). Etudes de troisième cycle en gastroentérologie - centre médical éducatif et scientifique.

http://www.ayzdorov.ru/lechenie_bolvboky_podrebere.php

Douleur dans l'hypochondre droit, qu'est-ce que cela pourrait être?

Les maladies du système hépatobiliaire, notamment la cirrhose, l'hépatite, l'échinococcose et le cancer, ne se manifestent pas immédiatement. Cependant, avec le temps, la personne commence à ressentir une douleur paroxystique sévère dans l'hypochondre droit.

Mais d'autres pathologies peuvent également provoquer des douleurs, notamment l'insuffisance cardiaque congestive, la pancréatite, des maladies intestinales, une thrombose de la veine cave, une inflammation de l'uretère, etc.

Pour vous débarrasser de la douleur, vous pouvez utiliser n'importe quel outil du groupe des antispasmodiques. Mais il est beaucoup plus opportun de rechercher la cause première de l'inconfort et de l'arrêter. Dans cet article, nous examinerons les causes possibles de la douleur et déterminerons quels tests vous devez passer pour que le médecin puisse établir un diagnostic précis.

Causes de la douleur dans l'hypochondre droit

Pathologies du foie

Dans l'hypochondre droit, la douleur est le plus souvent due à une maladie du foie. Même dans l'anatomie topographique sous l'hypochondre droit, cet organe est situé avec les voies biliaires.

Avec des anomalies du foie, la douleur est paroxystique ou des crampes. Sa nature peut varier en fonction de la gravité de la maladie. Le syndrome douloureux peut être à la fois aigu et «terne».

Provoquer une gêne peut:

  1. L'hépatite. L'hépatite A, B, C, les hépatites alcooliques et médicamenteuses sont toujours accompagnées de douleurs paroxystiques douloureuses dans l'hypochondre droit. Dans le même temps, la couleur de la peau change, la faiblesse apparaît, ainsi que la couleur de l'urine et des selles. Dans les excréments du patient apparaissent des impuretés de sang et de bile.
  2. Cirrhose du foie. Elle s'accompagne d'une distension abdominale (ascite), d'une décoloration de la peau et des yeux, d'une faiblesse, de vomissements et de troubles digestifs aigus. En outre, la taille de la rate augmente, la jaunisse progresse, les paumes deviennent rouges. En outre, la cirrhose provoque des varices oesophagiennes, des saignements internes, une augmentation de la pression dans le système de la veine porte. Un traitement tardif mène à la mort.
  3. Echinococcose Développé en raison d'une invasion helminthique. La pathologie est accompagnée d'une lourdeur sévère et de douleurs dans l'hypochondre droit. En outre, il existe des troubles digestifs, la température corporelle augmente, une personne devient lente. Les traitements tardifs sont empoisonnés par le sang et la mort.
  4. Cancer du foie Des symptômes très similaires avec la cirrhose. Chez l'humain, l'hypochondre droit fait mal, un goût amer se dégage de la bouche, la fonctionnalité du système digestif est perturbée, la couleur des yeux et de la peau change et la température corporelle augmente. Il peut y avoir des crampes musculaires, une atrophie musculaire des membres, des saignements internes.
  5. Hépatite graisseuse du foie. Il se développe chez les personnes atteintes de diabète, de troubles métaboliques et d'obésité.

Un symptôme courant des maladies du foie est un changement de la couleur de la peau et des globes oculaires, associé à une douleur / colique.

Maladies du système digestif

Beaucoup de personnes dans l'hypochondre droit ne sont pas blessées à cause d'une maladie du foie. Le fait est que les organes du système digestif, la vésicule biliaire, les intestins, le pancréas et l’estomac sont capables de provoquer un inconfort.

Si la cause fondamentale réside dans la violation de la fonctionnalité du système digestif, le patient s'inquiète des ballonnements, de la diarrhée, des nausées ou des vomissements, des éructations "aigres", des brûlures d'estomac, du goût métallique dans la bouche. Une plaque blanchâtre peut apparaître sur la langue.

