Causes et signes cliniques de l'adénocarcinome sigmoïde

L'adénocarcinome du côlon sigmoïde est un type de cancer (tumeur maligne) qui se développe à partir de l'épithélium glandulaire d'un organe. Cette section est la fin des deux points. Cet organe est situé dans la région iliaque gauche. A proximité se trouvent le rectum, l'utérus (chez les femmes), la vessie et les anses de l'intestin grêle. L'adénocarcinome est principalement détecté chez les personnes âgées de 40 à 60 ans. Les hommes tombent plus souvent malades que les femmes. La maladie est dangereuse pour l'homme en raison de la possibilité de métastases (la propagation des cellules cancéreuses).

Les étapes de l'adénocarcinome sigmoïde

Le développement de cette tumeur maligne du côlon sigmoïde se déroule en 4 étapes. Au stade I, le diamètre de la tumeur ne dépasse pas 2 cm, la muqueuse et la sous-muqueuse étant atteintes. Les métastases régionales (dans les ganglions lymphatiques) et distantes (dans les autres organes) sont absentes. Au stade II, la tumeur ne s'étend pas au-delà des intestins. Au stade IIB, des foyers métastatiques régionaux peuvent être détectés. Les autres organes ne sont pas affectés.

Dans les cancers de stade IIIA, la taille de la tumeur ne dépasse pas la moitié de la circonférence de l'intestin. Les métastases sont absentes. Le stade IIIB diffère en ce que des métastases lymphogènes sont détectées. Le plus grave est l'adénocarcinome de stade IV. Quand il peut recouvrir complètement la lumière intestinale. Il y a souvent des fistules et des métastases à distance.

Le plus souvent, des tumeurs secondaires se forment dans l'estomac, le foie, la vessie, le pancréas, les poumons et la colonne vertébrale.

Symptômes et causes de la maladie

Les causes exactes du développement de la tumeur n'ont pas été identifiées. Le cancer contribue à l'émergence d'une division cellulaire épithéliale incontrôlée. Les causes possibles de l'adénocarcinome sont:

  1. Faible activité physique (vols fréquents et longs, travail de bureau, regarder la télévision pendant des heures, travailler devant un ordinateur).
  2. Manque de fibres alimentaires quotidiennes. On le trouve dans les légumes, les fruits et les baies.
  3. Abus d'aliments gras et frits.
  4. Consommation régulière d'aliments épicés, de sucreries et d'aliments riches en glucides simples.
  5. Contact avec des substances cancérigènes.
  6. Constipation chronique Favorise une lésion mécanique du mucus.
  7. Les polypes
  8. Tumeurs bénignes.
  9. Mauvaise hérédité.
  10. Diverticula

Sur fond d'hypodynamie et de malnutrition, les masses fécales stagnent, ce qui entraîne le contact de substances toxiques avec les tissus.

Cela provoque une transformation maligne des cellules et leur croissance incontrôlée des tissus. À un stade précoce de la maladie, les plaintes sont souvent absentes. Avec une augmentation de la tumeur et une diminution de la lumière intestinale, les premiers symptômes apparaissent sous la forme de distension abdominale, de selles instables et de grondements. Plus tard, une obstruction intestinale se produit. Il est caractérisé par:

  • douleur dans l'abdomen (apparaît à la suite d'une lésion des récepteurs et d'un effort excessif de la paroi intestinale et se répète toutes les 10-15 minutes);
  • des nausées;
  • vomissements avec impuretés fécales;
  • difficulté décharge gazeuse;
  • retard des selles pendant plusieurs jours;
  • langue sèche;
  • palpitations cardiaques;
  • essoufflement;
  • baisse de la pression artérielle.

Aux derniers stades apparaissent des signes d'intoxication par le cancer (faiblesse, perte de poids, fièvre, malaise, maux de tête). Un jaunissement de la peau, une hypertrophie du foie et des signes d'anémie (peau pâle, chute des cheveux, peau sèche, vertiges) sont possibles. Au stade IV, les symptômes de dommages à d'autres organes de métastases apparaissent. La péritonite est une complication fréquente de la maladie.

Méthodes de diagnostic

Pour les symptômes du cancer sigmoïde, consultez votre colonoproctologue. Lors du diagnostic, un ensemble d’études de laboratoire et d’instruments est utilisé. Le diagnostic est fait sur la base de:

  1. Enquête.
  2. Inspection objective. Il comprend un examen de la peau et des muqueuses.
  3. Recherche physique.
  4. Coloscopie (examen du côlon avec un appareil spécial).
  5. Rectoromanoscopie. À l'examen, une tumeur qui se développe dans la lumière du côlon sigmoïde est détectée. L'emplacement exact et la taille de la tumeur sont déterminés. C'est l'une des méthodes de diagnostic les plus instructives.
  6. FAGGS. Conduit pour exclure la pathologie de l'estomac et du duodénum 12.
  7. Échographie. Nécessaire pour évaluer l'état d'autres organes de la cavité abdominale (foie, vésicule biliaire, pancréas, rate, organes urinaires).
  8. Rayon X
  9. CT et IRM.
  10. Biopsies avec analyses cytologiques et histologiques.
  11. Irrigoscopie Vous permet d'évaluer la perméabilité et l'état du côlon. La procédure est effectuée après l'introduction de la suspension de baryum. Chez une personne en bonne santé, l'intestin est uniformément étiré et le contraste est bien réparti sur la paroi du côlon sigmoïde. Lorsque l'adénocarcinome est détecté défaut de remplissage.
  12. Analyses cliniques courantes.
  13. Analyse du sang occulte fécal.
  14. Analyses sur les marqueurs tumoraux.
  15. Recherche biochimique.

Le médecin doit exclure les autres maladies (obstruction intestinale spasmodique, infections à helminthes, maladies inflammatoires, tumeurs bénignes, polypes). Dans l'adénocarcinome sigmoïde, le pronostic dépend de la rapidité du traitement et de la présence de métastases. Une intervention chirurgicale aux deuxième et premier stades améliore le pronostic. Au stade I, le taux de survie à cinq ans dépasse 90% et au stade II, il est de 82%. Dans les cancers des degrés III et IV, ce chiffre est respectivement de 59% et 8%.

Caractéristiques du traitement de l'adénocarcinome

En présence de ganglions tumoraux, les options de traitement suivantes sont possibles:

  1. L'utilisation de médicaments anticancéreux. La chimiothérapie est souvent réalisée en combinaison avec une chirurgie et après une chirurgie. Des médicaments tels qu'Erbitux, le folinate de calcium, le Leucovorin-Teva, l'Irinotécan, l'Iriten, le Campto CS et le 5-Fluorouracil-Ebeve sont utilisés
  2. Ablation chirurgicale d'une tumeur maligne. Les techniques endoscopiques sont utilisées aux premiers stades. Il est possible de retirer la zone touchée avec le mésentère et les ganglions lymphatiques (résection). Avec la suppression de la partie affectée du côlon sigmoïde, une section saine de 5 cm de long de chaque côté est supprimée. S'il y a une tumeur dans le gros intestin, en particulier dans la région sigmoïde, l'opération peut être réalisée en 1 ou 2 étapes. Dans le premier cas, une anastomose est souvent imposée. Aux stades ultérieurs, une colostomie peut être établie.
  3. Irradiation. La chimiothérapie et la radiothérapie complètent la chirurgie et sont effectuées avant ou après la chirurgie. Les cellules cancéreuses irradiées meurent.

