Qu'est-ce qu'un adénocarcinome?

Adicocarcinome (grec aden – ‘glanda’, karcinome ‘tumeur’) - cancer glandulaire; tumeur maligne, qui se développe à partir de cellules épithéliales glandulaires, qui font partie de tous les organes. L'adénocarcinome affecte n'importe lequel d'entre eux.

Raisons

Les causes de l'adénocarcinome sont communes et spécifiques, spécifiques à l'organisme, où la tumeur est localisée.

Général

Le plus souvent, la mutation des cellules épithéliales est provoquée par la stagnation des sécrétions des glandes muqueuses et des inflammations.

Les facteurs suivants peuvent entraîner des mutations cellulaires:

  • mauvaise nutrition;
  • l'hérédité;
  • maladie chronique;
  • l'effet de rayons X élevés,
  • contact avec des substances chimiques toxiques;
  • tabagisme perpétuel;
  • développement du papillomavirus.

Spécifique

Les causes particulières du développement de l'adénocarcinome sont déterminées par la structure et le fonctionnement des organes:

  • dans l'intestin, l'adénocarcinome est provoqué par une constipation fréquente, une fistule, des tumeurs villeuses, des polypes, une colite;
  • dans l'œsophage - le thermique brûle les aliments chauds; lésions mécaniques dues à des aliments mal mastiqués;
  • dans le foie - infections transmises, y compris l'hépatite virale; la cirrhose;
  • dans le rein - les effets de la pyélonéphrite, la glomérulonéphrite;
  • dans la vessie - inflammation chronique (cystite), leucoplasie, stase urinaire.

Les symptômes

Dans le développement des symptômes de l'adénocarcinome, il y a trois périodes:

  1. caché (latent), lorsque la maladie ne se manifeste pas;
  2. manifestation de signes oncologiques avec croissance tumorale: sensibilité du site de formation de la tumeur, augmentation des ganglions lymphatiques;
  3. signes de lésion d'un organe particulier aux stades de croissance tumorale rapide, métastases.

Localisation de l'adénocarcinome dans l'intestin:

  • constipation alternant avec la diarrhée;
  • inconfort après avoir mangé, vomissements, nausées;
  • douleur abdominale;
  • obstruction intestinale;
  • mucus, sang dans les matières fécales.

Adénocarcinome dans l'œsophage:

  • dysphagie (trouble de la déglutition alimentaire);
  • salivation excessive due au rétrécissement de l'œsophage;
  • odonophage (déglutition douloureuse).

Symptômes de l'adénocarcinome dans le foie:

  • douleur dans l'abdomen supérieur droit;
  • ascite (accumulation de liquide dans l'abdomen);
  • Jaune des protéines de la peau et des yeux.

Signes d'adénocarcinome dans le rein:

  • son volume est augmenté;
  • douleur lombaire
  • sang dans l'urine.

Les principaux signes d'adénocarcinome de la vessie:

  • urine avec du sang, dysurie (difficulté à uriner par le canal urinaire),
  • douleur au pubis et au bas du dos;
  • gonflement des jambes dû à un drainage lymphatique altéré.

Diagnostics

Plus tôt l'adénocarcinome est diagnostiqué, plus il est efficace et facile de le guérir. Le diagnostic est effectué sur la base de différentes méthodes.

Tests de laboratoire

Analyses cliniques et biochimiques du sang, des matières fécales et de l'urine.

Masse fécale, urine vérifiée pour le sang; l'urine et le sang - pour la biochimie, le sang - pour le contenu de la leucocytose. Matériel de biopsie - sur les marqueurs tumoraux, histologie.

Radioscopie

La forme et la longueur de la tumeur, sa localisation, la présence de complications possibles déterminent les études par rayons X utilisant des agents de contraste:

  • scintigraphie aux radio-isotopes (scintillo latin –shin, grapho grec «write»);
  • urographie excrétrice (introduction d'une substance par une veine pour examiner la vessie);
  • radiographie de contraste utilisant du baryum;
  • urétéropélographie (examen des services de l'uretère et du rein).

Examen endoscopique

Un examen interne des organes affectés est effectué à l’aide de dispositifs optiques illuminés (grecque - «inside», skopeo - «look»):

  • laparoscopie (Greek.lapara - ‘utérus’) - examen des ganglions lymphatiques, du péritoine, du foie et d’autres organes;
  • rectoromanoscopie - examen intestinal (rekto - ‘rectum’, s-romanum - sigmoïde);
  • œsophagoscopie (Greek oisophagos - «œsophage») - examen de l’œsophage;
  • cystoscopie (grec: kystis - ‘vessie’) - examen de la vessie;
  • lymphadenoangiography - une étude des ganglions lymphatiques rétropéritonéaux.

Une coloscopie est réalisée à des fins de diagnostic.

Étude par ultrasons

L'échographie précoce détecte un foyer principal; hypertrophie des ganglions lymphatiques, degré d'atteinte des organes, propagation de la tumeur dans les parois. La principale méthode de détection de l'oncologie des reins, de la vessie.

Tomographes de recherche

La tomographie par émission de positons (TEP) détermine avec précision la configuration des zones touchées, spécifie la taille des métastases, la nature de leur localisation et leur décroissance.

Types d'adénocarcinomes selon le degré de différence entre les cellules malignes provenant de cellules saines:

  1. Adénocarcinome hautement différencié - les cellules ressemblent à des cellules saines, seuls les noyaux des cellules malades sont légèrement plus gros. Ce type d'adénocarcinome est à faible risque de développer des complications;
  2. adénocarcinome modérément différencié - adénocarcinome avec un grand nombre de cellules anormales. Changements dangereux dans les organes. Métastases;
  3. adénocarcinome de bas grade est le type le plus dangereux. Early donne des métastases. Difficile à guérir.

Types d'éducation

L'adénocarcinome mucineux est un type rare d'oncologie de l'endomètre. La tumeur est constituée de cellules épithéliales kystiques sécrétant du mucus (mucine). Le mucus est la partie principale de la tumeur, les cellules y sont suspendues. Il peut être formé dans n’importe quel organe. Rechutes dangereuses, métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux.

L'adénocarcinome de l'intestin affecte tous les services - du caecum au rectum. Les espèces sont nommées pour les zones touchées. Pousse rapidement et agressivement dans les organes et les tissus environnants.

L'adénocarcinome de l'œsophage se développe à partir de sa membrane épithéliale. Diffère dans le taux de survie élevé. Plus souvent chez les hommes.

L'adénocarcinome hépatique est formé à partir de l'épithélium des voies biliaires. Distinguer entre le principal (formé dans le foie) et secondaire (entré par les métastases d'autres organes). Le secondaire est plus commun. Metastasize aux ganglions lymphatiques régionaux.

L'adénocarcinome rénal est un carcinome rénal provenant de l'épithélium des tubules rénaux. Germine dans les vaisseaux veineux du rein. Metastasize aux os, cerveau, poumons, ganglions lymphatiques, foie.

L'adénocarcinome de la vessie se développe à partir de l'épithélium glandulaire de ses parois internes. Il peut se développer dans le tissu conjonctif sous-muqueux, dans les couches de la couche musculaire. Affecte le plus souvent les hommes: en raison des caractéristiques anatomiques de leurs voies urinaires.

Qu'est-ce que c'est - l'adénocarcinome ovarien est écrit ici.

Traitement de l'adénocarcinome

Le choix de la méthode de traitement est déterminé par le stade, le degré de propagation et le développement général de la maladie. Les résultats les plus favorables sont obtenus avec une combinaison de chirurgie, radio et chimiothérapie.

Techniques chirurgicales

La chirurgie - le traitement principal de tous les types d'adénocarcinome.