Ainsi, les causes principales sont:

  • Pancréatite - inflammation du pancréas. Accompagné par un inconfort dans l'hypochondre droit, une sensation de distension, des vomissements. Au cours de la période d'exacerbation de la pancréatite, la douleur est aiguë paroxystique. L'apparition de grondements dans l'abdomen, les flatulences.
  • Gastrite. Absolument, toute sous-espèce peut causer des douleurs dans la région abdominale. Une personne peut roter "acide", se plaindre de gonflement abdominal, la douleur est capable de donner dans le bas du dos. Souvent, la bouche du patient commence à dégager une odeur désagréable - généralement une odeur putride.
  • Cholécystite. Dans cette maladie, la vésicule biliaire enflamme, la circulation de la bile dans les voies biliaires est perturbée, ce qui a pour conséquence que la personne se plaint de douleurs sourdes et douloureuses dans l'hypochondre droit. Des vomissements, des nausées et des troubles digestifs sont possibles. Peut picoter la région abdominale.
  • Maladies du côlon. Ceux-ci incluent la maladie de Crohn, la colite ulcéreuse, les infections intestinales, une microflore altérée, une diverticulose, le syndrome du côlon irritable.
  • Perforation de l'intestin.
  • Appendicite au début de l'inflammation. Dans de tels cas, la personne ressent une douleur épileptique incomparable. La température corporelle augmente, il y a des vomissements, des nausées, une panne générale. La tension artérielle peut chuter.

La douleur après un effort physique peut également causer une dyskinésie biliaire. En règle générale, le syndrome douloureux disparaît après un certain temps.

Pathologies des organes CCC

Souvent, les organes du système cardio-vasculaire "ont mal à l'hypochondre droit". Le fait est qu’avec la labilité de la pression artérielle et la violation de la conductivité du cœur, l’inconfort de la poitrine «se fait sentir» à l’estomac et sous les côtes.

Souvent, les douleurs abdominales «masquaient» l'infarctus du myocarde. Il se caractérise par des sentiments inconfortables dans la nature. Il existe même un infarctus abdominal. Dans de tels cas, les médecins peuvent confondre les déviations dans le travail du CAS avec les coliques néphrétiques et les infections intestinales.

En plus d’une crise cardiaque, peut causer des crises de douleur spécifiques:

  1. Thrombose de la veine cave. Développé à la suite de la pénétration d'un caillot de sang dans les veines iliaques. La douleur s'étend au bas du dos et à l'hypochondre droit. Si le segment du foie est affecté, les sensations douloureuses «abandonnent» à l'omoplate droite. Avec la thrombose, il y a accumulation de liquide dans l'abdomen et la jaunisse.
  2. Insuffisance cardiaque congestive. Cette maladie se caractérise par une détérioration du flux sanguin dans le grand cercle de la circulation sanguine. Dans l'insuffisance cardiaque, la labilité de la pression artérielle, l'apparition d'un gonflement des jambes, une accumulation de liquide dans la cavité abdominale sont observés. Il y a des douleurs dans la poitrine et l'hypochondre droit. La nature de la douleur - aiguë, paroxystique, intense. Si l'insuffisance cardiaque entre dans une phase aiguë, la taille du foie de la personne augmente.
  3. Cardiopathie ischémique. Symptômes observés tels que douleur thoracique (donnant dans l'hypochondre droit et dans la région abdominale), arythmie, augmentation ou diminution de la pression artérielle, gonflement des membres inférieurs.
  4. Myocardite Il se caractérise par l'apparition de fatigue, d'essoufflement, de transpiration excessive, de tachycardie, d'arythmie. La douleur thoracique associée à l’omoplate, à l’hypochondre droit ou gauche, au bas du dos et au cou est également caractéristique.

Il arrive que la douleur dans l'hypochondre droit soit l'un des précurseurs de la myocardiopathie - une maladie dans laquelle le muscle cardiaque se modifie fonctionnellement.

Dysfonctionnements du système génito-urinaire

Piquer et blesser les organes de l’appareil génito-urinaire à l’hypochondre droit. Ils se caractérisent par l'apparition d'une sensation de brûlure à l'aine et aux côtes. En outre, une personne peut présenter un essoufflement, une bouche sèche, un goût amer dans la bouche et d’autres symptômes extrêmement désagréables.

L’apparition d’une gêne au niveau des côtes est souvent un précurseur de la pyélonéphrite. La pathologie est accompagnée de processus inflammatoires dans les reins. Les signes caractéristiques sont l’intoxication, la fatigue, la fièvre, une fausse miction, des douleurs dans la région lombaire, un gonflement des membres inférieurs. L'assistance tardive est lourde de développement d'un abcès.