Avec de nombreuses métastases à distance, un traitement palliatif est prescrit. Il permet à une personne de prolonger la vie et de soulager la maladie.

http://propolip.info/gastroenterologiya/adenokartsinoma-sigmovidnoy-kishki.html

Comment traiter l'adénocarcinome sigmoïde et quelles sont les prédictions?

Le côlon sigmoïde, en forme de S et situé du côté gauche dans le bas de l'abdomen, constitue l'avant-dernière partie du gros intestin et le lien de connexion entre le côlon et le rectum.

L’intestin sigmoïde est conçu pour remplir les fonctions vitales les plus importantes: c’est la formation finale des masses fécales et l’absorption de tous les nutriments contenus dans les aliments transformés.

Malheureusement, la structure anatomique de cet organe est telle qu'il est susceptible au développement de tumeurs tant bénignes que malignes.

Le processus d'épaississement des masses fécales étant plutôt long, les muqueuses du côlon sigmoïde sont obligées pendant longtemps d'entrer en contact avec les substances cancérigènes et toxiques qu'elles contiennent.

Le résultat de cette interaction est l’émergence de néoplasmes bénins - des polypes, et le traumatisme constant des matières fécales peut provoquer leur malignité et leur dégénérescence en tumeurs cancéreuses.

Près de 80% des cas de tumeurs malignes du côlon sigmoïde sont des adénocarcinomes - des néoplasmes développés à partir des tissus de l'épithélium glandulaire.

Causes de la pathologie

Le principal facteur provoquant la survenue d'adénocarcinomes est la structure anatomique décrite ci-dessus du côlon sigmoïde.

De plus, l'impulsion pour le lancement du processus pathologique peut être un ensemble de facteurs:

  • Prédisposition génétique.
  • Exposition aux radiations et conditions environnementales défavorables.
  • Une alimentation déséquilibrée caractérisée par la prédominance de protéines et de graisses animales sur la fibre végétale. Ce schéma est typique des patients qui préfèrent les produits à base de viande et ignorent les légumes et les fruits crus.
  • L'utilisation d'aliments, remplis de substances cancérigènes et chimiques.
  • Nutrition abondante dans les aliments génétiquement modifiés.
  • Abus de fumer et de l'alcool.
  • Mode de vie sédentaire, caractérisé par un manque d'activité physique, conduisant à la stagnation des masses alimentaires, à la détérioration de l'apport sanguin au gros intestin et au péristaltisme intestinal.
  • Tendance à la constipation chronique (toute étiologie). Des masses de selles sèches et dures, traumatisant la membrane muqueuse du côlon sigmoïde, provoquent la survenue de néoplasmes malins.
  • Maladies du côlon sigmoïde. Le plus souvent, les adénocarcinomes apparaissent sur fond de pathologies précancéreuses: colite ulcéreuse, iléite terminale, polypose, maladie de Crohn, diverticulose du côlon.
  • Atonie sénile des intestins: diminution du tonus musculaire due à des changements liés à l'âge survenant dans le corps de patients âgés.
  • Effets des agents cancérigènes contenus dans les produits chimiques ménagers.
  • L'effet du stress nerveux constant.
  • Abus de certains médicaments.
  • Travailler dans une entreprise de menuiserie ou de production d’amiante: les travailleurs de ces industries présentent le risque le plus élevé de développer un cancer sigmoïde.

Classification

La caractéristique la plus importante d’une tumeur cancéreuse, qui détermine les caractéristiques du tableau clinique et influe sur le pronostic du patient, est ce que l’on appelle l’indicateur de Glisson - le niveau de différenciation des cellules anormales.

En fonction de la valeur de cet indicateur, obtenu par l'examen histologique des tissus tumoraux, les adénocarcinomes sont divisés en:

  • très différencié;
  • modérément différencié;
  • mal différencié;
  • indifférencié.

Très différencié

L'adénocarcinome du côlon sigmoïde de ce type est une tumeur peu agressive, parfaitement traitable.

Étant donné que la structure et les propriétés des cellules d'adénocarcinomes hautement différenciés sont presque identiques à celles des tissus sains, elles se caractérisent par un faible degré de pathogénicité - la possibilité d'impliquer des cellules saines dans le processus tumoral.

En raison de la taille accrue des noyaux, les cellules tumorales des tumeurs hautement différenciées sont clairement visibles sur le fond des tissus sains de l'épithélium glandulaire tapissant l'intestin du sigmoïde.

Dans le traitement de l'adénocarcinome du côlon sigmoïde hautement différencié, recourir rarement à des méthodes thérapeutiques auxiliaires: radiothérapie et chimiothérapie.

Malgré un très faible taux de récidive, un patient (particulièrement à risque de contracter cette maladie) qui a subi une opération pour enlever un adénocarcinome doit rester sous la surveillance la plus étroite du spécialiste traitant.

Modérément différencié

Les cellules des adénocarcinomes modérément différenciés présentent des différences plus prononcées par rapport aux cellules épithéliales saines, mais elles peuvent ne pas être suffisantes pour déterminer avec précision l'origine du processus pathologique.

Le taux de croissance des néoplasmes modérément différenciés du côlon sigmoïde n’est pas trop élevé; la probabilité de formation de métastases dans les stades initiaux de la maladie est tout aussi négligeable.

Cependant, il ne faut pas penser que le traitement d'une tumeur modérément différenciée peut être effectué avec parcimonie ou différé pour une durée indéterminée: une telle décision constituerait la plus grande erreur qui menacerait directement la vie d'un malade, et voici pourquoi:

  • en dépit du ralentissement relatif du développement du processus pathologique (comparé à des néoplasmes peu différenciés), la croissance tumorale se produit;
  • le risque de métastases d'adénocarcinome est assez élevé; La cause de l'apparition de métastases peut être l'influence de facteurs provoquants: stress externe, comorbidités, vieillesse, tactiques de traitement incorrectes.

Mal différencié

Le type le plus agressif d'adénocarcinome sigmoïde est un type de tumeur de bas grade. Leur croissance rapide ne laisse pas le temps à la réflexion et nécessite une intervention médicale immédiate.

La principale difficulté du traitement des adénocarcinomes peu différenciés est l'impossibilité pratique de déterminer quel organe ou tissu est responsable du développement du processus tumoral. Il est également difficile de déterminer les limites des zones tumorales qui se confondent avec les tissus de l'épithélium sain.

Nous parlons de patients dans le corps desquels la croissance d'un néoplasme peu différencié dans le côlon sigmoïde se produit assez lentement, alors qu'une opération chirurgicale peut provoquer la propagation de métastases dans tout le corps.

Avant de décider de subir une intervention chirurgicale pour l'ablation chirurgicale d'un adénocarcinome de bas grade du côlon sigmoïde, le médecin traitant analyse soigneusement l'ensemble des données du patient: antécédents médicaux, données de l'examen médical complet, présence de maladies concomitantes, bien-être général, contre-indications possibles à divers types de traitement.

Les étapes de l'adénocarcinome sigmoïde

Dans le développement de l'adénocarcinome sigmoïde, il est courant de distinguer les étapes suivantes:

  • Le stade I est caractérisé par la formation de tumeurs à la surface de la membrane muqueuse et des tissus de la couche sous-muqueuse: son diamètre ne dépasse pas un centimètre et demi, les métastases sont absentes.
  • La tumeur de stade II augmente légèrement en taille, mais occupe moins de 50% de la lumière intestinale.
  • L'adénocarcinome de stade III envahit l'épaisseur de la paroi intestinale et occupe plus de la moitié de la lumière intestinale. À partir de ce moment, la tumeur commence à se métastaser aux ganglions lymphatiques et aux organes internes situés à proximité.
  • Une tumeur maligne de stade IV bloque la lumière du côlon sigmoïde, produit un grand nombre de métastases distantes, se développant dans les parois des organes adjacents.