L'opération est précédée et complétée par un cours de physiothérapie. Prescrire des médicaments qui augmentent l’effet du traitement, soulageant l’état après la chirurgie ("Flaraxin", etc.). Avec une thérapie hépatique tardive, une résection partielle et une transplantation sont effectuées.

Les intestins infectés par un adénocarcinome ont été excisés, retirant les parties de la tumeur
Le rectum est enlevé avec l'anus, un anus artificiel (colonostome) est appliqué. Aux premiers stades du traitement rénal, une néphrectomie partielle (résection) est indiquée, avec une néphrectomie progressive - complète suivie d'une radiothérapie.

L'oesophage affecté est enlevé complètement ou partiellement, en fonction de la propagation du processus. En tant que greffe, on utilise un gros intestin. Vessie - résection transurétrale (à travers l'urètre) ou extraction complète, si plusieurs onkokhogov.

Radiothérapie

La radiothérapie est recommandée pour réduire la douleur après une chirurgie, avec une tumeur clairement inopérable ou ses métastases. En tant que technique autonome applicable au traitement des cas présentant des contre-indications à la chirurgie. Dans d'autres cas, il s'agit d'un composant de la thérapie complexe, réduisant les métastases et le taux de récurrence.

Chimiothérapie

La chimiothérapie est indiquée pour la propagation métastatique d'une tumeur à d'autres organes.

Technique indépendante utilisée lorsqu'il est impossible d'effectuer une intervention chirurgicale tardive, avec des rechutes. Le but est la prolongation de la vie.

Préparations:

  • La doxorubicine;
  • Ftorafur;
  • Diyodobenzotef;
  • "5 - Fluorouracile";
  • La bléomycine;
  • Le "cisplatine" et d'autres sont administrés par voie systémique, endolymphatique, intra-artérielle.
http://rak.hvatit-bolet.ru/vid/adenokarcinoma/

Adénocarcinome: types (haut, bas, modérément différencié), localisation, pronostic

L'adénocarcinome est une tumeur maligne (cancer) de l'épithélium glandulaire. Après avoir reçu l'avis d'un médecin chez qui un adénocarcinome a été diagnostiqué, chaque patient veut savoir à quoi s'attendre de la maladie, quel est son pronostic et quelles méthodes de traitement lui seront proposées.

L'adénocarcinome est considéré comme le type de tumeur maligne le plus courant pouvant se former dans presque tous les organes du corps humain. Peut-être pas affecté par le cerveau, les structures du tissu conjonctif, les vaisseaux sanguins.

L'épithélium glandulaire constitue la muqueuse des organes digestif et respiratoire, est représenté dans le système urogénital et forme la base des glandes de la sécrétion interne et externe. Le parenchyme des organes internes - le foie, les reins, les poumons - est représenté par des cellules hautement spécialisées qui peuvent également donner lieu à un adénocarcinome. La peau, l'un des organes humains les plus étendus, est touchée non seulement par le carcinome épidermoïde, mais également par l'adénocarcinome, qui provient des glandes intradermiques.

adénocarcinome - carcinome papillaire de l'épithélium glandulaire (à gauche) et carcinome épidermoïde - carcinome de l'épithélium squameux (à droite)

Il y a plusieurs siècles, les guérisseurs savaient déjà que tous les adénocarcinomes ne se développaient pas rapidement, ce qui ruinait le patient en quelques mois. Des cas de croissance plus lente, avec métastase tardive et un effet positif de son élimination, ont été décrits, mais l'explication est venue beaucoup plus tard lorsqu'il est devenu possible de regarder «à l'intérieur» de la tumeur avec un microscope.

L'examen microscopique a ouvert une nouvelle étape en oncologie. Il est devenu évident que les tumeurs ont une structure inégale et que leurs cellules ont un potentiel de reproduction et de croissance différent. À partir de ce moment, il devint possible d'identifier des tumeurs dans des groupes en fonction de leur structure et de leur origine. Les caractéristiques cellulaires et tissulaires de la néoplasie constituaient la base de la classification, dans laquelle la place centrale était occupée par les cancers - les adénocarcinomes et les variantes malpighiennes, en tant que types de tumeurs les plus courants.

Types d'écrevisses glandulaires

L'épithélium est la base de l'adénocarcinome, capable de sécréter diverses substances - mucus, hormones, enzymes, etc. Il est généralement similaire à celui de l'organe dans lequel une tumeur est détectée. Dans certains cas, l'épithélium malin est très similaire à l'épithélium normal et le médecin peut facilement déterminer la source de la croissance néoplasique. Dans d'autres cas, il est uniquement nécessaire de déterminer l'origine exacte de la néoplasie, car les cellules cancéreuses sont trop différentes du tissu d'origine.

image histologique de l'adénocarcinome

Le degré de "similarité" ou de différence par rapport à l'épithélium normal dépend de la différenciation des cellules. Cet indicateur est très important et, dans le diagnostic, il apparaît toujours avant le terme "adénocarcinome". Le degré de différenciation signifie le degré de maturité des cellules tumorales, le nombre de stades de développement auxquels elles ont réussi et la distance par rapport aux cellules normales.

Il est facile de deviner que plus le degré de différenciation est élevé et, par conséquent, l'organisation interne des cellules, plus la tumeur est mature et le meilleur pronostic que l'on peut en attendre. En conséquence, une faible différenciation indique l'immaturité des éléments cellulaires. Elle est associée à une reproduction plus intensive, de sorte que ces tumeurs se développent rapidement et commencent à se métastaser tôt.

Du point de vue des caractéristiques histologiques, il existe plusieurs degrés de maturité des cancers glandulaires:

  • Adénocarcinome hautement différencié;
  • Modérément différencié;
  • Faible différencié.

Les tumeurs hautement différenciées ont des cellules assez développées qui ressemblent beaucoup à celles des tissus sains. De plus, une partie des cellules de la tumeur peut être complètement formée correctement. Parfois, ce fait est à l'origine des conclusions erronées, et un médecin inexpérimenté peut «voir» la tumeur, en le prenant pour une pathologie différente, non tumorale.

Les adénocarcinomes hautement différenciés sont capables de former des structures, comme des cellules matures des muqueuses ou des glandes. On l'appelle papillaire, lorsque les couches cellulaires forment des papilles, tubulaire, si les cellules forment des tubules comme les canaux excréteurs des glandes, trabéculaire, lorsque les cellules sont «pondues» dans des cloisons, etc. La caractéristique principale d'un adénocarcinome très différencié de la position de la structure histologique est plus proche du tissu normal en présence de certains signes d'atypie - gros noyaux, mitoses pathologiques, prolifération cellulaire accrue (reproduction).

L'adénocarcinome modérément différencié ne peut pas "se vanter" d'un développement cellulaire aussi élevé en tant qu'espèce hautement différenciée. Ses éléments dans leur structure commencent à s'éloigner des cellules matures, s'arrêtant aux étapes intermédiaires de la maturation. Dans ce type d'adénocarcinome, les signes de malignité ne peuvent être négligés - les cellules de tailles et de formes différentes sont divisées de manière intensive et on peut observer dans les noyaux un grand nombre de mitoses anormales. Les structures de l'épithélium deviennent désordonnées. Dans certains fragments, la néoplasie ressemble encore à un tissu mature, dans d'autres (et dans la plupart d'entre elles), elle perd son organisation tissulaire et cellulaire.

L'adénocarcinome de bas grade est considéré comme défavorable en termes d'évolution et de pronostic d'une variante du cancer glandulaire. Cela est dû au fait que ses cellules cessent de mûrir pour atteindre au moins l'état minimal développé, acquièrent de nouvelles caractéristiques, se divisent de manière intensive et s'emparent de plus en plus de territoire autour d'elles.

