Adénocarcinome intestinal ou cancer glandulaire

L'intestin fait partie du tractus gastro-intestinal. Cela commence au pylore de l'estomac et se termine à l'anus. L'intestin digère et absorbe les aliments, synthétise les hormones intestinales et participe aux processus immunitaires.

Qu'est-ce que l'adénocarcinome intestinal?

Les intestins constituent le petit et le gros intestin. L'intestin grêle est situé entre l'estomac et le gros intestin.

Il se compose de subdivisions:

  • ulcère duodénal;
  • le jéjunum;
  • iléon.

Le gros intestin achève le tube digestif. L'eau y est absorbée et les matières fécales excrétées sont formées à partir du gruau de nourriture.

Il se compose de subdivisions:

  • caecum avec appendice;
  • côlon avec sous-sections: côlon ascendant, bord transversal, côlon descendant et côlon sigmoïde;
  • rectum avec une ampoule, l'anus et l'anus.

Cancer dans les intestins

L'adénocarcinome intestinal (cancer colorectal) affecte les tissus de toutes les sections de l'intestin grêle et du gros intestin. La tumeur maligne de l'intestin est constituée de cellules épithéliales glandulaires. L'oncologie de ce type est dangereuse en raison de sa croissance lente et il est donc difficile d'identifier une tumeur à un stade précoce. L'adénocarcinome se caractérise par une croissance agressive aux derniers stades, une germination dans les organes et ganglions lymphatiques voisins, des métastases au foie, aux poumons et à d'autres tissus.

Intestin grêle

Le cancer de l'intestin grêle est souvent localisé dans la section initiale et dans l'iléon et se manifeste par une certaine consistance et nature de la tumeur. Dans le cas d'un adénocarcinome de l'anneau, la lumière intestinale se rétrécit et un sarcome intestinal se manifeste dans une obstruction intestinale. La croissance tumorale est due à la dégénérescence des cellules muqueuses. Il peut être associé à des tumeurs d'un autre type et d'une autre localisation.

Dans l'iléon, le lymphome intestinal est moins fréquent (18%), dans le gros intestin - 1%. Il est associé à la maladie cœliaque et fait référence à la lymphogranulomatose (maladie de Hodgkin) et au lymphome non hodgkinien (lymphosarcome). Il existe des lymphomes non hodgkiniens à cellules B. Il est divisé en: maladie lourde de la chaîne A et lymphome de type occidental.

Les adénocarcinomes de forme infiltrante se répandent dans l'intestin et peuvent être situés dans différentes zones sans capturer toute la circonférence de l'intestin.

Mamelon Faterov

L'adénocarcinome du mamelon Vateri peut combiner des tumeurs d'origine différente. Ils sont déployés dans la région distale du canal biliaire et se propagent dans la région duodénale et manifestent un grand nombre de symptômes. La tumeur se développe à partir de l'épithélium pancréatique ou des cellules régénérées du tissu glandulaire du pancréas.

L'oncogenèse se développe lentement et a de petites tailles. Mais dans le cas de la croissance métastase au foie et d'autres organes et ganglions lymphatiques. Les causes du développement ne sont pas entièrement comprises, mais il est connu que la cause de l'adénocarcinome du mamelon de Vater est liée à une polypose héréditaire ou à une mutation du gène K-ras.

Les principaux symptômes de ce type d'onco-tumeurs comprennent:

  • perte de poids importante, y compris l'anorexie;
  • jaunisse chronique;
  • prurit et vomissements;
  • une indigestion;
  • douleur dans la partie supérieure de l'abdomen;
  • maux de dos dans les derniers stades;
  • une hausse de température sans raison;
  • des taches de sang dans les selles.

Gros intestin

L'adénocarcinome du gros intestin présente des symptômes similaires à ceux d'une tumeur de l'intestin grêle. Il combine des tumeurs de différents endroits, textures et structures de cellules chez les aveugles, le côlon et le rectum. À la suite de la dégénérescence des cellules de la muqueuse intestinale et onkoopukhol commence à se développer.

Bien que les tumeurs malignes se développent de la même manière, chaque espèce a ses particularités de croissance: croissance lente ou longue période de temps dans les limites de l'intestin. Mais toutes les tumeurs provoquent des processus inflammatoires dans les tissus, ce qui contribue à la propagation du cancer vers d'autres organes et tissus. Ainsi, des tumeurs secondaires se forment qui ne donnent pas de métastase au cours des deux premiers stades. Dans les stades ultérieurs, l'adénocarcinome de l'intestin se métastase, les cellules transportent le sang dans la cavité lymphatique, vers le foie et les poumons. Plusieurs tumeurs peuvent survenir simultanément ou l'une après l'autre.

Lorsque l'adénocarcinome du gros intestin affecte la membrane muqueuse, changez ses cellules. La tumeur se développe à travers la membrane dans le péritoine. Les symptômes se manifestent par des douleurs récurrentes au bas de l'abdomen, l'alternance de constipation et de diarrhée, une perte d'appétit, des nausées et des vomissements déraisonnables. Les stades initiaux du développement des onco-tumeurs se caractérisent par une similitude avec la polypose; par conséquent, la différenciation est nécessaire pour le diagnostic. Une tumeur progressive entraîne l'apparition de pertes purulentes, de mucus et de sang dans les selles.

Dans le gros intestin, la tumeur s'ulcère rapidement en raison de l'effet constant des matières fécales. Par conséquent, le corps est infecté, ce qui entraîne une intoxication, des douleurs abdominales intenses, de la fièvre, une péritonite. Vous pouvez voir ces facteurs par une analyse de sang.

Côlon sigmoïde

L'adénocarcinome du côlon sigmoïde se développe comme suit:

  • il n'y a pas de métastases, la tumeur mesure 15 mm de diamètre;
  • métastases régionales uniques apparaissent lorsque la taille de la moitié du diamètre de l'intestin, aucune germination à travers la paroi intestinale externe;
  • de nombreuses métastases distantes avec fermeture complète de la lumière du côlon sigmoïde se développent dans des organes situés à proximité.

Dans le côlon sigmoïde, une tumeur se développe en raison d'un excès de viande et de graisse animale, d'un manque de fibres et de vitamines.

Et aussi pour la raison:

  • âge avancé:
  • mode de vie sédentaire;
  • constipation, muqueuse intestinale traumatique;
  • polypes, iléite terminale, diverticulose;
  • colite ulcéreuse.

La dysplasie muqueuse prémaligne précède l'adénocarcinome. Les symptômes de l'adénocarcinome se manifestent par des douleurs dans la région iléale, des flatulences, des diarrhées et une constipation, se traduisant par une obstruction intestinale, du mucus avec du pus et du sang dans les selles.

Cecum

L'adénocarcinome du caecum est la tumeur intestinale la plus courante. On le trouve chez les enfants et les personnes âgées. Avant son développement, il existe une période de condition précancéreuse, par exemple la croissance de polypes. Le cancer du caecum apparaît pour les mêmes raisons que chez le sigmoïde, ainsi que des aliments déséquilibrés et gras, de la farine et des produits fumés, le sexe anal, la présence de tumeurs villeuses et le virus de l'oreiller.

Une tumeur dans le caecum est difficile à détecter aux stades 1 à 2 de la maladie. Par conséquent, les scientifiques médicaux n’ont pas encore trouvé de méthodes de prévention du cancer dans le caecum.

Le rectum

L'adénocarcinome du rectum est un fléau pour les plus de 50 ans. Les raisons de son développement sont liées à une nutrition médiocre et à un manque de fibres dans l'alimentation, au travail dans de mauvaises conditions: contact avec l'amiante, produits chimiques, émission radio. L'inflammation du rectum et du papillomavirus, la polypose, le sexe anal contribuent au développement du cancer de la tumeur. Les symptômes apparaissent également des attaques désagréables ou douloureuses dans le rectum, lors de la vidange, ainsi que des fausses envies de déféquer, de la constipation et de la diarrhée, l’apparition d’un écoulement du sang.

Le rectum a trois parties: anal, ampullaire et nadampulaire. Le plus souvent, une tumeur d'adénome ou de cancer solide est déployée dans la zone ampullaire et se développe à partir du tissu épithélial de la structure glandulaire.

Dans la région anorectale, le mélanome provient de plusieurs couches d’épithélium squameux, dans la partie anale - carcinome épidermoïde.

Il a plusieurs types et est divisé en:

  • adénocarcinome;
  • squameux;
  • anneau cricoïde;
  • adénocarcinome de la muqueuse;
  • squameux glandulaire;
  • indifférencié.

L'adénocarcinome se développe souvent dans l'intestin du côlon rectal et dans le rectum - une tumeur à cellules squameuses ou un cancer à cellules squameuses de l'intestin. Sa forme est inégale et ressemble à un ulcère ou un chou-fleur. Le parcours est agressif et rapide, les métastases précoces affectent les ganglions lymphatiques et les organes internes.

Causes de l'adénocarcinome intestinal

Sur la base de l'anatomie intestinale, il existe plusieurs zones dans lesquelles un adénocarcinome intestinal peut se produire. Les causes sont communes et concernent une certaine partie de l'intestin.

Les causes courantes d'adénocarcinome intestinal sont liées au mode de vie et aux prédilections d'une personne. À savoir:

  • aliments gras, sucreries, alcool;
  • manque de céréales, de fruits et de légumes;
  • passion pour les plats de viande;
  • constipation - le premier signe d'adénocarcinome;
  • colite et polypes et inflammations;
  • prédisposition génétique;
  • conditions de travail et de vie néfastes (dans les zones pathogènes);
  • mauvaise qualité de l'eau consommée;
  • papillomavirus et le sexe anal.

Symptômes et signes de la maladie

Les symptômes spécifiques de l'adénocarcinome intestinal, en particulier dans les premiers stades, seront absents. Plus tard, les patients devront consulter un médecin avec des plaintes de douleurs récurrentes à l'abdomen, de ballonnements, de gaz, d'un changement de constipation et de diarrhée, ainsi que de sécrétions sanglantes et mucopuruleuses dans les selles.