Symptômes tumoraux

La ruse de l'adénocarcinome du côlon sigmoïde réside dans l'absence absolue de symptômes caractéristiques aux premiers stades du développement de la maladie.

L'absence de symptômes spécifiques peut être observée chair aux derniers stades du processus pathologique.

Les manifestations cliniques de la maladie peuvent être si floues que de nombreux médecins généralistes ne les considèrent pas comme des préalables au cancer. C'est pourquoi le temps précieux nécessaire à la guérison du patient est souvent perdu.

  • Au stade initial de la maladie, les patients se plaignent d'une augmentation des flatulences, ils s'inquiètent du grondement de l'abdomen et de l'instabilité des selles, caractérisées par une alternance de diarrhée et de constipation.
  • Tout en progressant, l'adénocarcinome provoque une constipation persistante et prolongée. En raison du traumatisme constant de la tumeur par des masses fécales solides, il s'ensuit une ulcération de la tumeur, qui entraîne un mélange de sécrétions sanglantes, muqueuses ou purulentes dans les selles.
  • Le processus tumoral, qui a atteint le stade II-III, se caractérise par l'apparition de douleurs sourdes ou crampes dans la zone iliaque gauche, provoquées par la germination d'un adénocarcinome dans la paroi intestinale et par un chevauchement partiel de la lumière intestinale par les tissus du néoplasme envahi (jusqu'à l'obstruction intestinale).
  • Tous les patients atteints d'un adénocarcinome sigmoïde présentent des troubles dyspeptiques: éructations régulières, nausées persistantes et vomissements débilitants.
  • L’intoxication par le cancer provoque l’apparition de tout un groupe de symptômes: faiblesse accrue, fatigue, peau grisâtre, jaune ou pâle, manque d’appétit, diminution nette du poids, fièvre persistante, augmentation du périmètre abdominal.
  • L'obstruction intestinale s'accompagne d'épisodes de crampes douloureuses qui tourmentent le patient toutes les dix à quinze minutes. En même temps, il a des ballonnements, des gaz persistants et une rétention des selles.
  • La destruction de la paroi intestinale s'accompagne de l'apparition d'une péritonite (inflammation du péritoine accompagnée d'abcès sévères de la cavité abdominale).
  • Aux derniers stades de l'adénocarcinome rectal, une personne malade développe une cachexie (épuisement marginal), son foie augmente considérablement, une jaunisse et une anémie se développent.

Diagnostics

En présence de symptômes alarmants, le patient se voit attribuer un certain nombre d'études de diagnostic en laboratoire et au moyen d'instruments, ce qui permet de détecter la maladie aux premiers stades de son développement.

Les méthodes de diagnostic les plus efficaces sont:

  • La palpation est une procédure d'examen manuel du sigmoïde et du rectum, réalisée lors de la première visite du patient chez le médecin. En portant des gants, le spécialiste sonde la muqueuse des parois intestinales à la profondeur maximale possible. En présence de ganglions tumoraux, parfois même une telle inspection est suffisante.
  • La rectoromanoscopie est une technique d'inspection visuelle de l'état de la lumière du rectum et de la partie inférieure du sigmoïde à l'aide d'un appareil spécial, le sigmoïdoscope. Équipé d'une caméra vidéo miniature rétro-éclairée, d'un canal pour fournir de l'air et introduire une pince à biopsie, cet appareil vous permet d'examiner et d'évaluer l'état des parois intestinales, ainsi que de prélever des échantillons de tissus à la surface des tumeurs détectées.
  • La coloscopie est une méthode plus informative. Presque identique à la méthode de sigmoïdoscopie décrite ci-dessus, la procédure de coloscopie vous permet d'inspecter l'état de l'intégralité du gros intestin en raison de la plus grande longueur du dispositif de diagnostic. En plus de la détection des néoplasmes, la coloscopie peut être utilisée pour le retrait rapide de petites tumeurs malignes, si les résultats de l'examen histologique d'un échantillon de biopsie confirment la présence de cellules cancéreuses. Compte tenu de l'extrême douleur de la procédure, celle-ci est réalisée sous anesthésie générale.
  • L'irrigoscopie est un examen radiologique des intestins en remplissant la lumière intestinale avec une solution aqueuse de sulfate de baryum, qui ressemble à un milkshake par sa couleur et sa consistance. Dans les cliniques modernes, la procédure de double contraste est très populaire, fournissant (en plus d'introduire une substance radio-opaque dans le corps du patient) également de forcer l'air dans la cavité de l'intestin étudié. Au cours de l'irrigoscopie, effectuez plusieurs images d'observation et d'observation permettant de détecter la présence de tumeurs même mineures sur les parois intestinales, d'établir le degré de rétrécissement de la lumière intestinale ou de déterminer le fait d'une occlusion intestinale complète.
  • Diagnostic échographique de l'intestin (étude par échographie endorectale). En utilisant cette technique de diagnostic, un spécialiste peut détecter la présence de métastases distantes, une inflammation périfocale (le cas échéant) et l'étendue de la propagation du processus tumoral.
  • L'imagerie par résonance magnétique de l'intestin est une procédure de diagnostic moderne faisant appel à un équipement de haute technologie, ne nécessitant pas de formation particulière de la part du patient et ne lui causant pas le moindre inconvénient. La procédure d'IRM peut être prescrite au lieu de la coloscopie aux patients souffrant de diverticulose colique et sigmoïde du côlon, car tout examen endoscopique réalisé à travers la lumière rectale est contre-indiqué. Avec l'aide de l'IRM peut non seulement détecter la présence de tumeurs, mais aussi pour établir leur étiologie approximative.

Lors d'un examen médical complet, le patient doit réussir:

Traitement

Le traitement de l'adénocarcinome sigmoïde est le plus souvent combiné, impliquant une intervention chirurgicale, une chimiothérapie et une radiothérapie.

Le traitement chirurgical, qui consiste en l'ablation radicale d'une tumeur maligne:

    • Le volume de la chirurgie dépend de l'état du processus tumoral. L'élimination des adénocarcinomes identifiés aux premiers stades de développement (I-II) est réalisée en appliquant des techniques chirurgicales endoscopiques mini-invasives.
    • Lorsqu'une tumeur plus mature est retirée, une résection de l'intestin affecté est réalisée avec une partie du mésentère et un certain nombre de ganglions lymphatiques adjacents. Pour éviter les rechutes, la zone touchée du côlon sigmoïde est retirée, ainsi que des sections de tissu sain de 5 cm de long.

La vidéo montre une résection laparoscopique du côlon sigmoïde:

  • La chirurgie de résection du côlon sigmoïde peut être réalisée en une ou deux étapes. En l'absence d'obstruction intestinale, une opération en une étape est effectuée au terme de laquelle le chirurgien rétablit la continuité du gros intestin en imposant une anastomose (piquer les extrémités des organes creux). Si un adénocarcinome a entraîné une obstruction intestinale, le chirurgien procède à une colostomie: affiche la section de l'intestin la plus proche sur la paroi abdominale. À travers ce trou, relié au cathétériseur, des masses fécales vont s'écouler du corps du patient opéré. Quelques mois plus tard, la deuxième étape de l'opération peut être réalisée, visant à restaurer l'anus naturel. Malheureusement, les opérations répétées ne sont pas toujours possibles: certains patients sont condamnés à porter un calaprium jusqu'à la fin de leurs jours.
  • Parfois, dans le cas d'un adénocarcinome du côlon sigmoïde, des interventions chirurgicales d'urgence sont réalisées: pour réhabiliter la cavité abdominale après une péritonite ou pour éliminer une obstruction intestinale aiguë.
  • Patients interminablement malades souffrant de douleurs intenses provoquées par une obstruction intestinale, des interventions chirurgicales peuvent être effectuées pour restaurer cette perméabilité en appliquant une anastomose de pontage (sans retirer la tumeur). Ces opérations sont réalisées dans le cadre de traitements palliatifs visant à améliorer la qualité de vie de patients désespérément malades.