Avec la perte des signes de maturité, les contacts intercellulaires sont également perdus. Par conséquent, avec une diminution du degré de différenciation, le risque de décollement des cellules de leur grappe principale augmente, après quoi ils tombent facilement dans la paroi des vaisseaux, souvent endommagés par des métabolites tumoraux, et se métastasent avec le sang ou le flux lymphatique.

métastases - une propriété la plus caractéristique des tumeurs mal différenciées

Le type d'adénocarcinome le plus dangereux peut être considéré comme un cancer indifférencié. Avec ce type de néoplasie, la structure des cellules est tellement éloignée de la norme qu'il est presque impossible de déterminer leur source. Dans le même temps, ces cellules non développées sont capables de se diviser extrêmement rapidement, conduisant à l'apparition d'une tumeur volumineuse en peu de temps.

La division rapide nécessite d'importantes ressources en nutriments, que la tumeur "extrait" du sang du patient. Ce dernier perd rapidement du poids et est en panne. Après avoir excrété des produits métaboliques au cours d'une reproduction intensive, un adénocarcinome indifférencié empoisonne le corps du patient, entraînant des troubles métaboliques.

Détruisant tout sur son passage dans les meilleurs délais, un cancer glandulaire indifférencié est introduit dans les tissus et organes voisins, le sang et le système lymphatique. La métastase est l’une des manifestations les plus importantes de tout adénocarcinome, qu’elle peut réaliser assez rapidement dès son apparition.

L'une des caractéristiques des tumeurs basses et indifférenciées est la possibilité que les cellules acquièrent de nouvelles propriétés. Par exemple, une tumeur commence à sécréter du mucus (cancer du mucus), des substances biologiquement actives, des hormones. Ces processus affectent inévitablement les manifestations cliniques.

Adénocarcinome en diagnostic

On trouve souvent dans les extraits ou les conclusions des médecins des expressions telles que "maladie du côlon", "c-r prostate". Ainsi voilé peut indiquer la présence d'un cancer. Les diagnostics plus précis contiennent le nom de la tumeur, dans ce cas, adénocarcinome, avec l'indication obligatoire du degré de différenciation - fortement, modérément ou faiblement différencié.

Le degré de différenciation peut être désigné par G1, 2, 3, 4, tandis que plus la valeur G est élevée, plus la maturité de la néoplasie est basse, c’est-à-dire que la tumeur hautement différenciée correspond à G1, différenciation modérée - G2, peu différenciée G3, anaplastique (cancer non différencié) - G4.

Le diagnostic peut indiquer le type de structure - tubulaire, papillaire, etc., où et comment le cancer s'est développé et quels changements il a provoqué. Assurez-vous de clarifier la présence ou l'absence de métastases, si elles sont, puis marqué le lieu de leur détection.

Le risque de métastases est directement lié au degré de différenciation des adénocarcinomes. Plus il sera élevé, plus les métastases seront retrouvées, car les cellules ont toujours des liens étroits. Avec des adénocarcinomes peu différenciés, les métastases apparaissent rapidement.

Le mode préféré de propagation des cellules cancéreuses glandulaires est considéré comme lymphogène - à travers les vaisseaux lymphatiques. Ces vaisseaux collectent la lymphe de tous les organes et la dirigent vers les ganglions lymphatiques, qui servent de filtre pour contenir les micro-organismes, les molécules de protéines, les cellules obsolètes et leurs fragments. Dans le cas de la croissance du cancer, ses cellules sont également retenues par les ganglions lymphatiques, mais ne meurent pas, mais continuent à se multiplier, formant une nouvelle tumeur.

La présence ou l'absence de métastases, ainsi que la "plage" de leur distribution sont indiquées par la lettre N avec le numéro correspondant (N0, N1-3). Détection de métastases dans les ganglions lymphatiques voisins - N1, dans la télécommande - N3, absence de métastases - N0. Ces symboles dans le diagnostic de l'adénocarcinome doivent être notés.

Le pronostic du cancer glandulaire est directement lié au degré de différenciation des cellules tumorales. Plus il est élevé, meilleures sont les prévisions. Si la maladie est dépistée tôt et qu'un "adénocarcinome peu différencié" apparaît, en particulier lorsque N0-1, le pronostic est considéré comme favorable et on peut même espérer que le patient obtienne une guérison complète.

La perspective d'un adénocarcinome peu différencié est beaucoup plus difficile à qualifier de bonne. En l'absence de métastase, le pronostic peut être favorable, mais pas chez tous les patients. Lorsqu'une tumeur se propage aux organes voisins, à des métastases lymphogènes ou hématogènes étendues, en particulier à l'extérieur de la région du corps où la tumeur se développe, le patient peut être considéré comme non coopérant et le traitement consistera principalement en mesures de soutien et symptomatiques.

Types spécifiques d'adénocarcinome

L'évolution des cancers glandulaires est semblable à bien des égards, mais l'une ou l'autre de leurs variétés peut prévaloir dans différents organes. Ainsi, parmi les tumeurs de l'estomac, la variante prédominante est l'adénocarcinome. Ce n'est pas accidentel, car la muqueuse de cet organe est une grande surface de l'épithélium, et dans son épaisseur se concentre une quantité énorme de glandes.

À cet égard, la couche interne de l'intestin est également un sol «fertile» pour la croissance de l'adénocarcinome. Dans le gros intestin, les espèces les plus fréquemment différenciées sont les plus fréquentes - adénocarcinome papillaire tubulaire; par conséquent, le pronostic du cancer de l'intestin glandulaire est généralement favorable.

Les variantes de bas grade de l'adénocarcinome du tractus gastro-intestinal sont souvent représentées par le cancer du cricoïde, dont les cellules forment activement le mucus, elles-mêmes et y meurent. Ce cancer se manifeste négativement, se métastasant tôt dans les ganglions lymphatiques situés près de l'estomac, du mésentère et atteignant les vaisseaux sanguins jusqu'au foie et aux poumons.

Le cancer de l'utérus survient à partir du col ou du corps, où la source devient la couche interne - l'endomètre. Dans cet organe, on observe des différences d'incidence du cancer glandulaire en fonction de la partie touchée: dans le col de l'utérus, les adénocarcinomes sont relativement rares, nettement inférieurs en termes de fréquence du carcinome épidermoïde, tandis que dans l'endomètre, l'adénocarcinome est la variante la plus courante de la néoplasie.

Parmi les tumeurs pulmonaires, les adénocarcinomes représentent environ un cinquième des néoplasmes malins et se développent principalement dans les parties périphériques de l’arbre bronchique - petites bronches et bronchioles, l’épithélium alvéolaire. La dixième partie est composée de cancers glandulaires peu différenciés - à petites cellules, bronchiolo-alvéolaire.

Un trait distinctif de l'adénocarcinome du poumon peut être considéré comme une métastase précoce avec une croissance relativement lente de la tumeur primitive. Dans le même temps, si une maladie est détectée au cours de la première étape, il est possible d’atteindre un taux de survie allant jusqu’à 80%, à condition que le traitement soit commencé à temps.

L'adénocarcinome représente environ 95% des cas de cancer de la prostate. La prostate étant une glande typique, cette fréquence de cancer glandulaire est tout à fait compréhensible. La tumeur grossit plutôt lentement, parfois jusqu'à 10-15 ans, alors que la clinique peut ne pas être brillante. Cependant, une métastase pelvienne précoce des ganglions lymphatiques rend la maladie dangereuse et peut affecter de manière significative le pronostic.