Avec la croissance, les signes de l'adénocarcinome intestinal sont aggravés, des nausées et des vomissements déraisonnables apparaissent, l'appétit est perdu et le poids est réduit. Une tumeur élargie peut être palpée à travers la paroi péritonéale.

Aux stades 3 à 4, un adénocarcinome intestinal se fait sentir, les symptômes apparaissent:

  • obstruction de l'intestin: impossibilité de déféquer;
  • l'apparition de vomissements fécaux;
  • inconfort dans les intestins;
  • saignements et anémie;
  • léthargie, faiblesse et perte de performance;
  • phénomènes péritonéaux.

Types de tumeurs intestinales malignes

Les cellules tumorales sont différentes des cellules normales. Le niveau de différences détermine les propriétés des cellules cancéreuses et prescrit un traitement. Ces études histologiques aident à identifier le degré de différenciation des cellules d'adénocarcinome.

Adénocarcinome intestinal hautement différencié

Les cellules tumorales diffèrent des cellules normales par une certaine augmentation de leurs noyaux. Ils remplissent la même fonction. Par conséquent, après un traitement adéquat, le corps réagit positivement au cancer glandulaire hautement différencié et une guérison complète est possible. Chez les patients âgés, la tumeur ne se développe pas et ne métastase pas aux autres organes après le traitement. Chez les patients jeunes, le risque de récidive dans les 12 mois suivant la chirurgie et la formation de tumeurs secondaires demeure.

Adénocarcinome intestinal modérément différencié

Les conséquences d'un adénocarcinome de ce type sont plus graves. Les cellules épithéliales se développent et entraînent une obstruction intestinale. La tumeur atteint une taille importante et casse souvent la paroi intestinale, provoquant un saignement.

Dans les intestins, des fistules se forment sur les parois et une péritonite se développe, ce qui aggrave le déroulement de l'oncologie. Lorsqu'une tumeur est retirée et qu'un traitement complexe est effectué, un bon résultat de prédiction de survie à cinq ans peut être atteint - 65-75%.

Adénocarcinome de l'intestin mal différencié

L'évolution de la maladie est agressive dans les cas de polymorphisme cellulaire grave. Il existe une croissance rapide des cellules cancéreuses et une métastase précoce des organes et des ganglions lymphatiques adjacents. La tumeur n'a pas de limites claires. Pendant l'opération et le traitement complexe à un stade précoce, la rémission peut être longue. Aux derniers stades du traitement, le pronostic est faible.

Le cancer glandulaire de l'intestin est de plusieurs types et se divise en adénocarcinome:

  1. Mucineux (mucus) sans limites prononcées, constitué de mucus avec mucine et éléments épithéliaux. Les métastases se propagent aux ganglions lymphatiques régionaux. Il y a une forte récidive de la maladie, car la tumeur ne montre pas de sensibilité aux radiations.
  2. Cellule baguée qui coule de manière agressive. Au moment du diagnostic peut être détecté des métastases dans le LU et le foie. La tumeur se développe et se développe dans la couche interne de l'intestin, en particulier dans l'épaisseur. Plus souvent, les jeunes tombent malades.
  3. Squamous, consistant en Onkocell plat et malin qui coule. Plus souvent trouvé dans le canal anal. Capable de germer dans le vagin, la vessie, l'uretère et la prostate. La maladie récidive souvent et se caractérise par un faible taux de survie. Après confirmation du diagnostic, les patients décèdent dans les 3-4 ans. Après traitement, le seuil de cinq ans de la vie est de 30%.
  4. Tubulaire, composé de formations tubulaires. Pour les petites tailles, les limites de la tumeur sont floues. Cette forme de pathologie est observée chez 50% des patients atteints d'un cancer glandulaire.

Les tumeurs intestinales se produisent également:

  1. endophyte - apparaissant sur le mur à l'intérieur de l'intestin;
  2. exophytique - apparaissant à l'extérieur sur la muqueuse intestinale.

Une tumeur exophytique est plus facile à palper à travers la paroi péritonéale. Les tumeurs endophytes provoquent une obstruction intestinale.

Les étapes de l'adénocarcinome intestinal

Adénocarcinome par étapes selon la classification TNM:

http://onkolog-24.ru/adenokarcinoma-kishechnika-ili-zhelezistyj-rak.html

Adénocarcinome du colon: pronostic de survie, traitement, symptômes

Une maladie très grave difficile à diagnostiquer aux stades 1-2. Il est plus fréquent chez les hommes que chez les femmes. Se développe à partir de cellules épithéliales de la couche supérieure de la paroi intestinale. Comme pour la plupart des maladies oncologiques, cette maladie touche plus souvent les personnes âgées de plus de 55 ans. A un taux de mortalité élevé dans les derniers stades: 3 et 4.

L'adénocarcinome du côlon, de l'intestin grêle, du côlon a un taux de développement élevé et de fréquents cas de métastases rapides, même au début de la maladie. Le néoplasme passe rapidement à un degré agressif, métastase aux ganglions lymphatiques les plus proches et se développe dans les tissus et les organes les plus proches.

Causes de développement

NOTE! Il faut comprendre que la cause exacte à cent pour cent du carcinome n'est pas encore connue, à la fois des scientifiques et des médecins. Tous les facteurs énumérés ci-dessous n'augmentent que les chances d'occurrence, et les paramètres eux-mêmes sont extraits des statistiques des malades.

  • Mode de vie sédentaire et manque de sport.
  • Mauvaise alimentation. L'abondance d'aliments gras, frits, épicés et d'aliments riches en substances cancérigènes.
  • Maladies concomitantes du tractus gastro-intestinal: polypose; un ulcère; diverticulite; l'inflammation.
  • Consommation excessive d'alcool.
  • Cigarettes et autres produits du tabac.
  • Constipation fréquente et problèmes digestifs.
  • Génétique - Si les proches parents ont une maladie dans la famille, les risques de tomber malade augmentent plusieurs fois.
  • Impact physique direct avec des formes non traditionnelles de relations sexuelles.

Malheureusement, même une personne en parfaite santé a une chance de tomber malade, mais elle reste inférieure à celle des personnes exposées quotidiennement aux facteurs énumérés ci-dessus.

Symptomatologie

Habituellement, au début, un patient présentant des formes déjà avancées de maladies gastro-intestinales supplémentaires ne trahit pas l’importance de l’intensification de certains symptômes.

  • Sang dans les excréments.
  • Douleurs vives et vives dans l'abdomen.
  • Vomissements.
  • Température subfébrale, sans symptômes d'infections virales respiratoires aiguës et d'autres rhumes.
  • Nausée
  • Fatigue constante.
  • La diarrhée
  • Perte de poids rapide sans charges ni régime ni charge sportive.
  • Constipation, alternance de diarrhée.
  • Brûlures d'estomac.

Au cours du développement du cancer, les symptômes vont augmenter. Et avec des métastases dans les organes les plus proches et avec la défaite des ganglions lymphatiques, d'autres symptômes peuvent apparaître.

Variétés et classification

Le type de tumeur diffère dans la structure des cellules et dans quelle mesure le cancer diffère de celui des cellules saines. Le taux de développement de la maladie en dépend, ainsi que de la stratégie choisie par l'oncologue pour le traitement.

NOTE! Le degré de différenciation montre la différence entre une cellule cancéreuse et une cellule saine.

Très différencié

  • Les cellules tumorales ont presque la même structure que les cellules saines.
  • Noyaux agrandis.
  • Le taux de croissance est faible.
  • L’agression des cellules et des tissus les plus proches n’est que sur 4 étapes.
  • Dans les premiers stades curable.

Modérément différencié

  • Il a une vitesse plus élevée par rapport à la forme hautement différenciée.
  • Selon l'examen histologique, les cellules diffèrent beaucoup plus des cellules saines.
  • Il a un caractère invasif - affecte le tissu le plus proche et les ganglions lymphatiques.

Mal différencié

L'adénocarcinome du colon présente cette forme particulière dans 80% des cas. En raison de ce que la maladie se développe rapidement et se transforme rapidement en une forme invasive avec des métastases. Dans le même temps, les premiers couples ne présentent presque aucun symptôme et sont mal diagnostiqués.

Indifférencié

  • Les cellules atypiques dont la structure n'est pas similaire à celle des cellules saines.
  • La forme la plus dangereuse et agressive, caractérisée par une croissance rapide infiltrante.
  • Au début, il peut métastaser et toucher abondamment les organes et les parois les plus proches de la cavité abdominale.

Les étapes

Mucineux

  • Il se produit dans 5% des cas.
  • Le néoplasme se développe à partir de cellules kystiques, en raison desquelles la tumeur a des sécrétions muqueuses.
  • Rechutes fréquentes.

Tubulaire

  • Des symptômes clairs apparaissent aux stades 3-4.
  • Il est traité durement et a un pourcentage élevé de mortalité.

Métastases

Habituellement, les métastases se produisent en 3 ou 4 étapes. Mais comme cela a été écrit précédemment, cela dépend aussi de la variété et de la différenciation. Une tumeur peut se propager de plusieurs manières:

  • Vaisseaux sanguins avec flux sanguin;
  • Par le système lymphatique;
  • Invasif - quand une tumeur se développe dans le tissu le plus proche ou même dans les organes.

Les métastases peuvent se situer au stade 1-2, si les cellules cancéreuses ont une structure peu ou pas différenciée. Ensuite, cette oncologie est plus agressive, même dans le premier couple.

Examen et diagnostic

  1. Tout d'abord, le médecin inspecte visuellement la palpation de l'abdomen et des ganglions lymphatiques.
  2. Un test sanguin et des selles est envoyé au laboratoire. S'il y a des caillots sanguins dans les masses fécales et que l'analyse sanguine biochimique et générale présente également de fortes déviations, le médecin procède déjà à un examen approfondi de l'intestin.
  3. La radiographie pourra montrer la tumeur aux stades 3 à 4.
  4. L'examen endoscopique rectal montre une localisation précise. En outre, le médecin prendra un morceau de tissu pour la biopsie.
  5. La biopsie fournit une occasion de voir le degré de différenciation, ainsi que de déterminer le degré de malignité de la tumeur.
  6. La tomodensitométrie et l'IRM constituent une étude complémentaire plus précise permettant de déterminer le degré d'invasion et de lésion des tissus et des organes voisins.