La chimiothérapie, qui implique l’utilisation d’un ou de plusieurs médicaments, peut être utilisée pendant les périodes préopératoire et postopératoire.

La radiothérapie pour le traitement de l'adénocarcinome sigmoïde est utilisée avec beaucoup de précaution et de prudence, car les tissus des tumeurs cancéreuses de ce type ont une faible sensibilité aux effets des rayonnements radioactifs.

Il existe également une forte probabilité que le flux de rayons radioactifs puisse provoquer une perforation des parois de l'organe affecté.

Pronostic et prévention

Le pronostic de survie à cinq ans des patients atteints d'un adénocarcinome sigmoïde dépend de nombreux facteurs:

  • opportunité de demander de l'aide médicale;
  • le stade auquel la maladie a été détectée;
  • l'âge du patient;
  • qualifications du spécialiste assistant;
  • le niveau d'équipement d'un établissement médical doté d'équipements modernes de diagnostic et de chirurgie.

Le pronostic de survie (en fonction du stade d'adénocarcinome) est présenté dans cette liste:

  • Avec l'adénocarcinome sigmoïde de stade I, une chance de rétablissement réussi est préservée chez 95 à 96% des patients.
  • Chez les patients atteints d'une tumeur de stade II occupant une plus petite partie de la lumière intestinale, la survie à cinq ans est de 75%. Si le néoplasme a réussi à germer dans les tissus de la paroi intestinale, ce chiffre tombe à 67%.
  • Avec l'adénocarcinome de stade III, qui n'a pas encore commencé à métastaser, 45% des patients survivent pendant cinq ans. Si la tumeur parvient à métastaser aux ganglions lymphatiques régionaux, 35% des patients ont une chance de survie à cinq ans.
  • Dans la métastase de l'adénocarcinome, qui a atteint le stade IV, pas plus de 10% des patients opérés avec succès survivent dans les organes adjacents.

Le principal facteur préventif pouvant prévenir l’apparition d’un adénocarcinome sigmoïde est une série de mesures destinées à éviter un traumatisme des membranes muqueuses de cet organe en améliorant le péristaltisme intestinal.

Pour ce faire, chaque personne doit:

  • Menez une vie active en intégrant l'effort physique à votre routine quotidienne.
  • Consommez une grande quantité de fibres dans les légumes frais, les légumes racines, les fruits et les légumes-feuilles. Pour ce faire, dans le régime alimentaire quotidien doit être présent des salades contenant les produits ci-dessus exclusivement crus.
  • Étant donné l’incapacité du corps humain à traiter elle-même les fibres végétales, il est nécessaire de recourir à la microflore symbiotique qui vit dans le gros intestin. Pour maintenir avec succès l'équilibre de la microflore bénéfique, il est nécessaire de manger des produits à base de lait aigre, d'observer le régime de boisson approprié (boire au moins 1,5 litre d'eau potable) et de normaliser le régime, en l'enrichissant d'aliments sains et en limitant la consommation de viande.

En ce qui concerne les facteurs communs qui ont une valeur préventive importante, chaque personne devrait:

  • éviter les situations stressantes;
  • abandonner les mauvaises habitudes (tabagisme et alcoolisme);
  • contrôler la quantité de nourriture consommée, en évitant de trop manger, ce qui nuit au fonctionnement des organes internes et du gros intestin.

La principale mesure de prévention des maladies intestinales oncologiques est le dépistage régulier (au moins une fois par an) - un examen complet de l’état des organes internes.

http://gidmed.com/onkologiya/lokalizatsiya-opuholej/pishhevaritelnaya-sistema/adenokartsinoma-sigmovidnoj-kishki.html

Cancer sigmoïde stade 3

Cancer sigmoïde stade 3

Cancer sigmoïde stade 3

Toutes les maladies oncologiques sont caractérisées par une évolution progressive caractérisée par la croissance et la propagation graduelles d'une tumeur maligne dans le corps. Ainsi, par exemple, le cancer sigmoïde au stade 3 est considéré comme le stade avancé de la maladie. La mise à jour du stade du carcinome est importante pour l'évaluation du traitement et du pronostic. La consultation médicale aidera le patient à en apprendre davantage sur une pathologie telle que le cancer sigmoïde, étape 3: examens du traitement, des méthodes d'opérations chirurgicales, de la prévention, des complications possibles et d'autres aspects importants.

Bases de la maladie

Le cancer sigmoïde est une tumeur maligne formée à partir des cellules de la membrane muqueuse d'un organe. Cette maladie est parfois appelée cancer colorectal. Selon les données épidémiologiques, le carcinome du côlon est généralement détecté chez les hommes de plus de 55 ans. Les jeunes sont plus susceptibles d'avoir d'autres options contre le cancer.

Il existe différents types histologiques de cancer du côlon sigmoïde. La tumeur peut être formée de cellules plates ou glandulaires de la membrane épithéliale d'un organe. Le tableau clinique de la maladie dépend également du degré de différenciation des cellules malignes. Si les tumeurs de haut grade se caractérisent par une propagation rapide, les tumeurs de haut grade suivent plus souvent une évolution moins sévère. Le raffinement de l'histologie de la tumeur est important pour le traitement.

Les patients doivent avoir une idée des caractéristiques du cancer pour comprendre les principes du traitement. Ainsi, les tumeurs malignes peuvent être appelées organismes particuliers en raison de la présence de leur propre structure cellulaire et de leur métabolisme. En outre, le carcinome peut stimuler la croissance de nouveaux vaisseaux pour améliorer la nutrition de ses propres cellules. Le développement par étapes de la maladie affecte également le choix du schéma thérapeutique. Le traitement chirurgical est généralement disponible aux stades 1 à 3 de la pathologie. La survenue de métastases est considérée comme un signe extrêmement défavorable.

Malheureusement, le cancer sigmoïde au stade 3 ou même la forme terminale d’une tumeur est plus souvent détecté que le premier ou le deuxième stade du carcinome. Cette caractéristique est associée à une évolution asymptomatique de la maladie dans les premiers stades de la croissance tumorale. Les personnes âgées souffrent souvent d'autres maladies intestinales qui masquent les symptômes de l'oncologie. Pour améliorer les prévisions, il est important de détecter les facteurs de risque rapidement et de subir des examens réguliers. Il est recommandé aux personnes de plus de 45 ans de subir un examen endoscopique du tractus gastro-intestinal chaque année.

Les causes

Le cancer du côlon sigmoïde au stade 3 peut se développer longtemps. Le processus commence par la malignité de la muqueuse intestinale sous l'influence de facteurs négatifs, tels que des maladies inflammatoires ou des caractéristiques de l'alimentation. Au début, des modifications précancéreuses apparaissent dans l'épithélium, qui forme progressivement le processus tumoral. Les cellules malignes sont capables de division continue, de sorte que la tumeur se développe et se déplace constamment vers d'autres tissus. Dans ce cas, la tumeur peut également se développer dans la direction de la lumière intestinale, ce qui rend difficile la promotion des matières fécales.