En plus de ces organes, l'adénocarcinome est présent dans les muqueuses mammaire, pancréatique, cutanée et buccale. Types spéciaux - carcinomes hépatocellulaires et à cellules rénales, qui sont en fait des adénocarcinomes, mais ont une excellente structure, car leurs cellules ne ressemblent pas à l'épithélium glandulaire, mais aux éléments de ces organes qui forment l'essentiel du parenchyme.

Ainsi, l'adénocarcinome est un type morphologique répandu de tumeurs de localisations très différentes. Pour trouver une indication de sa présence dans le diagnostic, vous devez faire attention au degré de différenciation, qui détermine le taux de croissance et le pronostic. La présence de métastases est également un signe pronostique important du cancer glandulaire.

Avec le diagnostic d'adénocarcinome hautement différencié en cas de traitement réussi, le taux de survie est assez élevé et atteint 90% ou plus dans certains sites de cancer. Les adénocarcinomes modérément différenciés peuvent donner une chance à la vie avec une détection précoce chez environ la moitié des patients. Les adénocarcinomes peu différenciés et indifférenciés se caractérisent par une faible espérance de vie des patients, généralement inférieure ou égale à 10-15%.

Auteur: médecin-histologue Goldenshlyuger N.I.

http://onkolib.ru/vidy-opuxolej/adenokarcinoma/

Adénocarcinome. Types, diagnostic, traitement

L'adénocarcinome est un type de cancer qui se développe dans les glandes, c'est-à-dire dans les cellules sécrétoires qui libèrent des produits chimiques à l'intérieur ou à l'extérieur du corps.

Le terme "adénocarcinome" comprend deux parties: "adéno" signifie "se rapporte aux glandes" et "carcinome" décrit un cancer qui se développe dans les cellules épithéliales.

Les perspectives, le traitement et la survie de l'adénocarcinome dépendent de la localisation de la tumeur, de sa taille et de facteurs individuels, parmi lesquels l'état de santé général du patient.

Quels sont les types d'adénocarcinome?

Les glandes produisent des substances nécessaires au fonctionnement du corps. L'adénocarcinome se forme dans les glandes et peut ensuite se propager à d'autres zones du corps.

L'adénocarcinome commence à se développer dans les glandes, mais peut ensuite se propager ou se métastaser à d'autres parties du corps. Les glandes produisent divers fluides dans les tissus qui tapissent de nombreux organes.

Il existe plusieurs types d'adénocarcinome. Cette condition peut se développer dans les parties suivantes du corps.

  • Côlon et rectum. Le rectum fait partie du tractus gastro-intestinal. C'est un long canal qui aide à éliminer l'eau et les nutriments des aliments qu'une personne consomme. L'adénocarcinome est le type de cancer colorectal le plus répandu. Il commence à se former sous la forme de petits polypes ou formations qui ne nuisent généralement pas à la santé mais se transforment avec le temps en cancer. La maladie peut également commencer dans le rectum. Le rectum est la partie de l'intestin par laquelle une chaise quitte le corps.
  • Les glandes mammaires. Le plus souvent, le cancer du sein est un adénocarcinome. Ce type de cancer commence dans les glandes productrices de lait.
  • Oesophage L'œsophage est le canal par lequel les aliments passent de la bouche à l'estomac. L'adénocarcinome commence habituellement dans les glandes muqueuses recouvrant la partie inférieure de l'œsophage.
  • Poids léger Un adénocarcinome représente environ 40% des cas de cancer du poumon. Le plus souvent, ce cancer se forme à l'extérieur des organes et se développe plus lentement que les autres types de cancer du poumon. Habituellement, une telle maladie touche les personnes qui ont déjà fumé ou qui ont déjà fumé.
  • Pancréas. Cet organe est situé à l'arrière de l'abdomen, derrière l'estomac. Il produit des hormones et des enzymes qui aident à digérer les aliments. Les adénocarcinomes sont 80% des cancers du pancréas. De telles tumeurs se forment dans les canaux de la glande.
  • La prostate. Cette glande est située juste en dessous de la vessie chez les hommes. Il aide à produire un fluide protégeant le sperme. L'adénocarcinome commence dans les cellules qui produisent ce fluide. Dans la plupart des cas, le cancer de la prostate est un adénocarcinome.

Un type rare de maladie est le carcinome adénoïde kystique, qui se forme dans les glandes de la tête, telles que les glandes salivaires. C'est un type de cancer à croissance lente qui peut se propager à la région du crâne.

L'adénocarcinome peut également se développer dans le cerveau.

Quels sont les symptômes de l'adénocarcinome?

L'adénocarcinome est un type de cancer qui peut apparaître sur plusieurs parties du corps. Il n'existe donc aucune procédure de diagnostic permettant d'indiquer immédiatement ce type de cancer. En outre, il n’existe aucune liste de symptômes pouvant confirmer sans équivoque un adénocarcinome.

Dans la plupart des cas, les personnes consultent un médecin après avoir eu des symptômes inhabituels. Vous trouverez ci-dessous une liste des types d'adénocarcinome, en fonction de la zone du corps touchée et des symptômes pouvant indiquer la présence de la maladie.

  • Cerveau ou crâne: maux de tête, nausées, accidents vasculaires cérébraux, troubles visuels, changements de personnalité, sensations étranges dans les jambes ou les mains, modifications de la pensée.
  • Poumons: toux, enrouement, mucus sanglant, perte de poids, faiblesse et épuisement.
  • Poitrine: tumeurs ou autres lésions.
  • Prostate: miction douloureuse, problèmes de contrôle de la vessie, envie plus fréquente d'uriner la nuit, sang dans le sperme, éjaculation douloureuse.
  • Pancréas: perte de poids involontaire, douleurs abdominales et dorsales, selles grasses ou claires, démangeaisons cutanées.
  • Gros intestin: sensation de surpeuplement, selles sanglantes, saignements rectaux, douleurs abdominales, perte de poids inexpliquée.

Comment diagnostique-t-on l'adénocarcinome?

Pour un diagnostic plus précis de l'adénocarcinome, un scanner, une IRM ou une biopsie sont utilisés.

Le diagnostic commence généralement par l'examen du patient et une étude détaillée de ses antécédents médicaux. Le médecin demande également à la personne quels sont les symptômes observés et les facteurs de risque de cancer, tels que le tabagisme.

Un certain nombre de procédures de diagnostic peuvent détecter un adénocarcinome. Afin de confirmer de manière fiable un diagnostic, plusieurs examens différents peuvent être nécessaires.

Les examens médicaux pour suspecter un adénocarcinome peuvent inclure les suivants.

Biopsie

Dans le cadre de cette procédure, un petit échantillon de tissu est prélevé pour vérifier la présence de cellules cancéreuses. Une biopsie peut également renseigner les médecins sur la région du corps où le cancer est apparu pour la première fois. Certains types de cancer peuvent métastaser, c'est-à-dire se propager d'une zone du corps à une autre.

Méthodes de diagnostic visuel

La tomodensitométrie (TDM) est un examen aux rayons X qui produit des images en trois dimensions des formations trouvées dans le corps. Parfois, les médecins utilisent ces images pour connaître le taux de croissance des tumeurs et déterminer l'efficacité de ce type de thérapie.

L'imagerie par résonance magnétique (IRM) est une autre technique de diagnostic visualisée qui utilise des ondes radio pour créer des images de différentes parties du corps.

Tests sanguins

Dans l'étude du sang, vous pouvez voir les changements dans les cellules sanguines qui indiquent un cancer. Certains produits chimiques dans le sang peuvent également être associés à certains types de cancer. Par exemple, le taux d'antigène spécifique de la prostate (PSA) varie en fonction du cancer de la prostate.