Thérapie

Le type de traitement dépend de plusieurs facteurs:

  • La scène;
  • Dommages aux organes, tissus et système lymphatique les plus proches;
  • L'âge du patient;
  • Le degré de différenciation et la nature des cellules cancéreuses;
  • Maladies concomitantes, allergies pouvant aggraver l’état du patient au cours du traitement.

Après un examen approfondi, l'oncologue établit une stratégie pour lutter contre la maladie.

  1. Radiothérapie - la radiothérapie est effectuée avant et après la chirurgie. Ce peut être le type principal de traitement dans les dernières étapes. Permet de réduire le taux de croissance de la tumeur et son agressivité.
  2. Chimiothérapie - utilisez des poisons spéciaux auxquels les cellules cancéreuses atypiques sont plus sensibles. Une mesure efficace, avec un grand nombre d'effets secondaires. Il est conduit par cours.
  3. Intervention chirurgicale - retrait de la zone touchée et de tous les ganglions lymphatiques locaux. Avec l'obstruction intestinale, pour éliminer les masses fécales peut faire une colostomie.
  1. Immunothérapie - pour améliorer l'immunité du patient, des préparations spéciales sont utilisées. Dans ce cas, le corps lui-même commence à lutter contre les cellules cancéreuses.

En outre, le patient doit suivre un régime alimentaire strict pour améliorer l'état du corps et réduire la charge sur le tractus gastro-intestinal.

Les conséquences

Il arrive souvent qu'un patient ne décède pas d'une tumeur, mais des complications qui en découlent.

  • La tumeur recouvre le canal intestinal et il est plus difficile pour le patient de répondre à ses besoins.
  • Les matières fécales deviennent comme un ruban.
  • Blocage complet. Dans ce cas, la colostomie est mise en place, sinon les selles vont s'accumuler abondamment, le contenu sera absorbé, ce qui entraînera une augmentation de l'intoxication.
  • Le néoplasme viole l'intégrité des vaisseaux d'approvisionnement et entraîne un saignement.
  • Péritonite
  • Invagination d'un mur intestinal dans le suivant.
  • L'accumulation de liquide dans la cavité abdominale.

Pouvoir

  • Réduire l'intoxication;
  • Donner tous les oligo-éléments, vitamines et minéraux nécessaires;
  • Améliorer le métabolisme;
  • Augmenter l'immunité.

NOTE! Tous les aliments ne doivent pas être froids ni chauds, mais à peine chauds. En outre, il devrait être finement broyé dans un mélangeur pour réduire la charge sur les intestins et améliorer la capacité d'absorption de tous les nutriments.

Interdit

  • Frit;
  • Très salé;
  • Produits avec conservateurs et colorants;
  • Alcool
  • Produits laitiers;
  • Pain à la levure;
  • Aiguë;
  • Les noix;
  • Pois et autres légumineuses.

Permis

  • Légumes verts;
  • Les tomates;
  • Les bananes;
  • Les pêches;
  • Kashi;
  • Viande diététique faible en gras;
  • Poulet;
  • Les prunes;
  • Citrouille

Prédiction et survie

En règle générale, le taux de survie à cinq ans est élevé aux stades initiaux, lorsque la tumeur est petite et qu'il n'y a pas de métastases. Dans les stades ultérieurs, la tumeur affecte déjà une zone significative de l'organe et peut germer, affectant les parois de l'intestin et les organes voisins.

Pourcentage de survie à 5 ans:

  • 1 degré - 90%;
  • 2 degrés - 70%;
  • 3 e année - 35%;
  • 4 degrés - 3-10%.

Il est nécessaire de prendre en compte la différenciation du cancer. Et plus elle est basse, plus le taux de croissance de la tumeur est rapide, plus l'invasion est forte et le risque de métastase précoce est élevé. La mortalité augmente généralement avec l'âge du patient. Dans ce cas, le corps a généralement déjà un certain nombre d'autres maladies graves du tractus gastro-intestinal et du système cardiovasculaire.

Prévention

Pour les personnes à risque (dont les parents étaient atteints de cette maladie), vous devriez être examiné régulièrement:

  • Tous les six mois, prenez les selles et le sang pour des tests de laboratoire d’analyses biochimiques et générales.
  • Faire une radiographie de l'abdomen - une fois par an.
  • Pour être examiné par un médecin.
  • Surveillez vos sentiments. Nous devons nous rappeler que dans les stades précoces, le cancer se comporte de manière silencieuse, vous devez donc rester vigilant.

Pour réduire les risques, vous devez suivre les règles habituelles:

  1. Éliminer le tabagisme et l'alcool;
  2. Mener un style de vie mobile;
  3. Essayez de manger plus de fruits et de légumes. Moins frit, gras et sucré.

Après la chirurgie pour supprimer l'éducation devrait agir conformément aux recommandations de l'oncologue. Ne pas oublier le régime alimentaire et y adhérer strictement jusqu'à la fin de la vie. Passer régulièrement un examen et un test.

http://oncoved.ru/rak-zhkt/adenokartsinoma-tolstoj-kishki

Adénocarcinome du colon

Tumeur touchant le côlon

L'adénocarcinome modérément différencié du colon. Par conséquent, le traitement doit commencer à tous les stades. Sous cette maladie, ils comprennent une tumeur maligne, qui est la quatrième plus commune. Dans ce cas, de nouveaux tissus se forment en utilisant le remplissage séreux des cellules glandulaires. Il y a des cas où une tumeur passe dans la cavité abdominale en passant par les intestins.

Un signe caractéristique de la différenciation de l'adénocarcinome du côlon est une cause de mortalité élevée due à cette maladie, car il est probable qu'un diagnostic tardif soit possible.

Un tel cancer représente 80% des dommages intestinaux, le plus souvent le caecum est touché. Les hommes sont plus souvent malades que les femmes, ces dernières ayant une maladie particulière après les cancers de l'estomac, des poumons et du sein. Si vous avez plus de cinquante ans, vous devriez vous faire tester et de préférence faire régulièrement.

Comme la maladie présente peu de symptômes, ils ne font souvent pas attention à ces problèmes et il est difficile de l'identifier, car le patient ne ressent pratiquement aucun problème dans son corps.

La classification de la maladie - les principales différences

Il existe une variété de possibilités pour la distribution de la maladie. Faites attention à la façon dont les cellules normales et malades se différencient. Trois types d'adénocarcinome du côlon sont détectés. Il s'agit de:

  • très différencié;
  • modérément différencié;
  • mal différencié.

Le cancer se propage sur une petite surface, il y a très peu de cellules et le processus de la maladie se déroule dans le calme et sans risque de mort. On peut dire que l'adénocarcinome du côlon hautement différencié a un pronostic très favorable.

L'adénocarcinome du côlon hautement différencié passe sans complications, les tumeurs sont légèrement agrandies. À première vue, elles ressemblent à des cellules non affectées et peuvent donc fonctionner en remplissant la fonction de cet organe.

En général, le résultat est toujours favorable, même les personnes âgées vivent longtemps, car aucune cellule cancéreuse ne se forme dans d'autres organes. Les personnes vivent au moins 5 ans dans 50% des cas, si leur âge est supérieur à 50 ans.

Si un jeune tombe malade, la réémergence de cellules est élevée. Par conséquent, si des cellules cancéreuses ont été trouvées en lui, il est alors soumis à une surveillance sérieuse. Étant donné que seulement 5% des personnes peuvent survivre 5 ans dans leur jeunesse ou se rétablir complètement.

Ce type de cancer se classe au quatrième rang des tumeurs cancéreuses, qui ont des conséquences graves. Les néoplasmes remplissent l'organe de manière à provoquer une obstruction intestinale, ce qui oblige généralement le patient à consulter un spécialiste.

Il existe un risque que de larges masses tumorales déchirent les parois de l'organe, ce qui provoque une hémorragie interne, remplissant la cavité gastrique avec les déchets corporels. Il y a un danger dans l'apparition de trous. La péritonite se développe, comme mentionné précédemment, ce qui aggrave le pronostic de la maladie.

Par conséquent, l'adénocarcinome modérément différencié du côlon a un mauvais pronostic pour les patients atteints de cette maladie, car l'adénocarcinome modérément différencié du côlon change facilement de stade et peut rapidement atteindre le dernier stade. C'est pour cette raison que la maladie doit être traitée de toute urgence. La rémission n'est possible qu'avec le traitement d'une approche intégrée, lorsque la tumeur est encore à un stade précoce.

Cinq ans peuvent vivre avec une tumeur que trente pour cent, et si la troisième étape, alors quinze à peine étirée. Par conséquent, tout est lié à la rapidité avec laquelle le traitement a commencé, à la rapidité avec laquelle les tumeurs ont été détectées et, si possible, retirées.

Un adénocarcinome du côlon de bas grade est détecté chez vingt pour cent des patients, car il est capable de se comporter de manière agressive et possède un épithélium très infecté. Ils se développent à un taux élevé, ils ont un niveau élevé de métastases, même si la cancérologie a seulement été découverte.

L'adénocarcinome du côlon de bas grade a un pronostic qui, comparé au premier type, est peu spécifique, car ces cellules manquent de contours nets, elles sont difficiles à éliminer et donnent souvent des métastases. Comme la méthode chirurgicale est inutile, le patient est traité de manière symptomatique, en particulier parce que le résultat est prédéterminé.

Évolution de la maladie et des lésions aux organes

L'adénocarcinome du côlon peut donner des métastases dans les organes les plus proches, il est également possible que les métastases aux ganglions lymphatiques et distants. Les métastases se font de trois manières:

  • lymphogénicité, se produisant dans soixante pour cent des cas;
  • l'hématogénéité, qui caractérise dix pour cent de ceux qui arrivent;
  • implantation, lorsque la zone touchée entre en contact avec des cellules saines, trente pour cent de la partie restante tombe sur ces patients.