Le cancer du côlon est une maladie polyétiologique. À l'aide de nombreuses études, les scientifiques ont pu détecter les facteurs de risque les plus probables d'oncogenèse dans cet organe. Ainsi, un rôle particulier est attribué à l'hérédité défavorable, au mode de vie du patient, aux antécédents personnels et familiaux. La gestion des risques devrait encourager les individus à prendre des mesures préventives et à se soumettre à des examens de diagnostic réguliers.

Facteurs de risque significatifs:

  • L'âge du patient. Le cancer du côlon sigmoïde de stade 3 est généralement diagnostiqué chez les personnes de plus de 55 ans, ce qui est associé au risque de pathologies chroniques du tractus gastro-intestinal.
  • La présence de maladies inflammatoires du tube digestif, telles que la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse.
  • La présence de formations bénignes du côlon (polypes et diverticules).
  • Syndromes génétiques: polypose adénomateuse et cancer colorectal non polypeux. Ces maladies sont également caractéristiques du troisième âge.
  • Les effets de la radiothérapie au cours de la radiothérapie pour les tumeurs malignes de la cavité abdominale. Les rayonnements ionisants sont un facteur majeur dans la survenue de mutations génétiques.
  • Cancer du côlon sigmoïde, grade 3, trouvé chez des parents proches (en particulier chez le père ou la mère du patient).
  • Une alimentation riche en graisses et pauvre en fibres. La consommation fréquente de viande rouge transformée est également un facteur négatif important.
  • Manque d'activité physique et mode de vie sédentaire.
  • Diabète et surpoids.
  • Tabagisme et consommation fréquente de boissons alcoolisées.

Ces facteurs de risque peuvent ne pas affecter le développement de la maladie, mais la présence de telles conditions augmente le risque de croissance tumorale dans l'intestin.

Image symptomatique

Le cancer du côlon sigmoïde au stade 3 est considéré comme un stade avancé de la maladie; les signes de l'oncologie sont donc généralement exprimés. La plupart des symptômes sont associés à l’effet général de la croissance tumorale sur l’état du patient et le dysfonctionnement du système digestif. À ce stade, une obstruction intestinale peut également se produire.

Symptômes et signes communs:

  • Douleur abdominale sévère.
  • Flatulence et motilité intestinale.
  • Diarrhée ou selles retardées.
  • Isolement du sang avec les matières fécales.
  • Inconfort pendant la selle.
  • Sensation d'intestin complet.
  • Manque d'appétit et perte de poids.
  • Nausées et vomissements.
  • Cachexie oncologique.
  • Humeur diminuée.
  • Maux de tête

Si vous trouvez ces symptômes, consultez un médecin.

Caractéristiques 3 étapes de la pathologie

L'adénocarcinome du côlon sigmoïde, dont le stade 3 est déjà caractérisé par une croissance extensive, se développe assez rapidement. Un critère important est l'implication des ganglions lymphatiques locaux dans le processus, car les cellules tumorales peuvent s'écouler de l'organe affecté au système lymphatique. Dans ce cas, le processus de métastase du cancer commence par la pénétration de cellules anormales dans la lymphe.

Le cancer sigmoïde de stade 3 se caractérise par les caractéristiques suivantes:

  • Croissance tumorale dans toutes les couches de la paroi intestinale.
  • La présence de ganglions sentinelles, déposant des cellules malignes.
  • Manque de métastases dans les organes distants.

Heureusement, la chirurgie est encore disponible à ce stade. Pour prévenir la propagation du cancer, le médecin doit également retirer les ganglions lymphatiques affectés. Le pronostic pour le cancer du côlon sigmoïde de stade 3 est modérément défavorable. Le taux de survie à cinq ans avec un traitement opportun ne dépasse pas 70%. Néanmoins, la combinaison des traitements thérapeutiques et chirurgicaux montre de bons résultats.

Diagnostic et traitement

Les oncologues sont engagés dans le diagnostic et le traitement des néoplasmes malins. Au cours de la consultation, le médecin interrogera le patient sur les plaintes, examinera les données anamnestiques pour identifier les facteurs de risque et procédera à un examen physique. Pour la troisième étape peut être caractérisée par des complications qui peuvent être détectées lors de la prévisualisation. Le diagnostic final est fait sur la totalité des données de diagnostic clinique.

Examens instrumentaux et de laboratoire assignables:

  • Biopsie - élimination d'une petite zone d'une tumeur maligne, suivie de l'envoi d'un échantillon pour examen. La réalisation d’études histologiques fournit l’occasion de préciser le type de néoplasme nécessaire à la nomination d’un traitement.
  • L'imagerie par ultrasons est une méthode de balayage des organes abdominaux utilisant des ondes sonores à haute fréquence. Lors du diagnostic, le spécialiste déplace la position du capteur et voit une image de l'orgue sur l'écran.
  • Imagerie par résonance magnétique et calculée - méthodes d’imagerie de haute précision permettant d’évaluer l’état des organes abdominaux et de détecter les zones touchées. Les données de tomodensitométrie et d'IRM sont également nécessaires pour déterminer le stade du cancer.
  • Coloscopie et autres types d'examen endoscopique du tractus gastro-intestinal. Le médecin insère un mince tube, équipé d'une source de lumière et d'une caméra, dans l'intestin pour examiner l'épithélium de l'organe. Lorsque le tube bouge, les intestins sont gonflés pour améliorer la visualisation.
  • La radiographie est une méthode d'analyse courante. L'étude de l'intestin nécessite l'introduction de colorants.
  • Analyse en laboratoire du sang pour détecter les éléments uniformes, la biochimie et les facteurs oncogènes.

Après avoir reçu des données histologiques et visuelles, l'oncologue peut prescrire un traitement. Le plus souvent, une intervention chirurgicale est réalisée au stade 3, ce qui implique l'ablation d'une partie de l'intestin. Après un tel traitement, le plastique de l'intestin peut également être nécessaire pour restaurer l'intégrité du tractus gastro-intestinal.

Autres traitements:

  • La chimiothérapie est la prescription de médicaments anticancéreux.
  • Radiothérapie - irradiation de la tumeur pour détruire les cellules.
  • Thérapie ciblée - la nomination de médicaments hautement sélectifs.
  • Immunothérapie - améliorer le travail de l'immunité antitumorale.

Il est important de consulter rapidement un médecin pour un examen et la prescription d'un traitement efficace.

http://mosonco.ru/rak_sigmovidnoj_kishki_3_stadii/

Quel est le danger d'un adénocarcinome sigmoïde et comment est-il traité?

L'adénocarcinome est une tumeur maligne du côlon sigmoïde provenant du tissu de l'épithélium glandulaire. La maladie oncologique se développe dans la partie inférieure du corps, où se produit l'accumulation de matières fécales. Les aliments transformés, qui sécrètent des toxines et des agents cancérigènes, entrent en contact avec les parois du côlon sigmoïde, provoquant le développement d'un cancer glandulaire - l'adénocarcinome.

Les causes de la maladie

La particularité de la structure anatomique en forme de S du rectum contribue à l'accumulation constante de masses fécales dans la région sigmoïde.

Les autres causes menant au développement de l'adénocarcinome sont:

Maladies du côlon sigmoïde:

  • colite ulcéreuse;
  • iléite terminale;
  • la polypose;
  • La maladie de Crohn;
  • diverticulose du côlon.
  • impact négatif de facteurs environnementaux agressifs;
  • exposition aux radiations;
  • situation écologique;
  • le manque d'aliments dans le régime alimentaire d'aliments contenant des fibres;
  • consommation régulière d'aliments composés de substances cancérogènes, de produits chimiques;
  • l'inclusion de produits génétiquement modifiés;
  • abus de mauvaises habitudes;
  • manque d'activité physique;
  • relations sexuelles anales;
  • médicaments à long terme;
  • l'activité de travail dans l'entreprise de l'amiante;
  • caractéristiques de l'âge;
  • exposition au stress.