Comment traite-t-on l'adénocarcinome?

Le traitement de l'adénocarcinome dépend de la localisation de la zone touchée, du degré de développement de tumeurs malignes et de la propagation de la maladie dans d'autres parties du corps. Lors de l'élaboration d'un plan de traitement, les médecins peuvent prendre en compte l'état de santé général du patient, car le traitement du cancer peut être associé à des effets indésirables graves.

Les options de traitement pour l'adénocarcinome peuvent inclure ce qui suit.

Élimination de la tumeur

L'ablation chirurgicale dans le traitement du cancer est très souvent utilisée. Avec certains types de cancer, cette méthode est plus sûre que d'autres types de maladie. Par exemple, l'ablation de tumeurs du sein (tumorectomie) est une procédure relativement sûre, et une intervention chirurgicale visant à éliminer les cancers du cerveau peut mettre la vie en danger.

Le médecin peut également suggérer au patient l’ablation par radiofréquence - une option de traitement dans laquelle des ondes énergétiques sont utilisées pour détruire ou réduire la taille de la tumeur.

Les ganglions lymphatiques à proximité peuvent également être enlevés avec la tumeur.

Chimiothérapie

La chimiothérapie est un type de traitement qui est généralement effectué à l'aide d'une aiguille insérée dans une veine.

Cette manœuvre thérapeutique tue les cellules cancéreuses, mais elle peut également détruire certaines cellules saines. Beaucoup de personnes qui subissent une chimiothérapie deviennent douloureuses, perdent leurs cheveux ou présentent d'autres symptômes. Par conséquent, les patients qui subissent une chimiothérapie peuvent avoir besoin de prendre d'autres médicaments ou rester à l'hôpital pendant toute la durée du traitement.

Thérapie ciblée contre le cancer

Certains médicaments sont conçus spécifiquement pour traiter certains types de cellules cancéreuses. Ils sont une alternative moins dangereuse à la chimiothérapie. La capacité à utiliser un médicament particulier dépend du type de cancer et de l’état de santé général du patient.

Radiothérapie

La radiothérapie ou la radiothérapie utilise des ondes de haute énergie pour tuer les cellules cancéreuses. Avec cette méthode de traitement, les cellules saines peuvent également mourir.

Immunothérapie

L'immunothérapie utilise des médicaments qui aident le système immunitaire à lutter contre le cancer. La plupart des fonds destinés à la thérapie immunitaire prolongent la vie, mais ne permettent pas de traiter complètement le cancer. Parce que ces médicaments soutiennent le système immunitaire, ils provoquent moins d'effets secondaires que la chimiothérapie ou la radiothérapie.

Les options d’immunothérapie disponibles dépendent du type de cancer, du stade et de l’état de santé général du patient.

Quelles sont les causes de l'adénocarcinome?

Les médecins ne savent pas exactement pourquoi un adénocarcinome ou tout autre type de cancer se développe.

Les experts n'agissent que sur les facteurs de risque et la probabilité de contracter cette maladie, en fonction de la partie du corps.

Par exemple, les facteurs qui affectent la probabilité de développer un adénocarcinome du côlon et du rectum sont les suivants:

  • l'âge;
  • autres formes de cancer du côlon ou du rectum, transférées par le patient;
  • histoire des polypes;
  • maladies inflammatoires (syndrome du côlon irritable, maladie de Crohn);
  • antécédents familiaux de cancer;
  • l'origine ethnique;
  • régime alimentaire et niveau d'activité physique;
  • consommation d'alcool;
  • fumer;
  • le diabète

Les polypes provoquent-ils un adénocarcinome?

Dans les membranes muqueuses de certains organes, des polypes se forment parfois en raison d'une croissance cellulaire incontrôlée. Ce sont des excroissances bénignes qui peuvent éventuellement devenir cancéreuses. Autrement dit, les polypes peuvent être la cause de l'adénocarcinome, bien que les médecins ne soient pas encore en mesure d'expliquer en fonction de quels facteurs les polypes deviennent malins.

Stades de progression et d'adénocarcinome

Les médecins s'appuient sur les systèmes de stade du cancer pour déterminer le type de traitement nécessaire.

Stage aide à déterminer la progression de tout type de cancer, y compris l’adénocarcinome. Différents médecins préfèrent différents systèmes de classification des tumeurs malignes.

Certains s'appuient sur un système simple comprenant cinq étapes (de 0 à 4). Le stade 0 indique la présence de cellules anormales qui ne se propagent pas à d’autres parties du corps.

Les premier, deuxième et troisième stades du cancer suggèrent la propagation de la maladie, des degrés plus élevés indiquant des tumeurs plus grosses qui se propagent aux tissus environnants.

À la quatrième étape, le cancer se propage à d’autres parties du corps.

TNM est le système de classification le plus populaire pour les stades de développement des tumeurs malignes. Les lettres de cette abréviation indiquent la taille de la tumeur, le nombre de ganglions lymphatiques affectés et les métastases, c'est-à-dire la propagation du cancer de la tumeur primitive à d'autres parties du corps.

  • La lettre T caractérise la taille de la tumeur principale. TX indique que la tumeur primitive ne peut pas être évaluée et T0 indique qu'il n'existe aucune donnée sur la tumeur primitive. Les indices T1-T4 indiquent la taille de la tumeur primitive - plus le nombre est grand, plus la tumeur est grosse.
  • La lettre N vous permet de mesurer le degré d'endommagement des ganglions lymphatiques situés près de la tumeur. NX indique que les ganglions lymphatiques voisins ne peuvent pas être évalués, N0 indique que les ganglions lymphatiques voisins ne sont pas affectés par le cancer. Les indices N1-N3 indiquent le nombre de ganglions lymphatiques touchés par la maladie - plus le nombre est élevé, plus les ganglions lymphatiques sont atteints.
  • La lettre M caractérise les métastases, c'est-à-dire la propagation du cancer vers d'autres régions du corps. MX indique l’absence d’information sur les métastases distantes, M0 - l’absence de métastases distantes. M1 dit que le cancer se propage.

Certains types de cancer ont tendance à se propager plus rapidement que d'autres. D'autres passent souvent inaperçus au début et sont détectés au cours du diagnostic tardif. Le cancer de la prostate est l'un de ces types. Il est plus susceptible d'être fatal que ceux qui se développent lentement et peuvent être diagnostiqués tôt.

Les stades avancés du cancer sont plus difficiles à traiter et risquent davantage de provoquer la mort. Cependant, ces règles varient en fonction du type de cancer, du traitement disponible et de la zone du corps touchée.

Taux de survie de l'adénocarcinome

Le taux de survie varie considérablement en fonction du type d'adénocarcinome. Par exemple, chez les femmes atteintes du deuxième stade du cancer du sein, la probabilité de vivre cinq ans après le diagnostic est de 93%, et pour le deuxième stade du cancer du poumon, le même indicateur n’est que de 30%.

Il convient de souligner que les taux de survie moyens ne donnent pas une image complète, car le pronostic dépend en grande partie de la qualité du traitement et des caractéristiques individuelles du patient.

Qu'est-ce qui ne s'applique pas à l'adénocarcinome?

Certaines tumeurs des glandes exocrines (glandes à sécrétion externe), telles que le vipoma ou le phéochromocytome, ne sont généralement pas considérées comme des adénocarcinomes. Ces tumeurs en médecine s'appellent neuroendocrine.

Si le tissu glandulaire n'est ni malin ni cancéreux, la tumeur est appelée adénome. L'adénome n'envahit généralement pas les autres tissus et provoque rarement des métastases. L'adénocarcinome malin envahit d'autres tissus et provoque souvent des métastases.

http://medmaniac.ru/adenokarcinoma/

Qu'est-ce que l'adénocarcinome?