Habituellement, le foie et les ganglions lymphatiques régionaux sont touchés. Moins souvent, il atteint les poumons et les os du bassin, car les métastases peuvent se propager à des tissus distants et ne pas passer.

Complications - comment se manifester

Comme il s’agit d’une maladie complexe, elle entraîne de nombreuses complications graves. Nous pouvons parler de ce qui suit:

  • obstruction - il souffre de quarante pour cent, car la tumeur recouvre l'intestin;
  • rupture ou perforation de la membrane, ce qui entraîne un saignement à l'intérieur de la cavité abdominale;
  • il se forme des cellules cancéreuses avec lesquelles elles entrent en contact;
  • l'apparition de trous interorganiques, par exemple, ils apparaissent dans le système urogénital ou dans la prostate, se déversant également dans la cavité abdominale;
  • les cellules cancéreuses elles-mêmes deviennent ulcérées;
  • restructuration du corps quand une partie du corps est incrustée dans l'autre;
  • changements dans le côté gauche lorsque les masses fécales s'accumulent, formant une chaise en forme de rubans.

Diagnostic de la maladie

Il existe une sorte d'adénocarcinome appelé mucineux. C'est un type de cancer qui se manifeste dans les fistules rectovaginale et pararectale. Adénocarcinome mucineux du côlon, le pronostic après la chirurgie montre généralement un positif. L'intervention chirurgicale est effectuée après une biopsie, extrayant toute une gamme de mucus.

Les tumeurs dans ce cas sont petites, de sorte que l'opération est nécessairement indiquée aux patients. Après la chirurgie, l'intestin revient à la normale. D'habitude, tout est représenté principalement par le mucus. Le pronostic dans ce cas est moins favorable, donc l'opération est indiquée, sinon des rechutes et la formation de cellules cancéreuses dans d'autres parties du corps sont possibles.

Il s'avère que l'adénocarcinome mucineux du côlon est l'adénocarcinome différencié le plus dangereux du côlon. Après tout, le mucus recouvre tout l’espace intestinal, ce qui entraîne la constipation. En outre, le risque de métastatisation importante existe toujours.

Identifier la maladie en utilisant diverses méthodes

L'adénocarcinome mucineux ou également l'adénocarcinome à cellules noires du gros intestin est représenté par des fibres individuelles sous la forme de mucus, qui forment des petites boules et flottent le long du canal, rencontrant d'autres boules similaires et se connectant avec elles. Ceci est très dangereux, car cela peut casser le corps. Dans ce cas, les prévisions ne sont pas rassurantes.

Cancer glandulaire

Divisez ce type de cancer en quatre types. Voici comment cela est représenté:

http://oncology24.ru/adenokartsinoma/adenokartsinoma-tolstoj-kishki.html

Adénocarcinome du colon: description, pronostic

Adénocarcinome du côlon - pronostic (survie), symptômes, diagnostic, traitement

L'adénocarcinome (ou cancer glandulaire) du côlon est une tumeur provenant des cellules épithéliales-glandulaires qui constituent la muqueuse intestinale.

Il s'agit d'un type de cancer assez courant, caractérisé par une évolution sévère et un diagnostic tardif. Cette dernière circonstance est la cause de la mortalité élevée due à cette maladie.

Les médecins n’ont pas une opinion unique sur les causes du cancer colorectal en général (toutes les tumeurs du côlon, y compris le cancer du rectum) et de l’adénocarcinome en particulier.

  • Toutes les informations sur le site sont à titre informatif seulement et ne constitue pas un manuel pour l'action!
  • Seul un médecin peut vous donner un diagnostic exact!
  • Nous vous exhortons à ne pas vous auto-guérir, mais à vous inscrire auprès d'un spécialiste!
  • Santé à vous et à votre famille! Ne pas perdre courage

Un certain nombre de facteurs augmentent le risque de maladie:

  • tumeurs bénignes (polypes) du gros intestin;
  • la carence en fibres végétales dans le régime alimentaire dans le contexte de l'abus de viandes grasses, plats épicés, fast food et autres aliments cancérigènes;
  • tabagisme et consommation excessive d'alcool;
  • abus de produits chimiques ménagers;
  • travailler dans l'industrie chimique;
  • prédisposition génétique;
  • le stress;
  • constipation chronique;
  • pierres fécales dans les intestins;
  • facteurs ethniques (il est établi que, eu égard aux particularités de la nutrition, les habitants d'Europe orientale et d'Asie centrale sont particulièrement sensibles aux tumeurs intestinales)
  • hypodynamie (mode de vie sédentaire), travail sédentaire.

Diverses lésions des membranes muqueuses de l'intestin causées par des maladies telles que la colite ulcéreuse ou la maladie de Crohn (inflammation du tube digestif) peuvent déclencher la dégénérescence des cellules et des tissus.

Les symptômes

Comme d'autres types d'adénocarcinomes, le cancer du côlon glandulaire se développe principalement chez les personnes âgées. Le type le plus courant de pathologie maligne de ce type est une tumeur du côlon sigmoïde (la dernière section du gros intestin).

Le principal danger des adénocarcinomes est qu’ils soient asymptomatiques dans la plupart des cas cliniques. Même aux stades de progression du processus malin, les symptômes eux-mêmes ne sont pas caractéristiques des tumeurs oncologiques. Des manifestations similaires peuvent provoquer un ulcère peptique, une colite et une inflammation chronique des muqueuses intestinales.

Les manifestations primaires de la pathologie inquiètent rarement les patients, en particulier ceux qui ont déjà eu des problèmes avec le tube digestif. C'est pourquoi l'un des principaux critères de succès du traitement de l'adénocarcinome du côlon est la détection rapide des premiers signes d'une tumeur.

Une attention particulière devrait être portée aux symptômes tels que:

  • faiblesse générale, fatigue, faible performance;
  • douleurs abdominales récurrentes;
  • violation de la chaise sous la forme de constipation ou de diarrhée;
  • réduction de poids;
  • manque d'appétit;
  • changement des habitudes gustatives (il peut y avoir une aversion pour la viande ou les aliments protéinés en général).

Suite à l'intoxication d'un patient, le foie augmente, la peau et la sclérotique des yeux deviennent jaunâtres, on observe des ballonnements, dans les cas graves, une obstruction intestinale se développe et des saignements intestinaux massifs se produisent. Ces signes peuvent indiquer la présence de métastases.

Diagnostics

Des méthodes de diagnostic de laboratoire et de matériel sont utilisées pour détecter la maladie. Les symptômes du cancer glandulaire étant hautement non spécifiques, il convient de consulter un gastro-entérologue ou un proctologue au moindre soupçon de tumeur du tube digestif.

Après une conversation préliminaire au cours de laquelle le médecin établit un historique détaillé de la maladie, la palpation rectale de l'intestin est réalisée à une certaine profondeur.

À l'avenir, les procédures suivantes peuvent être attribuées:

  • La rectoromanoscopie - une technique de diagnostic du matériel, qui permet de procéder à une inspection visuelle de la partie inférieure du côlon. L'appareil est un tube avec une source de lumière. Vous pouvez également biopsier les tissus suspects à l'aide d'un sigmoïdoscope;
  • La coloscopie est une autre méthode de visualisation des zones éloignées du gros intestin, plus informative. Une coloscopie peut également prélever un échantillon de la tumeur;
  • l'irrigoscopie - la méthode est une radiographie de l'intestin avec un agent de contraste. La méthode permet d’étudier les contours du côlon et, lorsqu’une tumeur est détectée, sa forme, sa taille et son degré de distribution;
  • Échographie de l'intestin, IRM et scanner - ces mesures de diagnostic vous permettent de déterminer le type de néoplasme et de détecter la présence de métastases.
  • tests de laboratoire sur le sang, les matières fécales, l'examen d'un échantillon de tissu (biopsie) obtenu par biopsie.

Traitement

La radiothérapie et la chimiothérapie sont utilisées comme méthode auxiliaire. L'irradiation et l'utilisation de médicaments agressifs peuvent être appliquées comme traitement adjuvant avant la chirurgie. Ces méthodes sont utilisées après une thérapie radicale.

Une variété d'effets chirurgicaux dépend de l'emplacement de la tumeur, de son diamètre et de son stade de distribution. Si la tumeur est petite et ne s'est pas étendue au-delà du foyer principal, son élimination complète est effectuée: en même temps, les capacités fonctionnelles de l'intestin sont préservées.

Si les tumeurs atteignent de grandes tailles et pénètrent dans l'épaisseur intestinale, une colectomie est pratiquée, c'est-à-dire l'ablation d'une partie importante du tube digestif. Dans certains cas, il n’est pas possible de maintenir la continuité intestinale: les médecins sont obligés de créer une colostomie - un trou de sortie artificiel auquel ils sont attachés.

Le type de chirurgie le plus sûr est la laparoscopie - élimination des tumeurs intestinales sans ouvrir la cavité. L'intervention est réalisée avec quelques ponctions dans la cavité abdominale. Après une telle opération, la période de récupération est plus rapide et il n’ya presque aucune cicatrice.

Pronostic pour adénocarcinome du colon

Si le traitement est débuté rapidement dans la première phase de l'adénocarcinome, le pronostic de survie est relativement favorable et atteint 90%. Avec un traitement dans la deuxième étape, la probabilité de dépasser le seuil de survie à cinq ans est de 50%. Au stade 3, le taux de survie est compris entre 20 et 30%: seul un tiers des patients franchit une étape indicative de 5 ans.

Nutrition (régime)

La thérapie par le régime alimentaire pour l'adénocarcinome du côlon est l'une des conditions du rétablissement. Souvent, les patients qui ont survécu à l'ablation d'une partie de l'intestin devraient adhérer à un régime alimentaire spécial pour la vie.