Le côlon sigmoïde a des causes externes et internes. La stagnation des matières fécales est une conséquence d'une mauvaise alimentation: manque de légumes frais, de fruits, de baies dans le régime alimentaire, d'abus de viande grasse.

Caractéristiques de l'âge - la cause de la perte de tonus musculaire, ce qui entraîne une perturbation du fonctionnement du corps. Les tumeurs malignes de l'adénocarcinome se développent en raison de l'absence d'un mode de vie sain: passivité physique, abus d'alcool, produits du tabac. Les maladies inflammatoires chroniques du côlon conduisent à la constipation - à la suite de l'accumulation d'aliments non digérés.

Classification des maladies

La présence de tumeurs a un niveau différent de différenciation des cellules cancéreuses.

En fonction de l'indicateur de Glisson, on distingue 4 types d'adénocarcinomes:

  • très différencié;
  • modérément différencié;
  • peu différenciés: mucineux, anneau cricoïde, squameux, tubulaire;
  • indifférencié.

La forme hautement différenciée de l'adénocarcinome sigmoïde du côlon se caractérise par la prédominance de cellules saines sur les tumeurs cancéreuses faiblement pathogènes. Une variété de la maladie est caractérisée par une croissance lente d'une tumeur maligne, l'absence de métastases. Avec une forme hautement différenciée, aucun changement fondamental dans la structure des cellules n’est observé, à l’exception du noyau élargi. Une méthode efficace de traitement est l'ablation chirurgicale en temps opportun avec un pronostic favorable pour le rétablissement final.

Un type d'adénocarcinome modérément différencié à un stade précoce de développement est caractérisé par une croissance relativement lente d'une nouvelle croissance, une métastase. La structure des cellules cancéreuses présente des caractéristiques distinctes. Facteurs provocateurs de la progression de la maladie - âge, stress, mauvaise méthode de traitement. Une forme modérément différentielle en cas de détection tardive entraîne un rétrécissement de la lumière du côlon sigmoïde, une hémorragie interne lorsque la paroi sigmoïdienne est brisée, le développement de fistules.

Les tumeurs de bas grade - un type agressif de cancer du côlon. La forme de la pathologie est caractérisée par la croissance rapide et la propagation d'une tumeur maligne. Avec le développement rapide du processus tumoral est difficile d'établir la zone de localisation de l'apparition de cellules cancéreuses. La forme peu différenciée de la pathologie a les variétés suivantes:

  • mucineux;
  • anneau cricoïde;
  • cellule squameuse;
  • tubulaire

La tumeur mucineuse est caractérisée par la présence d'un fragment de l'épithélium du côlon dans la structure. La forme de la pathologie n'a pas de frontières clairement définies pour la formation de cellules cancéreuses. Quand une tumeur mucineuse se produit, la métastase se propage aux ganglions lymphatiques régionaux. La forme annulaire de l'adénocarcinome est caractérisée par une lésion de la couche interne de la membrane muqueuse du gros intestin.

La tumeur planocellulaire est localisée dans le canal anal avec une possibilité de propagation dans la région du vagin, de la prostate, de la vessie et de l'uretère. La forme tubulaire de l'adénocarcinome est un néoplasme se présentant sous la forme de tubes de petite taille ne présentant pas de limites de localisation prononcées.

L'adénocarcinome du côlon sigmoïde a des stades de développement:

Le stade I de la maladie est caractérisé par la formation de cellules cancéreuses d'un diamètre d'au plus 1,5 cm sur l'épithélium supérieur et la couche sous-muqueuse de la partie sigmoïde sans propagation de métastases. Stade II - la présence d'une tumeur qui occupe environ la moitié de la lumière intestinale. Le stade III est caractérisé par des lésions internes localisées dans la plupart des parties du corps par des métastases aux ganglions lymphatiques voisins. Au stade IV, la lumière de la partie sigmoïde de l'intestin est bloquée et les cellules cancéreuses se propagent dans tout le corps.

Les principaux symptômes

Aux premiers stades de l'apparition de la pathologie, les signes prononcés ne sont pas observés. Détecter la maladie n'est possible qu'avec l'aide d'études instrumentales. Les symptômes exprimés du cancer du côlon sigmoïde, qui coïncident avec des signes de pathologie du tube digestif, organes de la cavité abdominale, se manifestent aux derniers stades du développement.

Les principaux signes de l'adénocarcinome sont:

  • Stade I: flatulences, gaz, grondements abdominaux, caractère instable de la chaise (série de diarrhées et de constipation);
  • Stade II-III: excrétion de matières fécales avec impuretés de pus, de sang et de mucus, caractère douloureux des crampes dans l'iléon gauche, éructations, nausées, vomissements sévères;
  • Stade IV: épuisement, hypertrophie du foie, développement de la jaunisse, anémie.

Les dommages internes au côlon entraînent des douleurs dues à un blocage partiel de la lumière des tumeurs cancéreuses. Troubles dyspeptiques - symptômes oncologiques caractéristiques de l'adénocarcinome. L'intoxication par le cancer dans les phases finales conduit à une faiblesse, une fatigue, une perte d'appétit, une perte de poids, une température élevée, une augmentation de la circonférence abdominale. L'adénocarcinome du côlon est la cause du développement d'abcès de la cavité abdominale.

Méthodes de diagnostic

Pour identifier un adénocarcinome du côlon sigmoïde, les principales méthodes de diagnostic sont prescrites, notamment des tests de laboratoire, un examen instrumental:

  • rectoromanoscopie;
  • coloscopie;
  • l'irrigoscopie;
  • échographie, imagerie par résonance magnétique de l'intestin.

La première façon de diagnostiquer une maladie est de faire un don de sang pour une analyse générale, biochimique, une collecte de selles permettant de détecter des épanchements internes. La diminution de la teneur en protéines, de la concentration en hémoglobine et de l’augmentation de l’haptoglobine est un sujet de préoccupation.

Lors de la consultation, le médecin procède à un examen manuel - palpation. La procédure implique le sondage maximum de l'organe de la cavité abdominale.

L'une des principales méthodes de diagnostic est la rectoromanoscopie, qui se caractérise par l'examen visuel du côlon sigmoïde à l'aide d'une sonde équipée d'une caméra optique. La structure de l'appareil vous permet d'évaluer l'état de la surface de la membrane muqueuse, de prélever des cellules pour l'analyse de tissus en laboratoire. La coloscopie implique l'insertion d'un dispositif à travers l'anus pour inspecter le gros intestin, en prenant du matériel biologique à des fins de recherche de marqueurs tumoraux.

Irrigoscopie - radiographie avec utilisation de sulfate de baryum. L'introduction d'un agent de contraste permet d'identifier la zone de localisation, la nature de la tumeur maligne, afin d'établir le rétrécissement possible de la lumière intestinale. L'imagerie par ultrasons et par résonance magnétique donne une idée de la propagation possible des métastases, le processus tumoral dans les ganglions lymphatiques. En cas de diverticulose intestinale, la coloscopie est contre-indiquée chez les patients. L'IRM est donc la seule méthode de diagnostic autorisée pour détecter l'étiologie de la pathologie.