Adénocarcinome - de quoi s'agit-il et à quel point est-il dangereux? Y a-t-il une chance de survivre avec un tel diagnostic? Un patient qui a entendu le mot "cancer" dans la conclusion d'un médecin a de nombreuses questions en tête concernant le traitement et le pronostic. Nous verrons dans l'article à propos de ce qui constitue l'adénocarcinome, comment identifier la maladie à ses débuts et quelles méthodes de traitement proposent la médecine moderne - nous le dirons dans cet article.

À propos de la maladie

L'adénocarcinome - ou cancer glandulaire - se développe à partir de cellules épithéliales glandulaires tapissant la surface de nombreux organes internes et externes du corps humain. La maladie affecte les organes suivants:

  • Glande pituitaire
  • Glande thyroïde
  • Rein
  • Les poumons
  • Glandes salivaires
  • Oesophage
  • Estomac
  • Du foie
  • Pancréas
  • Intestins Intestinaux
  • Prostate
  • Utérus
  • Ovaires
  • Glandes mammaires
  • Glandes sudoripares.

La maladie ne se développe pas toujours rapidement. Parfois, la tumeur se développe lentement, sans donner de métastases - dans cette situation, l'élimination de la formation donne de grandes chances de guérison. L'évolution du cancer dépend du degré de différenciation des cellules cancéreuses.

Quel est le degré de différenciation? Ceci est un indicateur de la maturité des cellules cancéreuses. Plus il est élevé - plus les cellules de l'épithélium malin sont développées et plus elles ressemblent à des cellules en bonne santé. En fonction de cet indicateur, l'adénocarcinome est divisé en plusieurs types:

  1. Fortement différencié (noté G1 en conclusion). Un médecin expérimenté n'aura aucun problème à distinguer ces cellules des cellules normales et à déterminer la source de la lésion. Si les cellules sont matures, cela suggère que la tumeur se développe lentement et que le pronostic du traitement dans ce cas sera plutôt optimiste.
  2. Modérément différencié (G2). Les cellules cancéreuses s'arrêtent à un stade intermédiaire. Elles diffèrent déjà plus fortement des espèces en bonne santé et se divisent plus intensément. Un examen microscopique des noyaux cellulaires révèle des mitoses anormales.
  3. Différenciation faible (G3). Il est considéré comme défavorable en termes d'évolution de la maladie. Les cellules tumorales se divisent si rapidement qu'elles n'ont pas le temps de se former complètement. Les formations de cellules immatures commencent à se métastaser plus rapidement - et les tissus et organes environnants sont déjà affectés par le cancer.
  4. Adénocarcinome indifférencié (G4). Le plus dangereux de tous les degrés. Dans ce cas, il est extrêmement difficile de déterminer le foyer de la maladie, car les cellules se divisent à grande vitesse et finissent par affecter tout le corps.

Causes de la maladie

Il est difficile de déterminer l'étiologie dans le cas du cancer glandulaire. Les médecins ne peuvent parler que des facteurs possibles ayant provoqué le développement de la maladie. Les causes les plus probables peuvent être:

  • Mauvaise alimentation, abus d'alcool
  • Mode de vie sédentaire, obésité
  • Prédisposition génétique
  • Les conséquences de la chirurgie
  • Forte consommation de drogue sur une longue période
  • Intoxication toxique
  • Changements dans le corps liés à l'âge

L'adénocarcinome, localisé dans une certaine partie du corps, peut être déclenché par des facteurs spécifiques: par exemple, fumer provoque le cancer des glandes salivaires, un ulcère peut provoquer un cancer de l'estomac et des modifications hormonales peuvent provoquer un cancer de la prostate ou de l'utérus.

Symptomatologie

Le tableau clinique de la maladie dépend du foyer de développement de la maladie et du stade actuel. Cependant, vous pouvez identifier des symptômes communs caractéristiques de tous les types d'adénocarcinome:

  1. Le nombre de globules rouges diminue, les ganglions lymphatiques augmentent
  2. Une personne ressent une gêne et des douleurs à l'endroit où la tumeur est localisée
  3. Il y a une perte de poids nette.
  4. Le sommeil est perturbé, une fatigue fréquente sans raison apparaît
  5. La température corporelle devient instable.

Considérez les symptômes de certains types d’oncologie:

  • Le plus souvent, le cancer glandulaire affecte la prostate. En même temps, douleur dans le bas de l'abdomen, dans l'anus, dans la vésicule biliaire; mictions fréquentes.
  • Le cancer de la vessie se manifeste par l’incapacité d’aller aux toilettes, la douleur, l’apparition d’un mélange de sang dans les urines. Le rein et la région pubienne commencent à faire mal, les jambes gonflent à cause d'une violation du drainage lymphatique.
  • Avec le développement de l'adénocarcinome rénal, la taille de l'organe augmente. Il y a une douleur dans le bas du dos, quand on voit du sang dans les toilettes.
  • Dans le cancer de l'intestin, le premier réveil est une violation du tractus gastro-intestinal - diarrhée fréquente, constipation, inconfort après avoir mangé et vomissements. Dans les stades ultérieurs, il y a des impuretés de mucus et de sang dans les fèces.
  • Troubles de la déglutition, dysphagie et odonophagie, salivation abondante parlent de cancer de l'œsophage.
  • La tumeur du pancréas provoque des douleurs à l'estomac, une perte d'appétit, des vomissements et une diarrhée.
  • Les symptômes du cancer du foie glandulaire sont une douleur épigastrique, des nausées et des vomissements et une anémie. Le foie augmente de taille. La peau devient jaune, il peut y avoir des saignements de nez fréquents.

L'adénocarcinome ovarien se manifeste par une violation du cycle menstruel, une douleur dans la région inguinale, aggravée par les relations sexuelles. Des nausées, des vomissements, un malaise général peuvent survenir. La symptomatologie est semblable au cancer utérin, ce dernier est caractérisé par des saignements en milieu de cycle et une menstruation abondante.

Difficulté à avaler, essoufflement, changements de la voix indiquent une tumeur de la glande thyroïde. Le cou est déformé dans la zone touchée.

Méthodes de diagnostic et de traitement

Les oncologues utilisent les méthodes suivantes pour diagnostiquer les cancers:

  • Analyse en laboratoire de biomatériau. Une analyse de sang vous permet de suivre l’augmentation du taux de leucocytes et de déterminer s’il existe des marqueurs tumoraux dans les substances spécifiques à l’organisme sécrétées dans le corps de patients cancéreux. Les fèces et l'urine sont vérifiées pour des traces de sang. Sur une biopsie, la structure cellulaire et les marqueurs tumoraux sont évalués.
  • Radioscopie. Cette méthode détermine la taille et la forme de la tumeur, la localisation et la présence de métastases.
  • Endoscopie L'inspection interne des organes vous permet d'établir un diagnostic précis.
  • Échographie. Permet de détecter la source de la distribution et le degré d'atteinte à un organe, diagnostique une adénopathie.
  • Tomographie Avec l'aide de la tomographie, les médecins trouvent la configuration des zones touchées, la direction de la métastase, la nature de l'effondrement.

Après ces procédures, un diagnostic précis est établi et un traitement est prescrit. Le résultat le plus favorable est obtenu par une combinaison de traitement chirurgical, de radiothérapie et de chimiothérapie. Pendant l'opération, des tissus sains adjacents sont découpés avec la tumeur. Cela est nécessaire pour que les cellules cancéreuses ne commencent pas à se développer avec une nouvelle force et ne provoquent pas de rechute.