Les principes de base de la nutrition clinique:

  • élimination des longues pauses entre les repas;
  • nourriture en petites portions;
  • exclusion du régime de toute substance irritante;
  • valeur nutritionnelle et teneur calorique des aliments.

Les produits utiles pour tous les cancers du tube digestif sont:

  • les légumes;
  • fruits (surtout les racines jaunes, vertes et rouges);
  • les verts;
  • jus de carottes et de betteraves;
  • soupes en purée;
  • céréales bouillies de céréales et de citrouilles;
  • viande diététique bouillie;
  • omelette cuite à la vapeur;
  • fromage cottage;
  • pain (mais pas premium);
  • huile végétale;
  • thé vert

Les produits interdits sont:

  • le sucre;
  • thé fort;
  • café
  • l'alcool;
  • aliments frits;
  • viande rouge;
  • viande fumée;
  • sauces tomates;
  • assaisonnements épicés;
  • les champignons;
  • nourriture en conserve;
  • graisses animales.

Exemple de menu:

Premier petit déjeuner: eau minérale sans gaz additionnée de jus de citron.
Deuxième petit-déjeuner: légumes et fruits, associés les uns aux autres, noix, une demi-tasse de yaourt.

Déjeuner: soupe à la viande dans un bouillon de poulet, salade de légumes, poisson bouilli ou plats à base de viande diététique.
Déjeuner: jus de fruits dilué, génoise.

Dîner: légumes cuits au four, une salade de grains de légumes germés, des pâtes.
Heure du coucher: légume frais ou jus de fruit.

Vidéo: À propos du cancer du côlon

Prévention

Hélas, il n'y a pas de mesures préventives spéciales pour éliminer complètement la probabilité de développer un adénocarcinome du côlon.

Une nutrition rationnelle, le traitement opportun et adéquat de toutes les maladies du tractus gastro-intestinal (en particulier infectieuses et inflammatoires), l'élimination des situations stressantes, un mode de vie actif, la visite d'un proctologue et d'un gastroentérologue auprès de personnes à risque contribueront à réduire le risque de contracter la maladie.

Adénocarcinome intestinal

Un adénocarcinome est une tumeur qui se forme dans les cellules épithéliales glandulaires de la muqueuse du gros intestin. Cancer mucineux: incapacité à diagnostiquer à un stade précoce, sévère, un pourcentage élevé de décès.

L'adénocarcinome du colon est une tumeur sur les murs, à laquelle les personnes en âge de préretraite sont plus susceptibles.

L'adénocarcinome du colon affecte souvent les personnes de plus de 50 ans. Les causes claires du cancer ne sont pas encore connues. Il est clair qu’au cours des 20 dernières années, le taux d’incidence a augmenté plusieurs fois.

Raisons

L'adénocarcinome du côlon appartient au groupe du cancer colorectal. Un certain nombre de facteurs déclencheurs du cancer sont:

Les modes de vie malsains, le stress, l'exposition à des produits chimiques, une mauvaise hérédité sont les causes de l'adénocarcinome du côlon.

  • tumeurs bénignes ou polypose de l'intestin;
  • mauvaise alimentation (manque de fibres, prédominance d'aliments gras et épicés, restauration rapide);
  • tabagisme, alcoolisme;
  • contact fréquent avec des produits chimiques ménagers;
  • travailler dans une entreprise chimique;
  • l'hérédité;
  • stress constant;
  • calculs fécaux, constipation;
  • caractéristiques ethniques (appartenant à un groupe d'Européens de l'Est et d'Asie centrale);
  • faible mobilité pendant la journée.

Les tumeurs malignes causées par une mutation des cellules intestinales peuvent être provoquées par des facteurs associés au dysfonctionnement moteur de ce service, à savoir les troubles circulatoires. Ces processus entraînent la stagnation des masses alimentaires, ce qui crée des conditions favorables à la malignité. Maladies provocatrices provoquant une affection précancéreuse:

  • colite ulcéreuse;
  • inflammation du tube digestif (maladie de Crohn);
  • diverticulite;
  • polypose.

Classification

L'adénocarcinome du colon est de plusieurs types:

  1. La forme mucineuse, lorsque la tumeur comprend des cellules de mucus et d'épithélium. Le cancer mucineux se caractérise par:

Les adénocarcinomes du côlon endommagent plus ou moins les tissus, les cellules et les systèmes voisins.

  • limites floues;
  • métastases dans les ganglions lymphatiques les plus proches;
  • récurrence accrue;
  • résistance aux radiations.
  1. Forme en forme d'anneau. Il appartient aux types les plus agressifs, car il se trouve lorsque des métastases sont présentes dans le foie et les ganglions lymphatiques. Caractérisé par:
  • germination dans l'intestin;
  • émerveille les jeunes.
  1. Forme planocellulaire, formée à partir de cellules plates du canal anal. Caractérisé par:
  • degré élevé de malignité;
  • germination dans l'urée, la prostate, le vagin;
  • faible taux de survie;
  • récurrence élevée.

La mortalité atteint plus de 50% des patients dans les 3 ans. Il existe une classification typique selon laquelle on distingue:

  • très différencié;
  • modérément différencié;
  • mal différencié;
  • indifférencié;
  • cancer tubulaire.

Très différencié

Les formations fortement différenciées dans le côlon ne changent pas la structure cellulaire et ont un résultat favorable.

L'adénocarcinome du côlon hautement différencié est caractérisé par une invariance dans la structure cellulaire, mais avec un allongement des noyaux. Les cellules ressemblent aux cellules saines, car elles ne changent pas de composition et ne remplissent pas leur fonction. Le résultat est généralement favorable.

Si un adénocarcinome est diagnostiqué chez un patient âgé, des métastases sont rarement trouvées dans les organes régionaux. Chez les jeunes, les rechutes sont plus fréquentes. Par conséquent, la survie à 5 ans est de 50% après une intervention chirurgicale visant à éliminer le cancer mucineux.

La difficulté du diagnostic réside dans la lente évolution, la similitude du cancer et des cellules saines.

Modérément différencié

L'adénocarcinome modérément différencié du côlon se caractérise par des conséquences graves dues à la prolifération rapide des cellules de l'épithélium malin, provoquant une obstruction intestinale. Les grosses tumeurs déchirent la paroi intestinale, provoquant de graves saignements. L'évolution du cancer est aggravée par le risque de formation de fistule avec péritonite.

Le traitement n'est efficace que dans les premiers stades. Dans ce cas, un bon résultat donne l'opération en combinaison avec la radiothérapie et la chimiothérapie. Le cancer mucineux sévère affecte toujours les organes les plus proches.

L'adénocarcinome du colon de bas grade est caractérisé par de nombreuses mutations cellulaires.

Les adénocarcinomes du côlon de bas grade sont agressifs et se caractérisent par un fort polymorphisme cellulaire avec une propagation précoce aux organes les plus proches. Le cancer cellulaire se caractérise par:

  • manque de limites;
  • résultat défavorable.

À un stade précoce, une chirurgie visant à retirer la tumeur avec un traitement ultérieur peut permettre une rémission à long terme. Un type peu différencié se produit chez 20% des patients cancéreux.

Indifférencié

La forme anaplasique ou indifférenciée est caractérisée par des cellules cancéreuses atypiques, difficiles à attribuer aux espèces histologiques existantes. Le cancer se caractérise par:

  • croissance infiltrante;
  • métastases très précoces aux ganglions lymphatiques régionaux;
  • pronostic extrêmement décevant avec une probabilité minimale de succès du traitement.

Tubulaire

L'adénocarcinome tubulaire dans le côlon est difficile à diagnostiquer et provoque une hypersécrétion de mucus.

Cette forme d'adénocarcinome n'est pas diagnostiquée, ce qui est associé à l'absence de symptômes aux stades initiaux, mais peut être détectée par hasard. La tumeur est caractérisée par:

  • implantation dans le stroma fibreux;
  • structure de ramification;
  • cellules cylindriques ou cubiques.

Avec l'évolution, des saignements latents se développent avec des signes d'anémie. Lorsque les conditions se réunissent, la tumeur mucineuse commence à produire une grande quantité de mucus, enrichi en protéine cancéreuse et en potassium, qui provoque un hypocalisme et une hypoprotéinémie. Le cancer est difficile à traiter et le pronostic est sombre.

Symptômes à différents stades

Le stade précoce de l'adénocarcinome est non spécifique et indéfini. Plaintes fréquentes des patients:

  • douleurs abdominales récurrentes;
  • alternant constipation avec diarrhée;
  • refus de manger;
  • la nausée.

Peut-être l'apparition de plaques sanglantes et muqueuses dans les matières fécales, qui avec la progression de la maladie sont remplacées par purulent.

Immédiatement, les symptômes sont permanents, mais pas prononcés. Au fur et à mesure que la progression des signes augmente. Une tumeur en croissance peut être ressentie à travers la paroi abdominale. Il prendra la forme d'un phoque dense et vallonné à forte mobilité. Tableau clinique général:

  • douleur douloureuse paroxystique dans l'abdomen;
  • manque d'appétit en raison de la nausée constante;
  • perte de poids rapide;
  • faiblesse, chaleur;
  • selles interchangeables;
  • flatulences, difficultés de défécation;
  • peau pâle;
  • sang, mucus et pus dans les matières fécales.

À mesure que la tumeur mucineuse se développe, des troubles gastriques apparaissent sous la forme d'une sensation de lourdeur, de brûlures d'estomac constantes et de vomissements. La douleur grandit. En raison de l'irritation constante de la tumeur par les masses fécales, celle-ci est ulcérée, ce qui provoque une infection. En conséquence, des symptômes d'intoxication apparaissent:

  • fièvre
  • changements quantitatifs et qualitatifs dans le sang;
  • douleur dans le bas du dos due à la propagation de l'infection dans la fibre rétropéritonéale.

Des signes de péritonite apparaissent.