Traitement de la maladie

Les principales méthodes de traitement de l'adénocarcinome sont la chirurgie, la chimiothérapie. L'immunothérapie, la radiothérapie et l'observance d'une nutrition adéquate sont des moyens supplémentaires de soulager l'évolution de la maladie.

Opération

Une intervention chirurgicale est réalisée pour enlever une tumeur aux stades précoce et avancé de la détection en oncologie. Aux premiers stades du développement du cancer, une opération endoscopique peu invasive est réalisée. Au stade III-IV, l'intervention consiste à couper le gros intestin en enlevant les zones endommagées et les ganglions lymphatiques métastasés.

Afin de prévenir la récurrence de l'oncologie, des fragments mineurs de tissu sain sont extraits au cours de l'opération. Lorsque l'obstruction est attribuée à la procédure consistant à retirer l'intestin dans la région de la cavité abdominale pour éliminer les aliments non digérés à travers le calapriem.

Chimiothérapie

La chimiothérapie est prescrite avant et après la chirurgie. La procédure implique l'introduction de médicaments. La chimiothérapie est utilisée pour ralentir la croissance et la propagation des cellules cancéreuses. L'inconvénient de la méthode est des effets secondaires importants. Une autre méthode est la radiothérapie, qui implique un rayonnement radioactif.

Une bonne nutrition dans l'adénocarcinome vise à restaurer le fonctionnement de l'intestin. Caractéristiques du régime alimentaire - prise alimentaire fractionnée, inclusion dans le régime de produits effilochés, broyés. Il est nécessaire d’exclure du menu du jour les plats gras, frits, salés et fumés.

Prévention

Le respect des mesures préventives réduit le risque de récurrence de la maladie:

  • faire de l'exercice régulièrement;
  • utilisation de produits laitiers fermentés, ingrédients riches en fibres végétales;
  • respect du régime d'alcool;
  • évitement du stress;
  • refus de l'usage du tabac, des produits alcoolisés;
  • diviser les repas;
  • examen complet régulier.

Avec la détection précoce des néoplasmes aux stades précoces, la guérison est garantie chez plus de 90% des patients. En présence d'une grosse tumeur, la propagation de la métastase, le pronostic de récupération ne dépasse pas 10% dans les 5 ans.

http://gastrot.ru/kishechnik/adenokartsinomy-sigmovidnoj

Adénocarcinome sigmoïde différencié

L'adénocarcinome sigmoïde est un type assez commun de cancer du côlon. La maladie est faible, modérée et hautement différenciée.

S'il est détecté plus tôt, il y a une forte probabilité de réussite. Cependant, si une personne rencontre plus tard un médecin, le traitement peut s'avérer inefficace. Il est également compliqué par l’absence de symptômes prononcés aux stades précoces, ce qui explique pourquoi une personne ne consulte pas un médecin car elle ne soupçonne pas qu’elle a un cancer.

Considérez les principales caractéristiques d’une telle maladie, ses causes, ses principaux symptômes, ainsi que les méthodes de traitement.

Qu'est-ce qu'une maladie

On sait que le corps humain a un petit et un gros intestin. Le gros intestin s'appelle ainsi parce qu'il a une grande lumière. Son emplacement est caractéristique - il fait le tour de l'intestin grêle. L'adénocarcinome sigmoïde hautement différencié se produit plus favorablement.
Le côlon comporte trois sections:

Le caecum a une annexe vermiforme appelée annexe. Le côlon a des parties - ascendante, transversale, décroissante et sigmoïde, roulant en ligne droite.

L'adénocarcinome du côlon sigmoïde est plus fréquent que d'autres formes de cancer. Localisation possible de l'adénocarcinome dans d'autres parties de l'intestin. La tumeur est une dégénérescence maligne des cellules constituant l'épithélium glandulaire. C'est pourquoi une telle maladie du côlon sigmoïde a un autre nom: cancer glandulaire.

Il faut dire qu’une telle maladie est l’une des plus graves en termes de symptômes, d’évolution et de traitement. Tout cela conduit au fait que la maladie est souvent compliquée par une issue fatale.

Ce pronostic s’explique par le fait que les premiers symptômes ressemblent beaucoup aux troubles digestifs, puisqu’une personne essaie d’être traitée selon des méthodes traditionnelles, ce qui est inefficace: la tumeur progresse progressivement et commence déjà à se manifester avec des symptômes spécifiques, ce qui le conduit effectivement au bureau de l’oncologue.

Et un détail de plus complique le traitement: c'est, pour ainsi dire, la "délicatesse" du problème. C'est-à-dire qu'une personne ne veut pas aller chez le médecin, car elle va regarder les parties «inconfortables» du corps. Mais sans cette procédure, il est impossible de reconnaître la tumeur. Plus elle est petite, mieux elle sera traitable, même si la maladie ne présente aucun symptôme.

Pourquoi cette maladie survient-elle?

Les causes du cancer du côlon sigmoïde sont très diverses. Tous sont en communication très étroite et imprévisible. Et la science médicale moderne ne peut pas calculer toutes ces relations et déterminer la probabilité d’une maladie aussi grave chez l’homme. Vous pouvez diviser les causes associées à l'apparition d'un cancer du côlon sigmoïde en groupes suivants:

  1. Panne de courant. De nombreux oncologues considèrent la malnutrition comme un déclencheur qui déclenche un certain nombre de processus responsables du développement des cellules cancéreuses dans l'intestin. La viande grasse est particulièrement nocive pour l'homme. Il contient de nombreux acides gras, qui sont facilement convertis en composés cancérogènes.
  2. Inflammation chronique du côlon. La colite ulcéreuse est particulièrement dangereuse pour l'homme. Il provoque souvent une transformation maligne de l'épithélium du gros intestin. Plus la colite ulcéreuse est prolongée, plus grande est la probabilité qu'elle se développe en cancer.
  3. Les polypes intestinaux sont également dangereux en oncologie. La probabilité d'un processus malin est considérablement plus grande s'il existe plusieurs polypes dans le gros intestin ou s'ils sont volumineux.
  4. L'hérédité défavorable est également l'un des facteurs qui augmentent la probabilité d'un carcinome du côlon chez l'homme.
  5. L'abus d'alcool et le tabagisme sont un autre facteur de développement du cancer chez l'homme.
  6. Le rayonnement radioactif est également l'une des principales causes de cancer.

Classification des adénocarcinomes

Une telle tumeur peut être faiblement différenciée, modérément différenciée et hautement différenciée.

Les adénocarcinomes de bas grade ont généralement une évolution très rapide, souvent fulminante. Et c'est elle qui est très mal traitée. À son tour, l'adénocarcinome du côlon sigmoïde hautement différencié a une très bonne réponse thérapeutique, en particulier aux événements conservateurs.

Il est très important de distinguer ces tumeurs par étapes:

  1. Dans un premier temps, la tumeur ne se propage que dans les parties muqueuses et sous-muqueuses de l'intestin. Il n'y a pratiquement aucune manifestation clinique de cette maladie.
  2. Dans un deuxième temps, le cancer commence à pénétrer dans la membrane musculaire de l'intestin. Cela affecte déjà l'état général de la personne et, en particulier, le travail du tube digestif. Déjà dans la deuxième étape, l'adénocarcinome atteint dans sa taille cinq centimètres de diamètre.
  3. Au troisième stade, l'adénocarcinome pénètre dans toutes les couches de l'intestin. La distribution (métastases) à d'autres organes à ce stade n'est pas observée.
  4. La quatrième étape parle de négligence du processus oncologique. Le plus souvent, une telle tumeur pénètre dans les tissus adjacents - le foie et d'autres organes de la cavité abdominale.