En plus de la pyélonéphrite, des maladies telles que celles susceptibles de provoquer des coliques dans l'hypochondre droit;

  • Nécrose des papilles rénales. Développé en raison du manque d'oxygène du tissu rénal en raison du blocage des vaisseaux sanguins. Souvent accompagné de diabète et de maladies infectieuses du système génito-urinaire. Les douleurs avec nécrose sont aiguës paroxystiques. Le sang apparaît dans l'urine. Le choc septique est possible avec une nouvelle mort.
  • Paranéphrite supérieure. Sous ce terme se cache l'inflammation des tissus adipeux dans la partie supérieure des reins. En règle générale, la maladie se développe à la suite d'une infection des amygdales ou d'autres foyers d'inflammation. La patiente se plaint de douleurs vives dans la région abdominale et dans le bas du dos, de douleurs, de faiblesses, d'un essoufflement prononcé. De plus, la température corporelle augmente.
  • Rein de la tumeur. Les symptômes sont identiques à ceux de la pyélonéphrite.
  • Insuffisance rénale. Caractérisé par des douleurs dans le bas du dos et les côtes, des frissons, de la fatigue, des troubles dysuriques, un gonflement des membres inférieurs, l'apparition d'une éruption cutanée sur la peau, l'apparition d'un goût métallique dans la bouche. La pathologie est souvent accompagnée de vomissements et d'intoxication générale.
  • Prostatite Cette maladie se développe exclusivement chez les hommes. La prostatite est une inflammation de la prostate. Peut avoir une étiologie infectieuse et non infectieuse. La maladie se caractérise par des douleurs dans l'hypochondre droit et dans le bas du dos, des troubles dysuriques, une diminution de la puissance, une éjaculation précoce, de la fièvre, des courbatures, une faiblesse, une apathie et une constipation.

Dans les pathologies rénales, une labilité de la pression artérielle est également observée. Développent souvent une hypertension décompensée.

Autres raisons

Souvent, des crampes et des douleurs dans l'hypochondre droit surviennent chez des personnes en parfaite santé pendant un effort physique. Quelle est la raison de cette tendance? Selon les médecins, la cause principale est la libération d'adrénaline et d'hormones anaboliques dans le sang, ce qui entraîne une diminution du tonus des voies biliaires et une augmentation de l'apport sanguin au foie.

En règle générale, des crampes et des coliques apparaissent si une personne commence à faire du sport après un déjeuner copieux. Dans ce cas, un spasme du diaphragme peut se développer. Mais la gêne disparaît immédiatement après la stabilisation de la respiration.

De plus, la douleur dans l'hypochondre peut causer:

  1. La grossesse Beaucoup de femmes remarquent des douleurs et des ballonnements aux premiers stades de la grossesse. Ce phénomène est considéré comme normal. Le fait est que pendant l'accouchement, l'utérus grossit et commence à exercer une pression sur les organes voisins.
  2. Cycle menstruel. À la fin de la menstruation, un déséquilibre entre la progestérone et les œstrogènes est observé chez la femme, ce qui entraîne un spasme des voies biliaires et des douleurs aux côtes.
  3. Zona.
  4. Maladies de la glande surrénale droite, y compris le phéochromocytome.
  5. Fractures des côtes inférieures.
  6. Diaphragmatite
  7. Inflammation des poumons, trachéite, bronchite. Avec ces maux, la douleur "donne" à la partie inférieure du corps. Avec les respirations profondes et la toux, la gêne augmente. Des vertiges, maux de tête, essoufflement, fièvre sont possibles.
  8. Opération récemment transférée.
  9. Trop manger Si une personne consomme trop de glucides et de graisses, le foie est rempli de sang et la motilité intestinale est stimulée. En conséquence - inconfort et douleur.
  10. Névralgie intercostale. Par exemple, dans l'ostéochondrose, il se produit une dégénérescence des cartilages rachidiens, à la suite de quoi les cartilages déformés submergent les terminaisons nerveuses et provoquent des coliques et des crampes.
  11. Côtes meurtries. Selon les médecins, des ecchymoses aux segments dorsaux de 12, 11 et 10 côtes entraînent l’apparition de douleurs "rongeantes". En cas de toux, d'effort physique, de profond soupir et de flexion, la gravité des signes cliniques augmente.

Mesures de diagnostic

Pour déterminer la cause première de l'inconfort, vous devez subir un diagnostic différentiel. Vous devriez d'abord contacter le thérapeute. La cause principale de la douleur dans l'hypochondre droit est considérée comme une maladie du foie. La percussion et la palpation de cet organe sont donc obligatoires.

Si le patient ressent une douleur intense lorsqu'il est pressé, si l'organe est plus grand et plus vallonné, alors, sans aucun doute, la cause fonctionnelle du fonctionnement des organes du système hépatobiliaire était la cause première. À propos, en cas de maladie du foie, le médecin peut trouver un phoque dans la vésicule biliaire et observer des ballonnements (ascites). L'abdomen commence à gonfler le plus souvent avec l'hépatite et la cirrhose.