Diagnostic de l'adénocarcinome du colon

La détection de l'adénocarcinome se produit en plusieurs étapes en utilisant un grand nombre de méthodes:

  1. Examen, prise en charge des antécédents, analyse des plaintes des patients, palpation externe.
  2. Sang général, urine, matières fécales.
  3. Examens des doigts et endoscopiques (rectoromanoscopie) rectaux qui donnent des résultats dans les premiers stades de la détection du cancer.
  4. Rayon X avec contraste. La méthode permet de déterminer:
  • soulagement des changements dans la muqueuse intestinale;
  • remplissage incorrect;
  • expansion du mur au-dessus de la saillie pathologique;
  • augmentation de la motilité.
  1. Échographie endorectale ou percutanée. Les ultrasons peuvent détecter des oncoques et des métastases à distance.
  2. Biopsie endoscopique avec prélèvement du biomatériau à partir des tissus affectés pour analyse. Le type, le degré, le stade, la différenciation du cancer dans les échantillons histologiques sont déterminés.
  3. Coloscopie. La méthode permet de visualiser la tumeur, quelle que soit sa localisation dans le côlon.
  4. IRM, CT permettent de déterminer la structure et la localisation de l’oncogenèse, d’évaluer le niveau de lésion des organes voisins, de voir les métastases à distance.

L'adénocarcinome nécessite un diagnostic différentiel avec polypes, maladies des reins, du foie, des ovaires, de la rate et de l'uretère.

Traitement

Le schéma thérapeutique de l'adénocarcinome du gros intestin est déterminé par le stade et la forme. Habituellement utilisé une technique combinée:

  1. La radiothérapie est utilisée pour réduire la taille de la tumeur et améliorer la qualité de l'opération en réduisant le risque d'inflammation des tissus et de pénétration des cellules cancéreuses dans le sang.
  2. Chimiothérapie. Drogues usagées telles que:

Les adénocarcinomes du côlon sont éliminés par une thérapie complexe avec des pilules, des remèdes, des remèdes populaires, un régime.

  • Le 5-fluorouracile, la leucovorine, l'irinotécan;
  • "Capécitabine", "Ftorafur", "Raltitreksid".
  1. Régime alimentaire basé sur l'enrichissement du menu avec des fruits et des légumes frais, des vitamines, de nombreuses boissons.
  2. Le traitement des remèdes populaires est nécessaire en tant que mesure auxiliaire, mais nécessite une consultation avec un médecin. Recettes populaires:
  • Un mélange de 25 g de racine de calamus, 90 g de fleurs de pommes de terre, 35 g de calendula, 100 g de racine d'absinthe dans 500 ml d'eau bouillante. Moyens infusé 6 heures. Buvez 100 ml avant les repas.
  • Coupure médicale avec de l'eau avec du sulfate de cuivre (100 ml de concentré dans 2 l d'eau). Cours - 2 semaines.
  • 25 g de chélidoine dans 250 ml d'eau bouillante. Signifie infusé une demi-heure. Buvez 25 ml trois fois par jour avant les repas.
  • Gopher Fat. 100 g sont distribués tout au long de la journée. Vous pouvez y faire cuire des aliments.

Métastase

Les adénocarcinomes se métastasent dans les tissus, les organes et les ganglions lymphatiques les plus proches et les plus éloignés aux stades précoces. Il y a trois façons de propager le cancer:

  • lymphogène (à travers les ganglions lymphatiques, se produit dans 60% des cas);
  • hématogène (dans le sang, survient dans 10% des cas);
  • implantationnelle (lorsqu'une tumeur entre en contact avec des tissus sains, elle survient dans 30% des cas).

Si l'adénocarcinome s'est propagé au tissu le plus proche, il peut ne pas y avoir de métastase séparée. Plus souvent, les cellules cancéreuses affectent le foie, les ganglions lymphatiques régionaux, moins souvent - les poumons, les os du bassin.

Les adénocarcinomes du colon peuvent être compliqués de fistules, de péritonite, d'obstruction, de rupture de tissu, d'infection des organes voisins.

Des complications

Les conséquences d'un adénocarcinome du rectum ont des conséquences graves telles que:

  • fermeture de la lumière intestinale et obstruction complète;
  • percée de la paroi intestinale et saignements abondants;
  • dommages aux organes voisins;
  • péritonite, fistule.

Chaque complication est caractérisée par une évolution sévère et peut être fatale.

Prévisions

Le résultat de l'adénocarcinome du côlon dépend de:

  • stade et type de maladie;
  • profondeur de germination de la tumeur;
  • prévalence;
  • la présence et le nombre de métastases.

Environ la moitié des personnes ont un résultat favorable après le traitement de l'adénocarcinome du côlon.

Les 5 prochaines années après la chirurgie sont critiques en raison de la possibilité d’une rechute. Une survie supérieure à 90% est autorisée avec une élimination radicale de la majeure partie du rectum. Avec les métastases ganglionnaires, le taux de survie est de 50%. Le résultat, selon le type de différenciation, est le suivant:

  1. La forme hautement différenciée est caractérisée par un pronostic favorable avec un taux de survie à 5 ans supérieur à 50% chez les patients âgés et à 40% chez les patients jeunes.
  2. La forme modérément différenciée est pratiquement incurable en raison de la difficulté à choisir des chimiothérapies efficaces. L'opération est efficace avec un traitement concomitant approprié.
  3. La forme peu différenciée est la plus dangereuse en raison de son agressivité et de son taux de germination élevé. Le résultat est moins favorable.

Pouvoir

Le succès de la rééducation dépend de la bonne organisation de la nutrition postopératoire. Les règles de base de la thérapie par le régime alimentaire sont les suivantes:

  1. Les aliments doivent être frais, faciles à digérer, enrichis de vitamines, de fibres végétales et de micronutriments.
  2. Les aliments ne doivent pas provoquer de nausée ni de flatulences.
  3. La composition des plats devrait contribuer à la facilité d’excrétion des matières fécales. Une table végétarienne est recommandée. Peut-être l'utilisation de petites quantités de lapin, la dinde.
  4. Les repas doivent être fractionnés et les portions - petites.
  5. Il est nécessaire de consommer des plats dans un regard chaleureux.
  6. Traitement culinaire préféré - cuisson, cuisson à la vapeur.
  7. La mastication doit être lente, ce qui augmente la salivation et améliore la digestion.
  8. Boire devrait être abondant.
  9. Exclusion du menu des produits qui contribuent à la fermentation, tels que légumineuses, produits laitiers, pain à la levure, alcool.

Menu approximatif

  • eau minérale non gazeuse avec jus de citron.
  • fruits et légumes (seuls ou en combinaison);
  • les noix;
  • 100 ml de kéfir faible en gras.
  • soupe de poulet faible;
  • salade de légumes frais;
  • poisson bouilli.
  • jus de fruits non concentré;
  • génoise aux grains entiers.
  • légumes cuits;
  • grains de légumes germés;
  • les pâtes.
  • jus de légumes ou de fruits.

Prévention

Les mesures préventives sont les suivantes:

  • élimination rapide des polypes;
  • traitement de l'inflammation;
  • rejet d'aliments gras et épicés;
  • l'enrichissement de l'alimentation avec des produits à base de fibres;
  • mode de vie actif;
  • examens réguliers par un coloproctologue de personnes du groupe d'âge des 50 ans.

Adénocarcinome du colon: causes et traitement

Plus on détectera tôt l'adénocarcinome de l'intestin, plus il sera facile d'éliminer les symptômes aggravés de la pathologie, ainsi que de permettre la rémission de la tumeur. Cette maladie intestinale se développe pour plusieurs raisons.

L'un d'eux peut être une prédisposition héréditaire d'une personne. Si auparavant ses parents avaient ce type de pathologie du gros intestin, alors la probabilité que ses signes apparaissent est assez élevée.

L'adénocarcinome dans l'intestin peut survenir avec une malnutrition régulière. Manger des aliments trop gras et épicés a un effet négatif sur les intestins du patient.

S'il mange de grandes quantités de viande et de produits à base de farine et que, parallèlement, des aliments d'origine végétale entrent rarement dans le régime alimentaire, cela entraînera une perturbation du système digestif.

Une mauvaise alimentation peut développer une obstruction intestinale, une altération du métabolisme et une intoxication du corps.

L'adénocarcinome du côlon se rencontre souvent chez les personnes âgées, ce qui s'explique par le fait qu'elles ont plus souvent affecté l'intestin et que son travail en est altéré.

Les papillomes, les polypes et autres néoplasmes du gros intestin peuvent éventuellement se développer en une forme tumorale maligne.

La maladie peut se développer en raison d'une intoxication chimique grave, lorsqu'elle est exposée aux organes internes de substances toxiques, ainsi qu'à certains médicaments.

L'adénocarcinome du colon peut également se développer sur la base de dépressions nerveuses et de stress réguliers. Cela est dû à une perturbation du système digestif. Les dépressions nerveuses étant l’une des causes de la déstabilisation de tous les organes du système digestif, le développement de cette pathologie est considéré comme une exacerbation des symptômes du tractus gastro-intestinal.

Avec la constipation prolongée dans le gros intestin, des matières fécales peuvent s'accumuler et toutes les substances toxiques et les bactéries qui devraient être éliminées du corps peuvent développer une inflammation de la membrane muqueuse. Avec le temps, les processus inflammatoires deviendront chroniques et pourraient entraîner la formation d'une tumeur maligne dans le gros intestin.

Certaines professions sont plus sujettes à une telle pathologie. L’adénocarcinome du colon peut se développer si l’on travaille avec de l’amiante, des matières radioactives, des réactifs chimiques et d’autres substances nocives.

Un contact ponctuel avec une substance capable de développer une tumeur dans l'intestin ne suffit généralement pas. L'adénocarcinome du colon se développe habituellement avec des effets réguliers et systématiques de certains facteurs sur le corps. Un accès opportun à un médecin et un diagnostic permettront de commencer le traitement et d’éliminer la cause des processus inflammatoires.