La radiothérapie est utilisée pour réduire la douleur après la chirurgie. La chimiothérapie précède la chirurgie et est prescrite après celle-ci.

Les toxines et les poisons ont un effet néfaste sur la tumeur, empêchant ainsi la division cellulaire. En même temps, l'effet négatif sur le corps du patient est minime. Dans les phases finales du cancer, lorsque le traitement chirurgical n’est pas possible, la chimiothérapie est utilisée comme procédure indépendante. Cela dépend de combien de temps le patient vivra.

L'efficacité du traitement dépend en grande partie du type de cellules prédominant dans le néoplasme. Les tumeurs hautement différenciées répondent assez bien au traitement, la survie du patient est de 90%. Un type modérément différencié avec une détection précoce donne de l'espoir pour la vie à 50% des patients. Les personnes atteintes de tumeurs peu différenciées et indifférenciées, selon les statistiques, ne vivent pas longtemps; Le taux de survie après la chirurgie est de 10-15%.

http://onkologpro.ru/carcinoma/adenokartsinoma.html

Ce que vous devez savoir sur l'adénocarcinome

L'adénocarcinome est un cancer localisé dans les tissus de l'épithélium glandulaire. Il peut être formé dans n’importe quel organe humain, à l’exception du cerveau, du tissu conjonctif et des vaisseaux sanguins. Ceci est une maladie maligne et peut toucher n'importe qui.

Informations générales

Cette maladie est divisée en plusieurs types:

  1. L'adénocarcinome modérément différencié est une pathologie maligne des organes avec un degré moyen de développement des cellules cancéreuses. Les cellules sous cette forme ne sont pas capables de division rapide, de sorte que le cancer peut être traité par un traitement conservateur et chirurgical.
  2. L'adénocarcinome hautement différencié est considéré comme l'une des tumeurs malignes les plus simples. Il se développe lentement, de sorte que la pathologie peut être suspectée aux derniers stades. La structure des cellules de carcinome hautement différencié présente certaines similitudes avec les cellules saines de l'organe affecté. Il est possible de distinguer une tumeur d'une cellule saine par la forme allongée du noyau. Avec ce type de tumeur, la présence de métastases dans d'autres organes n'est que de 2 à 4%.
  3. L'adénocarcinome de bas grade, une tumeur maligne, se développe dans le tissu épithélial de la glande. Le faible degré de différenciation provoque une croissance agressive et rapide du néoplasme. Il est possible de reconnaître un adénocarcinome papillaire lors de la prise de matériel pour analyse. Les cellules tumorales ressemblent aux mamelons de différentes formes. L'adénocarcinome papillaire est formé dans n'importe quel organe interne, une caractéristique d'une telle tumeur est la diversité de la structure.

Les études sur l'adénocarcinome au microscope ont donné une impulsion au développement de l'oncologie et à l'identification de différents types de tumeurs. De toute évidence, les tumeurs ont une structure différente et les cellules se multiplient de différentes manières et progressent. Les cellules et tissus de néoplasie ont fourni la base pour la classification des formations dans lesquelles les néoplasmes malins de l'épithélium glandulaire - adénocarcinome, un type de formation fréquente de tumeur cancéreuse, occupaient une place particulière. Les cellules sont principalement localisées dans les vaisseaux lymphatiques.

Causes de

Allouer les causes principales et originales de l'adénocarcinome. L'analyse de l'adénocarcinome a permis de déterminer qu'un plus grand nombre de modifications des cellules épithéliales des tissus étaient causées par la stagnation de la sécrétion des glandes et par leur inflammation ultérieure.

Les principales causes du développement de la tumeur:

  1. Nourriture irrationnelle.
  2. L'influence du rayonnement radioactif.
  3. Longues pathologies.
  4. Contact avec certains types de produits chimiques.
  5. Long fumer.
  6. Infection à papillomavirus.
  7. Il existe une propension à hériter de l'adénocarcinome.

Causes dans des organes spécifiques

Un adénocarcinome modérément différencié survient dans certains organes en raison de leur forme et de leur fonction.

Lorsqu'une tumeur cancéreuse est localisée dans l'intestin, elle est provoquée par une constipation chronique, une colite, des tumeurs bénignes, des tumeurs villeuses, des fistules.

Le cancer glandulaire de l'œsophage débute souvent après des brûlures de chaleur et sur le fond de blessures persistantes causées par des morceaux d'aliments mal mastiqués.

L'adénocarcinome dans le foie commence à se former en raison d'infections et de lésions organiques causées par des parasites.

Une maladie rénale peut se développer avec une glomérulonéphrite ou une pyélonéphrite. La congestion urinaire et la cystite chronique peuvent déclencher le développement d'un adénocarcinome de la vessie.

Endomètre chez les femmes affecte principalement l'adénocarcinome mucineux. Le néoplasme comprend des kystes de cellules épithéliales qui produisent du mucus. Le mucus est le composant principal de la tumeur. Une tumeur peut former dans n'importe quel organe une manifestation dangereuse de récidive et une métastase aux ganglions lymphoïdes distants.

La tumeur séreuse est localisée dans les ovaires. Cette tumeur produit un liquide séreux dont la structure est similaire à celle des sécrétions de l'épithélium tapissant les trompes de Fallope.

La tumeur a une structure de kyste ramifiée qui se développe rapidement et atteint de grandes tailles. Cela peut entraîner le fait que le cancer commencera à pénétrer à travers la capsule dans d’autres organes et à toucher les organes abdominaux.

Les métastases pénètrent dans la cavité abdominale et une ascite commence à se développer.

L'adénocarcinome papillaire de l'épithélium glandulaire est associé à une mauvaise écologie et à des stress fréquents. Le facteur héréditaire est également la cause du développement de cette pathologie.

Un adénocarcinome hautement différencié dans l'endomètre ou d'une autre manière une tumeur de l'utérus a ses propres raisons pour la formation:

  • âge des femmes de plus de 50 ans;
  • hypertension artérielle;
  • maladies endocriniennes;
  • obésité aux deuxième et troisième degrés;
  • la menstruation a commencé tôt ou la ménopause est arrivée en retard;
  • diverses maladies gynécologiques;
  • Tumeur ovarienne;
  • la grossesse ne vient pas longtemps;
  • cancer du sein;
  • hyperplasie de l'endomètre;
  • infertilité;
  • exposition aux radiations.

Diagnostics

Les oncologues russes travaillent sur la systématisation, qui comprend quatre étapes de progression des tumeurs malignes:

  1. Au premier degré, l'emplacement exact de la formation est caractéristique lorsque les tumeurs cancéreuses survenant dans une région donnée ne se développent pas dans l'organe. Le premier degré se déroule sans métastase.
  2. Dans la deuxième étape, la tumeur a déjà grandi, mais elle ne dépasse pas son bord. La pénétration de métastases est possible sur les organes proximaux et à proximité dans les ganglions lymphatiques localisés.
  3. La troisième phase du développement du cancer est caractérisée par un foyer d'infection important. Après l'effondrement de la tumeur, la métastase dans la paroi des organes augmente dans les organes du corps.
  4. Dans la quatrième étape, la malignité est localisée à d'autres tissus. À ce stade peut être attribué à n'importe quel néoplasme, ce qui donnera des métastases à distance.

Il est possible de confirmer la présence de la maladie en tant qu’adénocarcinome modérément différencié, en utilisant la méthode de la biopsie - en utilisant des cellules tumorales pour détecter des cellules atypiques au microscope.