Le diagnostic ultérieur implique le passage d'études telles que:

  • Cellule sanguine complète et biochimique. Il ne fait pas de mal de passer un test sanguin pour les enzymes du foie, si nécessaire, pour identifier les anomalies dans le travail du corps.
  • Échographie des organes abdominaux. Cela se fait nécessairement, car ce sont les maladies du système digestif et du foie qui causent le plus souvent une gêne dans l'hypochondre droit.
  • ECG Un électrocardiogramme est nécessaire pour évaluer l'état du cœur. Si une personne souffre d’IHD ou d’une autre déficience fonctionnelle aiguë, une échographie du coeur est également indiquée.
  • Fluorographie Besoin d'éliminer la probabilité de la présence d'une maladie pulmonaire.
  • Test sanguin pour les marqueurs tumoraux. Assigné à cette analyse si vous suspectez un processus oncologique dans le corps. En plus de cette étude, une biopsie est recommandée.
  • Échographie des reins. Cela aide à évaluer l'état fonctionnel du système urinaire.
  • TRUS de la prostate. Comme indiqué ci-dessus, la raison peut être liée à la prostatite. Cette étude instrumentale vous permet d'identifier l'inflammation du pancréas dans les premiers stades et de prendre les mesures appropriées.
  • EGD (gastroscopie). L'examen endoscopique le plus informatif. Au cours des DFG, un médecin examine l’état des parois de l’œsophage, de l’estomac et du duodénum.
  • IRM / TDM du foie. Sont des méthodes plus informatives que l'échographie. À l'aide de la tomodensitométrie et de l'imagerie par résonance magnétique, il est possible d'évaluer la structure du foie et d'identifier les processus tumoraux à un stade précoce.
  • Échographie du pancréas. Cela ne fait pas de mal également de passer un test sanguin pour le sucre. Le fait est que les causes de la douleur sont souvent la pathologie du pancréas et du diabète, aussi ces études doivent-elles être menées sans faute.
  • Doppler des vaisseaux sanguins du foie. L'analyse nécessaire, car il peut être utilisé pour évaluer l'état des vaisseaux du foie.
  • Biopsie du foie. Vous permet d'évaluer la nature des modifications morphologiques dans le foie. Conduit avec oncologie suspectée, hépatite, cirrhose.

Après le diagnostic différentiel, un diagnostic est établi et d'autres tactiques de traitement sont sélectionnées.

Comment se débarrasser de la douleur dans le bon hypochondre?

Pour arrêter la douleur, il est nécessaire d'éliminer la cause de leur apparition. Par exemple, les alpha-bloquants, les antagonistes du calcium, les glycosides cardiaques, les diurétiques, etc. sont prescrits pour les maladies cardiovasculaires.

Les pathologies du système digestif sont traitées par l'utilisation d'antiacides, d'agents d'enrobage, de médicaments antibactériens, de médicaments enzymatiques, de procinétiques, etc.

Strictement contre-indiqué sans établir les causes profondes de la prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens, notamment Nise, Diclofenac, Ibuprofen, Nurofen. Ces médicaments peuvent provoquer des saignements internes et ne font qu'aggraver la situation.

Si la pathologie du système hépatobiliaire devient la cause de la douleur, le patient doit alors:

  1. Refuser des boissons alcoolisées. Ceci est une condition de traitement obligatoire. L'éthanol et ses produits de carie détruisent le tissu hépatique et provoquent l'apparition d'une cirrhose / d'un cancer.
  2. Normaliser la nourriture. Le meilleur moyen de prévenir la douleur dans le bon hypochondre et, par conséquent, dans les maladies du foie, est le rejet des aliments épicés, des aliments gras, des plats préparés, des bonbons, des boissons gazeuses et des sous-produits de la viande.
  3. Prenez les hépatoprotecteurs. Ces médicaments aident à restaurer le tissu hépatique endommagé, à normaliser le flux sanguin local, à prévenir le développement de la cirrhose et de l'oncologie et à normaliser la fonctionnalité du système hépatobiliaire dans son ensemble.
  4. Faire du sport. Tu dois bouger plus, marcher beaucoup, aller à la piscine. Mais un exercice intensif est préférable d'exclure.
  5. Évitez les situations stressantes.
  6. Prenez des médicaments antiviraux si l'hépatite virale en est la cause.
  7. Pour les complications infectieuses, prenez des antibiotiques à large spectre.

Pour le traitement symptomatique des spasmes et des coliques, vous pouvez utiliser des antispasmodiques - No-shpa, Chlorhydrate de Drotaverina, Ple-spa, Spazoverin, Papaverine, Baralgin. Il est recommandé de ne pas les prendre plus de 5 jours.

http://blotos.ru/v-pravom-podrebere-bol

Publications De Pancréatite