Les symptômes

L'adénocarcinome du gros intestin présente de nombreux symptômes similaires aux maladies normales du système digestif. Il est impossible de prévoir correctement l'état du patient pour quelques symptômes seulement. Avec un adénocarcinome, le patient a généralement des douleurs abdominales sévères. Ils ont un caractère persistant. Périodiquement, la température corporelle monte au niveau de 38 degrés.

Dans une tumeur maligne, il y a une faiblesse générale dans tout le corps, le patient se fatigue rapidement. Un manque d'appétit, une sensibilité réduite des récepteurs du goût et une perte de poids sont des signes caractéristiques du développement de la tumeur dans le tractus gastro-intestinal.

Des symptômes très dangereux d'adénocarcinome saignent dans le système digestif. Les corps sanguins se trouvent généralement dans les sécrétions. Les symptômes concomitants peuvent être une peau pâle et sèche, une pression artérielle basse et des vertiges.

Il y a souvent des ballonnements, des troubles métaboliques, une augmentation de la formation de gaz, pas de constipation systématique ni de diarrhée. En outre, les symptômes de la douleur surviennent pendant les selles. Ces symptômes peuvent également provoquer la formation d'une tumeur et d'une inflammation dans l'intestin grêle.

Vidéo "Nouvelle méthode de traitement du cancer du côlon"

Diagnostics

À des fins de traitement et de prévision, le patient doit diagnostiquer le corps et examiner son matériel biologique afin de détecter la présence de sécrétions et de bactéries caractéristiques. Au cours du diagnostic, on peut distinguer les types de tumeurs intestinales. La méthode de traitement dépend du type d'adénocarcinome trouvé chez le patient.

La différence est déterminée par le degré de différenciation:

L'adénocarcinome mucineux est une maladie rare. La mucine se trouve dans la tumeur mucineuse - un mucus spécial qui s'accumule dans certaines parties de l'épithélium et se développe avec le temps, formant une forme nodulaire. Cette forme de la maladie fait référence à un adénocarcinome colorectal.

La méthode de diagnostic dépend de la santé du patient, de son âge, de ses symptômes ainsi que des maladies déjà détectées du tractus gastro-intestinal. Le traitement ne peut être prescrit qu'après la collecte maximale d'informations sur le développement actuel de la tumeur dans le corps du patient.

Tout d'abord, le médecin recueille des données anamnestiques du patient. Cela est nécessaire pour obtenir des informations qui ne peuvent pas être détectées lors de l'inspection et du diagnostic.

Ainsi, le patient peut parler de l'évolution de certains symptômes caractéristiques et de leur manifestation.

La description de la douleur et le lieu de leur manifestation peuvent non seulement accélérer le processus d’examen, mais aussi éliminer les méthodes de diagnostic inutiles.

Selon l'emplacement de la tumeur, différentes méthodes de collecte d'informations peuvent être attribuées. La prochaine étape de l'étude est une étude au doigt.

Le médecin examine l’abdomen, presse et masse des zones individuelles pour identifier les tumeurs ou d’autres écarts par rapport à la norme. Une des méthodes les plus fréquemment utilisées pour diagnostiquer le gros intestin est la rectoromanoscopie.

Elle implique l’utilisation d’instruments spéciaux pour examiner le rectum et certains segments de la minceur.

Lors d'une coloscopie, le matériel biologique du patient peut être collecté pour un examen histologique approfondi en laboratoire. La coloscopie peut également établir certaines causes du développement d'un adénocarcinome - polypes, érosion des parois des organes digestifs, inflammation.

Irrigoscopie ou méthode fluoroscopique. Il est nécessaire de fixer l’état périodique de l’intestin dans des images individuelles. Avant de mener une telle étude, le patient devrait boire une suspension spéciale de baryum, ce qui aidera à rendre les images plus précises.

Imagerie par résonance magnétique. Méthode non invasive sans danger pour l'examen d'un patient à la recherche de maladies précancéreuses. Nommé lors de la détection des saignements, la diverticulose du côlon, et lorsque vous ne pouvez pas utiliser l'endoscopie.
Une biopsie aide à déterminer le type d'adénocarcinome.

L'utilisation du rayonnement ultrasonore est également l'une des méthodes courantes. C'est sûr et sans douleur.

Vous permet d'obtenir des informations sur l'intégrité des tissus des organes internes du système digestif, de détecter l'inflammation et le cancer, peut également révéler des corps étrangers dans l'estomac et les intestins. Une méthode très efficace qui est utilisée pour diagnostiquer même les enfants.

Une fois les données collectées à la suite de tests et de diagnostics, les médecins établissent un pronostic et prescrivent un traitement. Si les projections indiquent le développement progressif d'une tumeur maligne, il est urgent de prendre des mesures radicales pour traiter le patient.

Le pronostic du développement d'un adénocarcinome de bas grade du gros intestin nécessite une attention sérieuse de la part des médecins. À ce stade de la maladie, la tumeur est presque impossible à guérir. L'opération peut être dangereuse dans cette situation, c'est pourquoi les médecins prescrivent généralement une chimiothérapie.

Les types d'adénocarcinomes peu différenciés peuvent être sous la forme de carcinomes muqueux, colloïdal, mucocellulaire et à cellules persisténoïdes.

L'évolution d'un adénocarcinome de bas grade dans le système digestif est très agressive. La lymphe est le distributeur le plus rapide de la tumeur aux organes internes adjacents du patient.

Si un patient présente une telle pathologie, le pronostic sera défavorable et la probabilité d'un traitement efficace est faible.

Traitement

En règle générale, les méthodes de traitement visent la rémission d'adénocarcinomes mal différenciés du gros intestin. En cas de conditions favorables à l'ablation de la tumeur, une intervention chirurgicale peut être effectuée.

S'il est possible de procéder à une opération pendant le développement d'un adénocarcinome chez un patient, les médecins utiliseront cette chance. Si la maladie entre dans une phase inopérable et que la métastase commence, les autres méthodes n'auront pas l'effet souhaité.

Si le cancer ne se développe pas et qu'il y a des contre-indications à l'opération, alors les méthodes modernes de traitement peuvent être appliquées.
La chimiothérapie et la radiothérapie visent à réduire le niveau d’intoxication dans le corps du patient et à améliorer temporairement son état. Le traitement est prescrit lorsqu'il est impossible de réséquer la zone touchée du système digestif.

Des projections favorables peuvent survenir lorsqu'un patient reçoit un diagnostic de rémission du cancer. Cela signifie que son développement est en panne ou sa taille a diminué. Le pourcentage de résultat effectif du traitement est faible, mais la probabilité d'une telle rémission est de.

Après la rémission, les médecins peuvent prescrire une chimiothérapie ou une radiothérapie régulière pour prévenir le développement d'une tumeur. Si l'adénocarcinome différencié du côlon a diminué, il est parfois possible d'effectuer une opération pour enlever la tumeur. La probabilité d'une opération réussie après la rémission est assez élevée.

Si un patient peut être gravement touché par les effets de l'opération ou s'il a de nombreuses contre-indications, il devrait être examiné régulièrement par des médecins, conformément aux mesures préventives. Si nécessaire, le traitement avec l'utilisation de la thérapie doit être répété.

Vidéo "Adénocarcinome - qu'est-ce que c'est?"

Vous apprendrez de la vidéo de quel type de maladie il s’agit, comment le guérir avec une méthode médicale et avec une intervention médicale.

Adénocarcinome du côlon | OkDok

L'adénocarcinome est le type de cancer du colon le plus commun. Ce néoplasme se développe à partir des cellules glandulaires régénérées de la muqueuse épithéliale de la membrane muqueuse.

Remarque: en termes de fréquence, ce cancer occupe la quatrième place chez les femmes et la troisième chez les hommes.

Facteurs de risque Classification Symptômes de l'adénocarcinome Diagnostic Pronostic de l'adénocarcinome du côlon Traitement des tumeurs glandulaires

Le risque d'adénocarcinome du côlon est considérablement accru chez les patients âgés de plus de 50 ans. En règle générale, dans les premiers stades de la maladie, elle est presque asymptomatique, ou on peut observer des manifestations cliniques effacées.

Au fur et à mesure que la tumeur se développe, les patients commencent à se plaindre de douleurs abdominales, d'une faiblesse générale, d'une sensation de libération incomplète de l'intestin après la défécation et d'un ténesme fréquent. L'appétit du patient est généralement absent et le poids corporel diminue fortement.

La température corporelle globale atteint des valeurs subfébriles et lors de l'analyse en laboratoire, du sang et du mucus sont détectés dans les excréments. On a souvent constaté une obstruction intestinale causée par la fermeture de la lumière de la tumeur en bloc de l'intestin.

Le pronostic de la maladie dépend du volume du cancer, de la présence de foyers secondaires (métastases), ainsi que de la profondeur de la lésion et du stade de différenciation (détecté au cours d'une étude cytologique de biopsie). La base du traitement est la chirurgie, au cours de laquelle l'adénocarcinome du côlon est excisé.

Facteurs de risque

La cause de la formation de tumeurs malignes est la dégénérescence (malignité) d'éléments cellulaires normaux.

La probabilité de développer un adénocarcinome augmente:

  • maladies intestinales chroniques (genèse inflammatoire);
  • colite ulcéreuse;
  • entérite granulomateuse (maladie de Crohn);
  • polypes de la paroi intestinale;
  • l'influence de certains types de produits chimiques ménagers;
  • détérioration de l'apport sanguin dans les zones de l'intestin (changements ischémiques);
  • troubles du péristaltisme (constipation chronique et formation de calculs fécaux);
  • manque de fibres dans le régime alimentaire;
  • forte consommation de produits carnés (viande rouge);
  • hypodynamie (mode de vie sédentaire);
  • risques professionnels (y compris le travail sédentaire);
  • facteur d'âge (vieillesse).

Remarque: il existe un avis selon lequel chez certains patients, le risque de développer des tumeurs glandulaires est déterminé génétiquement.

Classification, stades de l'adénocarcinome du côlon

Remarque: dans près de 40% des cas, le caecum est affecté.

Les cellules normales et malignes présentent un certain nombre de différences. L'issue de la maladie dépend de la force avec laquelle elles sont exprimées.