  1. Incision. Une petite partie de la tumeur est coupée et examinée au microscope. Cette technique est populaire dans les cas où une tumeur maligne se forme dans l'enveloppe externe de la peau ou des muqueuses.
  2. Excision. La méthode consiste en l'analyse de la totalité de la tumeur, qui est enlevée avec l'organe affecté. Une intervention chirurgicale peut être réalisée si l'organe n'est pas vital.
  3. Ponction. Prenez un morceau de tissu pour la recherche en utilisant une aiguille mince. La méthode est utilisée si l'organe affecté est situé profondément sous la peau.

La méthode de la biopsie est une confirmation théorique de la présence d'un diagnostic de cancer. L'étude des échantillons de matériel est réalisée au laboratoire sous un microscope, où le pathologiste examine attentivement la structure de la tumeur et identifie les cellules atypiques caractéristiques du processus malin.

Le diagnostic du cancer inclut le matériel standard et les procédures de laboratoire:

  • prendre de l'urine, du sang, des matières fécales;
  • Échographie des organes internes;
  • IRM, CT, PET;
  • radiographie;
  • examen vasculaire basé sur les propriétés des rayons X;
  • examen endoscopique - gastroscopie, colonoscopie, bronchoscopie.

Le cancer de la prostate glandulaire est souvent diagnostiqué. Selon les statistiques, cette maladie est la deuxième en termes de taux de mortalité de toutes les tumeurs malignes.

Les symptômes

Les symptômes des tumeurs malignes sont divisés en trois étapes:

  1. Au premier stade, la maladie est cachée, elle est asymptomatique. Il peut généralement y avoir une légère faiblesse, fatigue, douleur légère et passagère.
  2. Dans la deuxième étape, la maladie apparaît comme une tumeur.
  3. Au troisième stade, les organes affectés commencent à se développer et deviennent malades, les métastases commencent à se propager aux organes sains.

En général, les symptômes courants suivants du cancer glandulaire peuvent être identifiés:

  • sentiments de trouble et de douleur dans la partie de l'organe affecté;
  • perte de poids soudaine;
  • des difficultés avec le tube digestif;
  • température corporelle instable;
  • troubles du sommeil;
  • accumulation de ganglions lymphatiques;
  • asthénie rapide sans raison apparente;
  • réduction du nombre de globules rouges.

Au début du développement, l'adénocarcinome modérément différencié est asymptomatique.

Au fur et à mesure de sa propagation dans les organes proches et distants, les symptômes de la maladie s'aggravent, des symptômes fonctionnels particuliers apparaissent, les ganglions lymphatiques commencent à se développer, les symptômes de la douleur progressent et un fort épuisement du corps peut apparaître.

Si le caecum est affecté, le patient peut être perturbé:

  1. Besoin fréquent d'aller aux toilettes, constipation alternant avec diarrhée.
  2. Signes d'anémie.
  3. Lors de la vidange, les matières fécales présentent du mucus et du sang.
  4. Température instable
  5. Perte d'appétit et rejet des produits carnés
  6. Une obstruction intestinale survient à un stade avancé du néoplasme.

Le premier signe de développement d'un adénocarcinome de la vessie est la présence d'impuretés sanguines dans l'urine.

En outre, les symptômes suivants se développent:

  1. Une douleur aiguë à l'aine survient généralement lors du remplissage de la vessie.
  2. Sentez-vous la douleur et la sensation de brûlure pendant la miction.
  3. Anémie, à la suite de la libération de caillots sanguins.
  4. Lorsque la tumeur développe une cystite, pyélonéphrite aiguë.

Traitement

Le traitement d'une tumeur glandulaire maligne dépend du stade de la maladie, de sa localisation et de la rapidité avec laquelle elle se propage. L'évolution favorable de la maladie peut être obtenue si trois méthodes sont combinées: la chirurgie, la radio et la chimiothérapie.

Après l'opération, les médicaments prescrits qui augmentent les résultats du traitement sont prescrits, soulagent l'état du patient ("Flaraxin", etc.).

Si le cancer est détecté dans le foie à un stade ultérieur, la résection d'une partie spécifique est transplantée.

Dans l'intestin affecté, l'adénocarcinome est découpé avec la région des muqueuses.

Dans le cancer du rectum, l'anus est découpé et un passage synthétique est inséré.

Lors du diagnostic précoce du cancer du rein, une élimination partielle est réalisée si la maladie progresse - neurorectomie complète suivie d'une radiothérapie.

Si l'œsophage est endommagé, il est complètement retiré, les tissus intestinaux sont utilisés à la place.

Radiothérapie

La radiothérapie est utilisée pour réduire la douleur après la chirurgie. Également effectuer sur une tumeur ou une métastase de l'adénocarcinome, si l'opération est contre-indiquée.

Chimiothérapie

Un traitement chimique est présenté s’il est impossible d’effectuer une intervention chirurgicale à un stade avancé. Le but de l'enquête - prolonger la vie du patient. Préparations: "5 - Fluorouracile, Hydroxycarbamide, Doxorubicine"; Ftorafur; La bléocine; Clexan est administré par voie intraveineuse par voie systémique. Si une opération est contre-indiquée dans l'adénocarcinome du foie, des produits chimiques sont injectés dans la tumeur pour obtenir un effet positif.

Traitement complet

Lorsque les métastases se développent sur des tissus sains, une radiothérapie utilisant la chimie est effectuée. Le traitement dans le complexe (radiothérapie avant chirurgie + chirurgie + post-chirurgie avec des médicaments chimiques) aide à réduire la récurrence de la maladie et ralentit l'activité des cellules cancéreuses.

Nouveaux traitements

Aux premiers stades de la maladie, la tumeur glandulaire est traitée par les méthodes suivantes:

  • la laparoscopie mini-invasive est une méthode douce dans laquelle les couches supérieures de la peau du patient ne sont pas affectées;
  • afin de préserver les tissus sains, utilisation d'agents chimiques sur le site de localisation de la tumeur et radiothérapie locale;
  • au cours de la tomothérapie, le site de l'incision est contrôlé, il crée l'apparence des limites de la zone touchée lors du retrait.

Préparations pour la chimiothérapie: cytostatiques (Embihin, Vincristine, Cyclophosphamide), antibiotiques anthracyclines (Mitolik, Doksolek, Flutamide, Épirubicine.), Chimiothérapie (puri nétol, segdrine) (utilisées en fonction de la localisation de la tumeur, du chirurgien, du chirurgien, du chirurgien). Les médicaments à base de platine (Platidiam, cisplatine, carboplatine, oxaliplatine) utilisent souvent des médicaments d'origine naturelle, tels que Shiitake, Banisan, Estravel, Menoril, sont utilisés chez les femmes ménopausées. L'immunothérapie comprend un certain nombre de techniques: renforcement de l'ensemble du système immunitaire (effet ambigu), vaccination locale, introduction de cellules capables de détruire les cancers, administration de facteurs de croissance hématopoïétiques, thérapie spécifique par vaccins et sérums anticancéreux.

L'élimination complète de l'adénocarcinome au deuxième degré de l'œsophage du deuxième degré augmente la durée de vie d'une personne. Il est possible de prolonger la vie de 5 ans grâce à la chimiothérapie jusqu'à 60%; mais avec la défaite la plus profonde, la mort dans plus de 25% des cas. L'espérance de vie moyenne d'un adénocarcinome mucineux est de trois ans. Dans l'adénocarcinome du foie, le taux de survie est de 10%. Quand une maladie est détectée dans la première étape - jusqu'à 40%. Un traitement approprié et compétent de l'adénocarcinome de la vessie donne 98% de chances de guérison. Après élimination des reins avec une métastase élevée dans les poumons et les os, le taux de survie à 5 ans atteint 40 à 70%.

http://opake.ru/zlokachestvennaya-opuhol/adenokarcinoma

Publications De Pancréatite