Symptômes communs

Les symptômes cliniques d'une telle maladie se manifestent avant tout par une image d'obstruction intestinale aiguë. Mais cela ne se produit que lorsque la formation maligne est importante. Dans de tels cas, la lumière du côlon sigmoïde se chevauche complètement ou partiellement.

Cette condition se caractérise par l'apparition d'autres symptômes:

  1. L'absence de gaz libérés par les intestins (en même temps, ils s'y accumulent, provoquant des ballonnements);
  2. Violation significative des processus de vidange intestinale. Le patient est souvent préoccupé par la constipation. Si les excréments sont excrétés, il est riche en mélanges de sang et de mucus
  3. Les nausées, en particulier les vomissements, apparaissent aux dernières étapes du développement du processus oncologique. Dans de tels cas, l'adénocarcinome recouvre complètement la lumière du côlon. les nausées et les vomissements sont associés à une intoxication du corps par des matières fécales et à la désintégration du tissu tumoral;
  4. Faiblesse, malaise;
  5. Perte de poids nette (développant parfois une cachexie - un degré extrême d'épuisement).

Qu'est-ce qu'un adénocarcinome hautement différencié?

Les cellules d'une telle tumeur sont situées dans les tissus glandulaires du côlon. Et leur structure est la même. Lors du diagnostic, un tel problème est diagnostiqué très rapidement, ce qui signifie que le médecin dispose de différentes manières pour le traiter.

Parmi les maladies du gros intestin, ce sont les tumeurs hautement différenciées qui occupent la place la plus importante. Malgré le fait qu'il soit bien traitable, il est très difficile à détecter à l'aide de méthodes de diagnostic standard. Comme il est moins agressif, les métastases pénètrent également beaucoup moins souvent dans les organes voisins.

Le danger d’une telle tumeur est qu’elle se trouve souvent déjà dans les stades avancés. Donc, il est beaucoup plus difficile de le traiter. Ce qui complique encore le diagnostic, c’est que dans les premiers stades de la maladie, elle ne présente aucun symptôme perceptible. Ainsi, une personne a beaucoup moins de chances d'aller à la clinique pour obtenir de l'aide. Voici les symptômes caractéristiques d'une telle tumeur:

  • faiblesse générale, malaise, fatigue;
  • fatigue
  • des nausées;
  • tirer la douleur dans le bas-ventre;
  • distorsion du goût, ce qui conduit à une distorsion progressive des habitudes alimentaires de l'homme;
    pâleur de la peau.

Les difficultés de défécation commencent aux premiers stades, lorsque la tumeur recouvre la lumière du côlon. Dans les selles, du mucus apparaît, du pus, du sang.

Qu'est-ce qu'un carcinome modérément différencié?

Le carcinome sigmoïde modérément différencié est un type de cancer glandulaire. Il occupe une position intermédiaire entre le cancer hautement différencié et le cancer faiblement différencié. Les raisons du développement de tels dommages intestinaux sont assez difficiles à déterminer, car cette maladie est multifactorielle.

Il faut faire attention à ses signes suivants:

  1. Douleur douloureuse dans l'abdomen;
  2. Sensations désagréables dans la bouche;
  3. Éructations, nausées, vomissements et autres signes de dyspepsie;
  4. L'apparition de sang et de mucus dans les matières fécales;
  5. Diminution de l'appétit;
  6. Dans certains cas, le patient développe une hyperthermie ou une fièvre.

Plus le degré de différenciation cellulaire est faible, moins le médecin a de chances d'être traité. Il arrive qu'une opération chirurgicale soit le mécanisme déclencheur après lequel des métastases se développent dans le corps du patient.

Danger d'adénocarcinome peu différencié

Tout d'abord, le danger d'une telle maladie est que les cellules tumorales ont un degré d'agressivité élevé. La tumeur se développe très rapidement. Et il arrive souvent que le temps écoulé depuis la définition de la maladie jusqu'au début du traitement ne soit déjà pas suffisant pour obtenir un effet thérapeutique élevé.

Avec une différenciation faible, il est très difficile pour un médecin de déterminer exactement quel tissu est affecté et même à quel organe commence le processus malin.

Le médecin doit porter une attention particulière aux méthodes de diagnostic et de traitement d'une telle tumeur afin que l'opération chirurgicale ne provoque pas le processus métastatique. C'est pourquoi le médecin ne recommande souvent pas d'opérer ses patients avec un tel diagnostic. D'autres méthodes de traitement conviennent au patient, en particulier la radiothérapie ou la chimiothérapie.

Méthodes de diagnostic de l'adénocarcinome

Le moyen le plus simple de déterminer si une personne a une tumeur est la palpation. Plus en détail, vous pouvez examiner l'état du côlon sigmoïde par coloscopie - une procédure désagréable, mais très informative, permettant au médecin de déterminer si le patient a un cancer.

Utilisé pour le diagnostic du sigmoïde à rayons X. Cette procédure s'appelle également l'irrigoscopie. Le diagnostic par rayons X est appliqué à l'aide d'un agent de contraste. Ainsi, un spécialiste peut déterminer non seulement la présence dans le corps d’un corps ressemblant à une tumeur, mais également le contour, l’épaisseur intestinale, le relief muqueux et d’autres caractéristiques.

Il convient de noter que l’imagerie par résonance magnétique est le moyen le plus précis et parfait d’étudier l’intestin direct.

Avec un tel diagnostic, le médecin n’utilise pas de rayons X nocifs. L'IRM permet de déterminer la présence dans l'intestin non seulement de la formation elle-même, mais également de sa source et de son type.

Caractéristiques du traitement de l'adénocarcinome

Le traitement de cette maladie doit nécessairement se dérouler en plusieurs étapes. Lors de la première étape, une élimination complète de la tumeur maligne se produit. Pour des résultats normaux, environ 0,7 mètre d'intestin est retiré. Si le patient souffrait d'une occlusion intestinale, la section intestinale la plus proche est mise en évidence par l'utilisation ultérieure du cathéter.

Seulement dans trois mois une autre opération est nommée. Sa tâche est de rétablir le fonctionnement normal de l'intestin dans des conditions qui en enlèvent une partie.

La chimiothérapie peut être prescrite après la première intervention. Il est également indiqué pour les types de tumeurs peu différenciés. Le but de la chimiothérapie est de prévenir le développement de rechutes.
En alternative à la chimiothérapie, la radiothérapie est prescrite. Son but et ses effets thérapeutiques sont similaires.

Dans les cas avancés, les patients reçoivent des soins palliatifs.

Pronostic de la maladie

Si un adénocarcinome du côlon sigmoïde est diagnostiqué chez un patient, le pronostic de cette maladie est très important. Tout d'abord, le médecin informe ses patients que la prédiction d'une telle maladie est conditionnellement favorable. C'est-à-dire que si le traitement a été commencé tôt, dans la quantité recommandée par le médecin, nous pouvons supposer que le risque de récidive sera minime.

Le taux de survie à cinq ans est supérieur à 50%. Mais il diminue significativement avec des tumeurs peu différenciées. Il est également faible dans les derniers stades du processus oncologique.

La santé future du patient dépend donc de la rapidité avec laquelle le diagnostic a été posé et le traitement commencé. La prévention de cette maladie dépend principalement d'un mode de vie sain.

Nous vous serions très reconnaissants d’évaluer et de le partager sur les réseaux sociaux.

http://pro-rak.ru/zlo-opuhol/adenokartsinoma/sigmovidnoy-kishki.html

Publications De Pancréatite