Types d'adénocarcinome:

  • adénocarcinome du côlon hautement différencié;
  • adénocarcinome modérément différencié du côlon;
  • adénocarcinome du côlon peu différencié;
  • mucineux;
  • anneau cricoïde;
  • cellule squameuse;
  • tubulaire

L'adénocarcinome du côlon hautement différencié est caractérisé par la préservation d'une structure cellulaire presque normale (seule une augmentation du nombre de noyaux est notée). Les éléments cellulaires conservent leur fonction; La tumeur chez les patients âgés ne grandit pratiquement pas et ne métastase pas.

Le pronostic de cette forme de cancer est le plus favorable. Chez les jeunes, le risque de récurrence et le développement de foyers secondaires, même après une opération réussie, sont assez importants.

Les diagnostics présentent certains problèmes dus au lent développement de la pathologie et au degré élevé de similitude entre les cellules altérées et les cellules normales.

L'adénocarcinome modérément différencié est beaucoup plus dangereux. La prolifération de cellules altérées provoque souvent une obstruction intestinale.

Les néoplasmes volumétriques peuvent perturber l'intégrité de la paroi intestinale et provoquer des saignements ou une inflammation du péritoine (péritonite). Il est également possible de former des passages fistuleux.

Le traitement chirurgical est nécessairement complété par une chimiothérapie et une radiothérapie, ce qui augmente les chances de guérison du patient.

Le type le plus agressif d'adénocarcinome du côlon est peu différencié (diagnostiqué dans 20% des cas).

Elle se caractérise par un polymorphisme cellulaire prononcé, une croissance rapide, l’absence de limites claires et la formation de foyers secondaires dès les premiers stades.

Le pronostic est généralement défavorable, mais avec une thérapie complexe initiée en temps voulu, il est possible d'obtenir une rémission prolongée.

L'adénocarcinome mucineux est constitué de cellules épithéliales et de mucine. La muqueuse est caractérisée par des limites floues; il a la capacité de métastaser aux ganglions lymphatiques voisins. La probabilité de récidive est très élevée, car ce type de tumeur maligne est résistant à la radiothérapie.

Une tumeur en forme d'anneau, plus fréquente chez les jeunes, est particulièrement agressive. Un tel adénocarcinome se développe généralement dans les couches internes de la paroi intestinale. Chez la plupart des patients au moment du diagnostic, il existe déjà des métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux et le foie.

Un adénocarcinome malpighien différent, qui se développe le plus souvent dans la zone du canal anal, constitue un degré élevé de malignité. La tumeur se développe dans la prostate, l'urètre et la vessie. La survie à 3 ans avec une telle tumeur est faible et les rechutes se produisent très souvent.

L'adénocarcinome tubulaire, diagnostiqué chez la moitié des patients atteints d'un cancer du côlon glandulaire, a des limites floues et une taille relativement petite. Il est basé sur des structures tubulaires spécifiques.

Selon la classification adoptée dans la Fédération de Russie, on distingue 4 étapes:

  1. La tumeur est localisée dans la membrane muqueuse.
  2. Le néoplasme recouvre des couches plus profondes de la paroi, mais les ganglions lymphatiques ne sont pas affectés.
  3. Les couches de la paroi intestinale et des ganglions lymphatiques sont touchés.
  4. Diagnostiqué avec métastases à distance.

Symptômes de l'adénocarcinome

Dans la plupart des cas, ce type de cancer se développe assez lentement. Pendant longtemps, le patient ne remarque aucun changement dans son état.

Important: l'adénocarcinome est souvent le résultat d'un processus inflammatoire chronique au niveau de la paroi intestinale, et les premières manifestations sont souvent considérées comme une aggravation d'une pathologie existante.

Malheureusement, une tumeur est généralement diagnostiquée à un stade avancé, alors qu'un seul ou plusieurs foyers secondaires se sont déjà formés. Cette circonstance complique grandement le traitement et réduit les chances du patient de récupérer complètement.

Premiers signes cliniques:

  • impuretés pathologiques dans les matières fécales (du sang et du mucus sont retrouvés dans 90% des cas);
  • selles irrégulières (constipation).

Symptômes plus tard:

  • douleurs abdominales (caractère - sourd, douloureux);
  • fatigue accrue;
  • faiblesse générale;
  • perte de poids sur le fond d'une nutrition normale;
  • perte d'appétit;
  • fièvre légère sans raison apparente;
  • alternance de diarrhée et de constipation;
  • changement du caractère des selles et apparition d'une odeur putride lors des selles;
  • ténesme fréquent (fausse envie de vider l'intestin);
  • jaunisse (avec métastases dans le foie et la vésicule biliaire).

L'intensité et la durée des crises douloureuses augmentent avec la croissance de l'adénocarcinome. L'anémie apparaît dans le contexte d'intoxication et de saignements chroniques.

Important: si les parties inférieures sont touchées, le sang à la surface des masses fécales a une couleur rouge vif. Avec une localisation tumorale plus élevée, le sang est sombre. Si la tumeur est située du côté droit de l'intestin, le saignement est masqué.

La perte de poids est due à une violation de l'apport d'enzymes digestives dans la lumière intestinale et à une diminution de l'absorption des nutriments.

La cause de l'hyperthermie (dans les limites infra-fébriles) est la réaction du système immunitaire à un néoplasme pathologique. Le processus de désintégration de l'adénocarcinome peut être accompagné d'une élévation de la température jusqu'à 38 ° C et plus.

Si la tumeur ferme la lumière de l'intestin, il y a un retard dans les matières fécales, qui s'accompagne de nausées et de vomissements (dans le contexte d'une intoxication générale du corps). Dans le même temps, il y a aussi une augmentation de l'intensité du syndrome douloureux.

Les déchets réagissent avec la tumeur, entraînant une ulcération et une infection. Un signe d'une telle complication est le mélange de pus et de sang noir dans les selles.

Avec l'implication de la région rétropéritonéale dans le processus inflammatoire de la fibre, un symptôme tel qu'une tension et une douleur intense dans les muscles de la région lombaire apparaît.

Aux derniers stades du développement de l'adénocarcinome, on peut détecter une "hydropisie abdominale" (ascite) et une hépatomégalie (augmentation de la taille du foie).

Diagnostics

Plus le diagnostic correct est posé rapidement, plus les chances de survie et même de guérison complète du patient sont grandes.

Faites attention: la structure des maladies oncologiques de l'adénocarcinome du gros intestin représente plus de 80%.

Pour évaluer l'état du colon caudal, un examen de palpation est effectué. Une zone d'environ 30 cm derrière l'anus est examinée par un instrument spécial, le sigmoïdoscope. Une coloscopie est montré pour visualiser le côlon entier.

Au cours de l'examen endoscopique, lorsqu'une zone pathologiquement modifiée est détectée, un échantillon de tissu (biopsie) peut être prélevé pour une analyse histologique et cytologique ultérieure en laboratoire.

Pour clarifier la localisation de l'adénocarcinome et la vérification du diagnostic, on utilise l'irrigoscopie - une des méthodes de la fluoroscopie.

Au cours des diagnostics, une échographie des organes abdominaux, des analyses d’urine, du sang (y compris biochimique) et des selles (sang caché) sont nécessaires.

Le moyen le plus informatif, sûr et atraumatique de détecter le cancer est l’IRM. La tomographie vous permet de poser un diagnostic correct en présence de contre-indications claires de l'endoscopie (saignements ou diverticules).

L'étude de la biopsie est nécessaire pour identifier la différenciation des tumeurs glandulaires, ce qui vous permet d'établir un plan de traitement et un pronostic.

Pronostic pour adénocarcinome du colon

Important: l’une des caractéristiques de cette maladie peut être considérée comme la formation quasi simultanée ou séquentielle de plusieurs tumeurs à la fois.

Un traitement radical est possible lorsque le cancer est détecté aux premiers stades de développement. Dans le premier stade du carcinome hautement différencié, le taux de survie des patients est de 90%, mais dans le second stade, il diminue à 80%.

Si des foyers secondaires se trouvent dans les ganglions lymphatiques régionaux, le taux de survie à 5 ans est réduit à 50% ou moins.

La probabilité de guérison est significativement plus faible chez les patients atteints de tumeurs mal différenciées. S'il y a de multiples métastases dans le foie (elles peuvent se former déjà dans les premiers stades), la durée de vie est réduite à 6-12 mois.

Important: les métastases actives sont plus courantes chez les jeunes, mais les patients plus âgés présentent un pourcentage de mortalité opératoire plus élevé (en particulier avec des lésions secondaires dans les poumons).

Traitement des tumeurs glandulaires

Dans l'adénocarcinome du côlon, un traitement complexe est pratiqué, comprenant l'excision radicale du néoplasme au sein d'un tissu sain, l'élimination des métastases, la chimiothérapie et la radiothérapie.

Faites attention: la préparation préopératoire comprend la réalisation de lavements de nettoyage et la nomination de soi-disant. Régime "sans laitier" et médicaments laxatifs.

L'intestin affecté est sujet à la résection avec la formation de l'anastomose (fistule), rétablissant l'intégrité du tube digestif. Si une intervention radicale n’est pas possible, l’application d’une colostomie pour l’évacuation des déchets est montrée.

En période postopératoire, les patients sont soumis à un suivi obligatoire. Ils doivent être testés régulièrement et soumis à un examen endoscopique du tractus gastro-intestinal inférieur. Tous les six mois, une échographie est réalisée pour détecter d'éventuelles métastases.

L'association de la chimiothérapie et de la radiothérapie en tant que méthode de traitement indépendante est pratiquée pour les tumeurs inopérables. Sa tâche consiste à améliorer temporairement et globalement l’état du patient et à réduire l’intoxication générale de l’organisme.

Le traitement palliatif implique l'administration d'analgésiques puissants (y compris narcotiques).

Vladimir Plisov, examinateur médical

(191 votes, 4,76 sur 5)
Chargement...

http://ivotel.ru/zabolevania

Publications De Pancréatite